Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

L'addition, s'il vous plaît : Menacé et insulté, le vainqueur tacle la prod' !

L'addition, s'il vous plaît : Menacé et insulté, le vainqueur tacle la prod' !
Par Ari Guardiola Journaliste
Si elle a bien fait son choix (évident) entre Leo Messi et Cristiano Ronaldo, il n’est pas question de décider qui elle préfère entre Meghan Markle et Kate Middleton. Poissons ascendant Verseau, elle est dotée d'un sixième sens qui l'aide à vous dénicher les informations les plus cachées sur vos stars préférées.
Nicolas Brancourt, restaurateur picard vainqueur de L'addition, s'il-vous-plait sur TF1
4 photos
Lancer le diaporama
Une victoire dont il se serait bien passé, finalement...

Vainqueur de l'émission L'addition, s'il vous plaît, Nicolas Brancourt garde un goût amer de sa victoire. Ce n'est pas le premier à s'en prendre au montage d'une émission. Après avoir reçu de nombreuses insultes sur les réseaux sociaux, Pierre Meneau, récemment éliminé de Top Chef 2016, accusait M6 d'avoir fait un personnage de lui, cette fois, c'est TF1 qui en prend pour son grade.

Après avoir concouru la semaine du 15 au 19 février dans L'addition, s'il vous-plaît, sur TF1, c'est finalement Nicolas Brancourt, gérant du restaurant Le Relais fleuri à Vervins dans l'Aisne (02), qui s'est imposé, remportant ainsi 3 000 euros et le titre de meilleur restaurateur de la semaine.

Une victoire que le Picard a néanmoins du mal à apprécier à sa juste valeur. En effet, les effets de sa médiatisation se sont finalement avérés néfastes pour lui. Les avis négatifs sur lui se sont multipliés après son passage à la télévision et le restaurateur a même reçu des menaces de mort. Il s'est confié à Télé Star sur sa mésaventure.

Contacté par TF1, il a d'abord réfléchi avant de participer à L'addition, s'il vous plaît. Son épouse était contre, en effet. Mais il a finalement décidé de ne pas l'écouter. Aujourd'hui, il le regrette.

J'étais coincé

Ce qu'il reproche à la production ? "Dans ce genre d'émission il faut un gentil, un faux-cul et un gueulard. J'étais ce dernier, je suis franc et sans détour, révèle-t-il. Et puis quand on vous fait refaire les scènes trois ou quatre fois, comment voulez-vous être spontané, c'est impossible ! D'autre part, la production s'est bien gardée de montrer certaines choses. J'ai une chambre froide avec des produits frais, à aucun moment elle n'a été filmée. La seule chose qui a été vue à l'écran, c'est que je travaillais avec des fonds de veau en poudre... 9 restaurants sur 10 les utilisent. Mais c'est cela que la production a mis en avant. Tout est monté de toutes pièces. Quand je m'en suis rendu compte, j'ai voulu arrêter mais on m'a répondu 'monsieur, il faudra relire votre contrat'... J'étais coincé."

C'était donc trop tard. Et les critiques et insultes n'ont pas tardé à pointer le bout de leur nez. Il est allé à la gendarmerie pour évoquer ces appels insultants, des harceleurs allant même jusqu'à le menacer de "brûler (son) restaurant". Malheureusement pour lui, les appels étant passés en masqué, il ne peut pas faire grand-chose.

Aujourd'hui, s'il n'a pas encore touché les 3 000 euros de gain, cela n'a pas vraiment d'importance pour lui. Ému, il confie : "Ces 3 000 euros ne m'intéressent pas, je suis un homme honnête et droit. Si je reçois ce chèque, je le donnerai à une association caritative ou à la Soupe populaire. Maintenant, je vais tenter de me reconstruire car je suis profondément bouleversé par cette aventure."

Contactée par Télé Star, la productrice adjointe, Catherine Sokolsky, a tenu à donner son point de vue sur cette sombre histoire. "Elle a été formelle. À aucun moment, elle n'a souvenir que Nicolas Brancourt ait évoqué le souhait de s'arrêter. Dans tous les cas, s'il en avait eu le désir, il en avait la possibilité, écrit Télé Star. Pour ce qui est des insultes, elle en a pris connaissance dans la presse, elle s'étonne d'un tel acharnement et le déplore."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image