Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Michelle Obama, Reese Witherspoon... : Le droit à l'avortement menacé aux États-Unis, les stars ulcérées

Michelle Obama, Reese Witherspoon... : Le droit à l'avortement menacé aux États-Unis, les stars ulcérées
Par Samya Yakoubaly Rédactrice
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.
16 photos
Le projet de décision de la Cour suprême revenant sur le droit à l'avortement marque une victoire triomphale pour la droite chrétienne, après 50 ans de combat pour ancrer leurs idées au centre de la politique américaine. L'abrogation possible de la loi Roe v. Wade a provoqué depuis le 3 mai 2022 une vague de protestation dans tous les Etats-Unis. Des stars ont manifesté leur soutien face à cette remise en cause des droits des femmes.

Michelle Obama, Reese Witherspoon, Cher, Alyssa Milano ou encore Olivia Munn... De nombreuses personnalités ont pris position depuis les révélations explosives sur la Cour suprême des Etats-Unis, qui semble prête à renvoyer le droit à l'avortement 50 ans en arrière. Elles ont poussé mardi 3 mai 2022 le président Joe Biden à battre le rappel d'une gauche en état de choc.

Sa vice-présidente Kamala Harris a fait un discours puissant pour dénoncer ce que le parti républicain prépare depuis des années en revenant sur le droit d'avorter, en enterrant l'arrêt "Roe v. Wade" de 1973, qui protège le droit des Américaines à interrompre leur grossesse. L'influente sénatrice démocrate Elizabeth Warren est apparue plus qu'en colère dans une vidéo qui a fait le tour d'Internet. Elle est descendue dans la rue à Washington pour manifester. "Les femmes aisées peuvent prendre l'avion et se rendre dans un État où l'avortement est légal. Elles peuvent quitter le pays. Ce sont les femmes les plus pauvres qui seront les plus durement touchées. Cela va être d'autant plus dur pour les femmes maltraitées, les femmes qui ont été violées [...] les femmes qui cumulent déjà deux emplois pour s'occuper de leurs enfants. Cette Cour suprême vient de dire qu'elle s'en fichait", a-t-elle crié devant les médias.

Barack et Michelle Obama ont quant à eux publié une longue tribune pour rappeler l'importance de ce droit et la nécessité de se battre pour le faire durer face aux menaces qui pèsent sur lui et donc sur la liberté des femmes.

Une prise de positions soutenues par de nombreuses stars du continent américain. L'actrice oscarisée Reese Witherspoon a exhorté les sénateurs de ne pas toucher à un droit qui est acquis, tandis que sa consoeur Alyssa Milano a publié une vidéo explicative sur l'histoire du droit à l'avortement aux Etats-Unis. L'icône de la musique Cher a publié une série de tweets pour montrer sa colère et a retweeté un message puissant qui reprend un visuel de la série dystopique The Handmaid's Tale : "Chers républicains, The Handmaid's Tale est sensé être un avertissement, pas une ligne de conduite à suivre !"

Le site Politico a provoqué une déflagration politique lundi 2 mai 2022 au soir en révélant, sur la base d'une fuite inédite d'un document interne, qu'une majorité des juges de la Cour suprême étaient prêts à enterrer l'arrêt "Roe v. Wade" de 1973, qui protège le droit des Américaines à interrompre leur grossesse.

La Cour suprême a confirmé l'authenticité du texte, un projet d'arrêt daté de février, tout en soulignant qu'il ne représentait pas une décision "finale", attendue avec fièvre. Si la Cour devait l'adopter, chacun des 50 Etats américains retrouverait le droit d'interdire l'avortement sur son sol et une moitié d'entre eux, principalement dans le Sud et le Centre conservateur et religieux, devraient emprunter cette voie. Les gouverneurs républicains du Tennessee et du Dakota du Sud ont signalé lundi qu'ils ne tarderaient pas. La veille, des gouverneurs démocrates de plusieurs Etats dont la Californie, le Nouveau-Mexique et le Michigan, avaient au contraire annoncé vouloir consacrer la légalité du droit à l'avortement même si la Cour annulait "Roe v. Wade".

Les neuf sages ont examiné en décembre une loi du Mississippi qui ramène le délai pour avorter à 15 semaines de grossesse contre deux trimestres selon le cadre fixé par la haute Cour. Lors de l'audience, plusieurs d'entre eux ont fait comprendre qu'ils comptaient profiter de ce dossier pour détricoter ou tout bonnement annuler l'arrêt "Roe v. Wade". Selon Politico, cinq se sont ensuite ralliés à cette seconde option. "Si l'argumentaire de la décision, tel qu'il a été publié, est confirmé, toute une série d'autres droits seraient en question", a déclaré Joe Biden, en évoquant le droit à la contraception ou le mariage des homosexuels.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image