Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Lou Doillon et son père Jacques : "Il est tellement raide..."

Lou Doillon et son père Jacques : "Il est tellement raide..."
Par Samya Yakoubaly Rédactrice
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.
Lou Doillon au défilé Chanel 2013 du 1er octobre 2013.
13 photos
Lancer le diaporama
La chanteuse sort son nouvel album et se livre à cette occasion dans les pages du magazine Télérama, notamment sur sa relation avec son père, Jacques Doillon.

C'est dans la musique que Lou Doillon a trouvé artistiquement sa place. La fille de Jane Birkin et Jacques Doillon a connu le succès avec son premier album, Places, en 2012, et elle revient avec un nouvel opus, Lay Low. Un deuxième disque nourri de son vécu, elle qui affirme ne pas avoir pu se lancer dans la musique à 18 ans : "Cela n'a pu se mettre en place qu'à partir du moment où j'étais cassée." Des propos qu'elle tient dans Télérama, qui lui consacre sa couverture. Dans son interview pour le magazine, elle explore avec le journaliste ses fêlures et notamment sa relation avec ses parents, ces parents célèbres. Puisque celle avec sa mère a déjà souvent fait l'objet de réflexions, Purepeople commencera, dans un premier temps, par ce qu'elle dit de celle avec son père.

Lou Doillon est la fille du réalisateur Jacques Doillon, à qui l'on doit notamment Ponette. Ses rapports avec son père sont particuliers, dès l'enfance : "Je jalousais mes potes dont les parents rentraient chez eux le soir ravis de retrouver leurs enfants. Moi, c'était le contraire, mon père paraissait rentrer à reculons, comme s'il ne songeait qu'à fuir, à retourner à son projet. Si j'ai voulu être comédienne, c'était avant tout pour le voir à l'endroit où il était bien. Partager ça avec lui." C'est lui qui l'a beaucoup initiée aussi à la musique : "Je devais lui traduire les chansons de Leonard Cohen qu'on écoutait en voiture."

Jacques attend de moi le maximum

De son père, elle a reçu une éducation assez ordinaire : "On n'avait pas de femme de ménage, je prenais le métro, j'allais à l'école publique. Et quand j'enviais ma soeur [Charlotte Gainsbourg], qui vivait dans de super appartements, il me regardait avec dégoût. Il m'a toujours ramenée à la réalité." Jacques Doillon n'était pas le genre de père à prendre des gants pour dire ce qu'il pense : "Sur les dix-huit films que j'ai tournés, il n'en a vu qu'un seul, qui n'était pas de lui ! De mon premier album, il a juste dit : 'Il paraît que c'est bien mais que vu que tu écris en anglais, je ne peux pas comprendre.' Il est tellement raide.... mais ça me plaît bien, parce qu'on pourra toujours me dire des horreurs, ce ne sera jamais pire ! Jacques attend de moi le maximum. Du coup, ça m'a aussi appris à arrêter de chercher à plaire au père, puisque c'est impossible ! (...) Il m'a bien préparée à la vie." De son père, elle tiens l'arrogance de faire les choses pour elle.

Lou, son père et le succès

Attendue au tournant mais déjà bien accueillie d'après les premiers échos critiques qui devancent son deuxième disque, Lou Doillon avoue ne pas culpabiliser d'avoir du succès : "Je vois assez comment ça affecte mon père, que ses films ne soient pas vus. (...) Quand on me dit que Jacques ne fait que des films d'intello bourgeois, je hurle. Il vient d'un milieu très populaire, son cinéma n'est pas élitiste. Il parle des gens, de leurs problèmes." Ses films, elle les voit petit à petit, et ce n'est pas toujours simple : "J'ai regardé La Vie de famille et Mes séances de lutte avec ma petite soeur Lili, et on n'était pas franchement à l'aise. Mon père, comme ma mère, ont quand même travaillé avec leur intimité. Les films sont tournés dans les maisons où l'on a vécu. Lili hurlait, horrifiée : 'Mais putain ! Ils sont dans ma chambre !' On ne peut pas rester neutre."

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans le magazine Télérama du 16 septembre
Lay Low (Barclay), dans les bacs le 9 octobre

Le magazine Télérama du 19 septembre 2015
Le magazine Télérama du 19 septembre 2015
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image