Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Mareva Galanter et les sirènes de Nouvelle Vague, Tété et DJ Zebra : les images de leur garden party survoltée !

Le 14 juillet 2010, l'hippodrome de Longchamp accueillait une nouvelle garden party musicale concoctée par Le Mouv'. Nouvelle Vague (avec Mareva Galanter, Melanie Pain et Liset Alea), Tété et DJ Zebra étaient à l'oeuvre.
32 photos
Lancer le diaporama
Le 14 juillet 2010, l'hippodrome de Longchamp accueillait une nouvelle garden party musicale concoctée par Le Mouv'. Nouvelle Vague (avec Mareva Galanter, Melanie Pain et Liset Alea), Tété et DJ Zebra étaient à l'oeuvre.

Une journée de courses qui s'achève tard dans la nuit de juillet avec un quasi-dancefloor à ciel ouvert, voilà qui est peu commun... et qui mérite d'être répété.

Le 14 juillet dernier, l'hippodrome de Longchamp, habitué aux vibrations estivales des Solidays, rééditait avec France Galop son initiative festive en organisant, parallèlement à une réunion marquée par le Juddmonte Grand Prix en attraction événement, de nombreuses animations dont une garden party musicale nocturne concoctée par la radio Le Mouv'. Le tout ponctué par un double feu d'artifice pour célébrer la Fête Nationale et illuminer une dernière fois une journée riche en sensations : celui tiré sur l'hippodrome, et celui, au loin, nimbant la Tour Eiffel, à Paris.

Encore une fois, l'opération a été approuvée par un grand nombre de visiteurs : bien des familles s'étaient déplacées tôt pour profiter des nombreuses distractions mises à leur disposition et à celle des plus jeunes (des ateliers de découverte, notamment), au rythme des huit courses au programme qui firent sporadiquement bourdonner l'enceinte, à chaque fois que les chevaux s'annonçaient dans la ligne droite finale pour franchir l'arrivée sous les vivas et dans la rumeur exaltée des spectateurs. Le soir approchant, une population globalement plus jeune venait grossir les rangs, dans la perspective du concert annoncé.

Mais pas avant d'avoir assisté à la consécration de Behkabad ! Sur les 2400 mètres (distance classique, adoptée depuis 2005 par cette épreuve créée en 1863) du Juddmonte Grand Prix de Paris (Gr. I), le poulain de l'Aga Khan entraîné par le Palois Jean-Claude Rouget et monté par Gérald Mossé, s'adjugeant avec panache une victoire attendue, affichait une allure folle qui faisait honneur à ses valeureux aïeux, et laissait présager du meilleur (le prix de l'Arc de Triomphe s'annonce relevé !). Jean-Claude Bourdin, animateur vedette de RMC, et Hervé Morin, étaient présents pour distribuer les compliments.

Après le son de la horde foulant la pelouse, le son des enceintes. Sur l'esplanade finale de l'hippodrome de Longchamp, Nouvelle Vague ouvrait le bal (un bal à revivre au travers de nos photos), et trois de ses divas aguicheuses lançaient les festivités avec un glamour et une malice surénergisants. Au coeur d'un été où la formation new wave/nouvelle vague/bossa nova (la même chose trois fois, avec au moins autant de métissages) est réclamée partout dans le monde (toutes les dates de concert en cliquant ici), Marc Collin et Olivier Libaux s'étaient cette fois entourés de la survoltée Liset Alea, de l'espiègle Mareva Galanter et de la mutine Mélanie Pain. Un déluge de féminité très assumée aux sons de délices ravageurs tels que Guns of Brixton ou Too drunk to fuck.

Puis, tandis que la nuit achevait de s'installer, Tété prenait le relais. L'increvable Tété. Tout en sagesse des lignes mélodiques et en turbulence du live. Nul autre que lui pour haranguer la foule dix fois par chanson en réclamant "Y a quelqu'un ?" sur quelques notes gentiment railleuses. Quelle énergie ! Quel plaisir brut ! Hélas écourté par le retard pris et l'imminence du feu d'artifice... Ruée en direction des balustrades et des gradins, puis retour devant la scène pour se tordre dans tous les sens, jusque très tard, au son des bootlegs démentiels du maître DJ Zebra, qui continue d'abattre avec une pêche d'enfer les frontières entre les générations musicales. Enorme. On y reviendra.

G.J.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image