Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Philip Plisson, procès : Accusée de viol par sa nièce, la star de la photo, nie

Ses clichés se sont vendus à des millions d'exemplaires, mais c'est pour une bien sombre affaire que Philip Plisson fait aujourd'hui parler de lui. Mercredi 21 mai, la star de la photo de mer de 67 ans a vu son procès pour viol s'ouvrir devant la cour d'assises du Morbihan. Il est accusé par sa nièce Dorothée pour des faits remontant à la fin des années 90, alors qu'elle était à peine majeure...

C'est le visage tendu que Philip Plisson est arrivé mercredi au premier jour de son procès, qui doit durer trois jours, au palais de justice de Vannes. Au cours de l'audience, qui est publique puisque sa demande de huis-clos a été refusée, le photographe a de nouveau nié avoir violé Dorothée durant l'été 1999 dans une maison familiale de la Trinité-sur-Mer. Arrivé libre mais présent dans le box des accusés, il a réfuté "tout abus ou toute contrainte" sur la jeune femme aujourd'hui âgée de 35 ans.

Philip Plisson reconnaît toutefois avoir eu une relation sexuelle mais consentie avec Dorothée, pour laquelle il n'a pas eu un regard au cours de l'audience. Car le photographe dit être tombé amoureux de sa nièce par alliance (elle est la fille de la soeur de son épouse), comme il l'avait reconnu en garde à vue selon Le Télégramme, et avoir eu des gestes déplacés à son encontre en 1998. Le journal précise toutefois qu'il était revenu sur ses aveux en cours d'instruction, ne reconnaissant que des caresses.

Une version qui diffère quelque peu de celle de Dorothée. La jeune femme explique en effet que les premiers gestes déplacés remontent à l'été 1996 alors qu'elle avait 15 ans. Le photographe lui aurait déclaré sa flamme avant de l'embrasser et de la caresser dans une voiture, en la raccompagnant chez ses parents, comme le raconte Le Télégramme. Philip Plisson va, selon elle, continuer à agir ainsi les étés suivants, profitant du fait que Dorothée gardait son petit-fils et travaillait même dans son entreprise, Pêcheur d'images, l'une des grandes réussites économiques du Morbihan. Le rapport sexuel aurait ensuite eu lieu dans la chambre où la famille l'hébergeait, en 1999.

Philip Plisson ne sera toutefois inquiété que pour des faits à partir de cette date. Car la cour d'appel de Rennes, qui avait confirmé en 2013 le renvoi de Philip Plisson devant la cour d'assises, a limité la période visée par la procédure à la seule année 1999 et non à la période initiale de 1996-1999.

Au cours de l'audience, Dorothée a expliqué pourquoi elle avait attendu 2008 pour porter plainte, deux ans avant la mise en examen de Philip Plisson. "Il menaçait de détruire ma famille, de me détruire. Je pensais que jamais je ne pourrais parler. Aujourd'hui, je cherche à me reconstruire", a-t-elle déclaré devant la cour, au palais de justice de Vannes, tandis que son avocate réclamait un "acte de courage et une reconnaissance des faits". La jeune femme a maintenu ses accusations, expliquant aux jurés comment sa fascination pour la réussite de son oncle s'était transformée en emprise psychologique, puis en relation sexuelle imposée. "Il agissait toujours de manière bestiale" a-t-elle insisté.

Parmi la vingtaine de témoins qui étaient attendus à la barre, Philip Plisson a pu compter sur le soutien de ses proches. Et notamment de Marie-Brigitte, son épouse, qui a expliqué que Dorothée était "très aguicheuse". "Elle était toujours collée à lui. Je n'ai pas voulu faire de scandale familial, mais j'aurais dû", a-t-elle assuré à la barre, citée par Le Télégramme, ajoutant même que son époux était "quelque part" victime dans l'affaire. Les trois enfants du couple ont également défendu leur père. "Pour moi, c'est une histoire qui a été montée, c'est de la jalousie", a accusé sa fille Anne, tandis que son frère Guillaume racontait n'avoir jamais vu de geste tendancieux chez son père lorsque ce dernier photographiait des femmes.

Toujours est-il que cette accusation est un véritable coup dur pour Philip Plisson. Photographe émérite, auteur du fameux cliché Avis de coup de vent sur le phare de la pointe des Poulains à Belle-Ile dont le poster s'est vendu à 2,5 millions exemplaires dans le monde, nommé Peintre de la Marine en 1991, il crée en 1989 Pêcheur d'images, sa société qui emploie jusqu'à 37 salariés. Malheureusement, sa galerie principale de Crac'h brûle par accident en 2010, ce qui l'oblige à licencier 18 salariés qui ont depuis porté plainte aux prud'hommes.

Le procureur vient de requérir sept ans de prison contre la star de la photo de mer, les avocats de Dorothée vont maintenant commencer leurs plaidoiries avant que ceux de la défense essaient de sauver leur client de la prison.

Philip Plisson reste innocent des faits qui lui sont reprochés jusqu'au jugement définitif de cette affaire.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel