Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Nicolas Bedos handicapé par son caractère sanguin : "J'ai une personnalité qui effraie..."

Nicolas Bedos handicapé par son caractère sanguin : "J'ai une personnalité qui effraie..."
Par Gonzague Lombard Rédacteur
Passionné de chant, des Douze coups de midi et de la discographie de Jul, il rêve de participer à Fort Boyard malgré sa phobie des serpents et du Père Fouras. Son ambition secrète ? Découvrir ce qui se cache derrière le rideau mystère de Bataille et Fontaine pour y chanter en quartet. La vérité est au bout du couloir…
13 photos
Les spectateurs découvriront le nouveau projet de Nicolas Bedos, "OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire", le 4 août 2021 au cinéma. Mais le réalisateur aurait pu ne jamais être en charge du film.

La critique est positivement unanime à propos de ses films... elle est un peu moins dithyrambique dès qu'il s'agit de ses différentes sorties, en ligne, en période de pandémie. Alors qu'il tourne à Théoule-sur-Mer avec Isabelle Adjani et que son nouveau film, OSS 177 : Alerte rouge en Afrique noire sort le 4 août 2021, Nicolas Bedos explique qu'il a parfois du mal à s'intégrer à un projet à cause de sa réputation. Les prochaines aventures de Hubert ­Bonisseur de La Bath ? C'est le héros de la saga, son grand ami Jean Dujardin, qui l'a mis sur le coup.

Mon caractère sanguin joue contre moi

"C'est lui qui est venu me chercher et qui a convaincu les producteurs, avant même le succès de La Belle Epoque, explique l'ex de Doria Tillier au Journal du dimanche. J'ai une personnalité qui effraie pour des raisons qui parfois m'échappent : mon équipe n'est pas malheureuse, je ne suis jamais désagréable, mais mon passé télévisuel, certaines de mes déclarations et mon caractère un peu sanguin jouent sans doute contre moi. Mon père hurlait, mais derrière il envoyait des fleurs. Je suis un peu comme lui : blessé, et donc susceptible, j'ai de temps en temps des colères mais qui débouchent toujours sur des excuses."

Là, j'aurais très envie de m'énerver

Sacré défi, pour Nicolas Bedos, que de tourner, à l'autre bout du monde en dirigeant l'un des comédien français dont il est le plus proche, dans sa vie privée. Aujourd'hui, le réalisateur aussi "sage" que "rock'n'roll" se focalise sur de nouveaux projets, sans jeter de regard en arrière sur le passé. C'est l'avenir du cinéma, handicapé par la nécessité d'un pass sanitaire, qui l'inquiète. "Là, j'aurais très envie de m'énerver, mais je préfère concentrer mon énergie sur la fabrication de Mascarade, un film qui sortira, je l'espère, dans un monde redevenu normal, relativise-t-il. Mais quel gâchis quand même : les aventures transgressives d'Hubert ­Bonisseur de La Bath sont idéales pour oublier la morosité ambiante !" Reste à savoir si elles le sont, suffisamment, pour que les spectateurs débarquent avec un résultat de test antigénique en poche...

Retrouvez l'interview de Nicolas Bedos sur le site du Journal du dimanche.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image