Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Mort d'Omar Sharif : Ces femmes qui l'ont aimé...

Faten Hamama était le grand amour de sa vie, mais d'autres stars avaient succombé au charme de la star venue d'Egypte...

Son charisme n'avait pas de frontières. Omar Sharif a fait succomber de nombreuses femmes, avec son allure de prince au regard envoûtant et au sourire si généreux. Il est mort le 10 juillet 2015, laissant derrière lui des longs métrages mythiques et aussi de belles idylles. Paris Match revient sur le parcours de ce séducteur et sur l'amour de sa vie, la seule femme qu'il a épousée, Faten Hamama, qui a disparu la même année que lui. Car si on lui a collé une étiquette d'hommes à femmes, c'est un homme charmant et aux belles manières que celles qui ont croisé sa route garde de lui.

Avant Faten Hamama, star du cinéma égyptien qui succombera aux charmes du jeune comédien, Omar Sharif - il a quitté son vrai nom Michel Chalhoub pour ne pas que ses parents ne sachent pas qu'il est acteur - rencontrera déjà de belles jeunes femmes à faire tourner les têtes. Ainsi, après avoir fait la connaissance du réalisateur Youssef Chahine qui le choisit pour Ciel d'enfer en 1954, il est engagé comme doublure d'acteur américain lors des préparatifs d'un film biblique qui ne sera finalement pas tourné. Pas de long métrage mais une rencontre : avec Yolanda Gigliotti, Miss Egypte et future Dalida. Elle double Rita Hayworth mais joue son propre personnage quand il s'agit de flirter avec Omar Sharif. Orlando, le frère de la future icône de la chanson se souvient de ces deux amis qui s'amusaient à évoquer le temps où, timides et réservés, ils s'embrassaient à pleine bouche, sans oser aller plus loin.

Youssef Chahine le fait jouer dans Les Eaux noires, dans un rôle vedette, face à la star égyptienne de l'époque, la superbe Faten Hamama. Elle accepte de tourner une scène de baiser, elle qui n'avait jamais été embrassée à l'écran avant. L'acteur devient une vedette et son statut devient encore plus puissant quand il épouse sa partenaire en 1955, avec qui il a un fils en 1957, Tarek. Pour elle, il s'est converti à l'islam, pour lui, elle a divorcé. Ils forment un couple magnifique.

Repéré par Hollwood et signant un contrat de sept ans là bas, Omar Sharif arrête de travailler en Egypte. Il divorcera de sa femme Faten Hamama d'un commun accord. "Je sentais, raconte-t-il dans son autobiographie L'Eternel masculin, que j'allais tromper ma femme, je savais que je n'allais pas pouvoir rester fidèle à quelqu'un que j'aimais profondément." Ils resteront amis mais surtout, ils seront, l'un pour l'autre, le seul et unique grand amour.

La liste de ses conquêtes hollywoodiennes est longue et fascinante. Dans La Rolls-Royce jaune, il joue avec Ingrid Bergman, de dix-sept ans son aînée. Ils ont une aventure. Lors d'un festival au Liban, il croise la sublime Annette Stroyberg, ex de Roger Vadim, qu'il emmène à Los Angeles. Viendra la Funny Girl Barbra Streisand. Objet de son affection dans le film, elle le deviendra aussi hors caméra. Mais le fait qu'elle soit juive menace Omar Sharif d'être déchue de sa nationalité égyptienne... Elle lui a rendu hommage à l'annonce de sa mort, se souvenant d'un homme "beau, sophistiqué et charmant". Lors du tournage de Mayerling, ce n'est pas tant Catherine Deneuve qui le captive mais Ava Gardner, qui joue sa mère. Il la fera tourner dans Harem pour la télévision, des année plus tard.

Omar Sharif n'aimait pas vivre aux Etats-Unis et louait la beauté de Paris et les Françaises avaient une place de choix dans son coeur. Anouk Aimée avait joué avec lui dans Rendez-vous et elle raconte : "Je me souvient d'un être d'une profonde délicatesse. Il était un seigneur (...). Il n'y eut rien de vilain dans notre séparation. Je partis tourner Justine. Il devait jouer mon mari et ne put faire le film. Et j'ai rencontré Albert Finney, que j'ai épousé. Mais j'adorais Omar, un personnage étincelant."

Andréa Ferréol, sa dernière compagne à Paris, a confié aussi à Paris Match sa tristesse en se souvenant de sa rencontre en 1984, lors d'une fête parisienne : "Je suis vite devenue folle de lui." Pour elle, il fut l'amour de sa vie. Ils n'habitaient pas ensemble et l'acteur voyageait beaucoup mais il n'oubliait jamais de la voir à chacun de ses passages dans la capitale : "Dernièrement, je voyais la maladie qui était là, en lui, et qui le gagnait, lentement mais sûrement."

Omar Sharif était atteint de la maladie d'Alzheimer, rendue publique au mois de mars par son fils, Tarek. Ce dernier l'a fait revenir sur ses terres natales, auprès des siens. Autour de lui, son fils unique et sa femme, la fille de son ex-femme Faten Hamama, qu'il avait élevée, et son petit fils, Omar Sharif Jr. Acteur, juif et gay, il avait clamé tout son amour pour son grand-père, une affection qui était réciproque. Omar Sharif, passionné par les jeux, se disait nomade et solitaire, mais aura fini dans les bras de ses proches, enveloppé par beaucoup de bienveillance.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel