Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Prince George : Il nous offre un beau sourire dans les bras de Kate Middleton

George tout sourire dans les bras de sa maman, sous le regard de William.
26 photos
Lancer le diaporama
George tout sourire dans les bras de sa maman, sous le regard de William.

C'est en bébé magnifique que le prince George de Cambridge, premier enfant du prince William et de Kate Middleton, a célébré son baptême le mercredi 23 octobre dernier. Après les clichés pris à la chapelle royale du palais St James à Londres, le couple et son enfant âgé de 3 mois ont posé à l'occasion d'une photo officielle prise par Jason Bell. Bien plus élégante que la première photo officielle faite par le grand-père de Kate Middleton dans le jardin familial des Middleton à Buckleberry dans le Berkshire, cette photo nous montre un trio rapproché et uni dans le bonheur.

Irrésistible, George affiche un sourire radieux dans les bras de sa ravissante maman. Le Royal Baby est d'ailleurs toujours vêtu d'une réplique de la robe de baptême que portait en 1841 la princesse Victoria, fille de la reine Victoria. Un tantinet joufflu, George n'était jusqu'ici pas du genre à dégainer les sourires, y compris pendant son baptême, où ses fiers parents ont pu constater qu'il s'était fort bien comporté pendant les 35 minutes de cérémonie. "On a eu de la chance, il n'est pas tout le temps comme cela", se laissera dire Kate Middleton, peu de temps après.

William, le supporter

Quant à son père, le Duc de Cambridge, il a bien l'intention de faire de son fils un vrai fan de football comme lui l'est. Amoureux du club londonien d'Aston Villa et par-dessus tout de ballon rond, William a fêté devant l'ex-attaquant de Liverpool Michael Owen et le président de l'UEFA Michel Platini, les 150 ans de la FA, la fédération anglaise. Dans un message vidéo enregistré en marge de cet anniversaire forcément spécial pour les Anglais amoureux de football, William a évoqué son attachement à ce sport, et son désir de voir son fils hisser les couleurs de son club favori.

William ne s'en cache pas, "quand Villa donnera une raclée à Manchester United à Villa Park, mon fils sera là". Un humour que les spécialistes apprécieront alors que le prince avoue avoir "toujours aimé le football depuis tout petit". Présent au dîner de gala à Londres dans le mythique hall du Grand Connaught Room où les pères fondateurs du football anglais se sont rencontrés en 1863, William a livré un discours devant l'assemblée, soulignant le travail de la fédération pour améliorer la qualité d'un football qui dispose du meilleur championnat au monde.

Pendant ce temps, le Prince Charles fait polémique

Pour un autre membre de la famille royale, et non des moindres puisqu'il s'agit du prince Charles, l'ambiance est tout autre. Pendant que William et Kate savourent le bonheur d'être parents, Charles continue de voir la Reine mère lui déléguer de plus en plus de missions. Pourtant, si on en croit les mots rapportés par la journaliste du Time qui lui consacre une large enquête (ainsi qu'une couverture), Charles, 64 ans, n'est pas pressé d'accéder au trône.

Selon Catherine Meyer, auteure de l'enquête qui a rencontré une cinquantaine de personnes de son entourage, il est "impatient de faire le maximum de choses avant que, selon l'expression d'un membre de son entourage, les portes de prison se ferment".

Le mois prochain, c'est pourtant bien Charles qui, pour la première fois, représentera sa mère, âgée de 87 ans, au prochain sommet du Commonwealth à Colombo (Sri Lanka). Mais toujours selon le Time, il accepterait "sans joie ces responsabilités élargies"

Des propos réfutés par le Palais, qui s'est empressé de contrecarrer les mots employés par la journaliste dans le Time. "Ce n'est pas la position du prince de Galles et elle ne devrait pas lui être attribuée car il n'a jamais prononcé ces paroles. Le prince a toujours soutenu la reine dans ses tâches, et ses engagements officiels ont toujours fonctionné en parallèle à ses activités caritatives", peut-on lire. De son côté, la journaliste a tenté de calmer le jeu : "Que ce soit clair : personne n'a dit qu'il (Charles) ne voulait pas être roi ou s'acquitter des tâches d'un monarque".

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel