Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews
NEWSLETTER

Samuel Paty, professeur décapité : Yassine Belattar exprime sa "honte", "se taire, c'est laisser faire"

14 photos
Lancer le diaporama
Le professeur Samuel Paty a été tué par un terroriste vers 17 heures le 16 octobre 2020 à Conflans-Sainte-Honorine.
Sous le choc, l'humoriste Yassine Belattar a indiqué sa profonde tristesse et sa colère après la décapitation du professeur Samuel Paty le 16 octobre 2020 à Conflans-Sainte-Honorine. Révolté et déterminé à agir, il incite les Français à réagir.

Horrifié suite à la décapitation du professeur Samuel Paty (47 ans) le 16 octobre 2020 à Conflans-Sainte-Honorine, Yassine Belattar a posté un long texte sur Facebook pour exprimer sa haine et son dégoût envers la barbarie terroriste. Né à Conflans-Sainte-Honorine en 1982, l'humoriste et animateur radio de 38 ans se sent particulièrement concerné et se dit également scandalisé de voir que les enseignants n'ont plus aucun respect de la part des élèves mais aussi des parents d'élèves. Il écrit : "S'attaquer à un prof est inadmissible, s'en prendre à ce qu'il représente est même innommable. Ce prof a voulu enseigner la liberté d'expression, celle qui me permet de monter sur scène notamment."

J'ai honte, non pas de ce que j'ai fait, mais j'aurais honte de ne rien faire

En effet, Samuel Paty avait montré il y a quelques jours des images de Charlie Hebdo montrant le prophète Mahomet lors d'un cours sur la liberté d'expression. Des parents d'élèves avaient ensuite dénoncé ce professeur sur les réseaux sociaux et même, pour certains, appelé à une "vengeance". Sous le choc, l'humoriste du Golden Comedy Club indique : "La classe est un sanctuaire et il ne faut jamais briser celui ci. Qu'un parent d'élève s'indigne sur les réseaux à défaut d'en parler avec le professeur concerné, raconte une époque. On parle d'abord sur les réseaux ensuite aux concernés. (...) Qu'avons nous mal fait pour que vous puissiez croire que s'en prendre à un professeur de la sorte est une solution ? J'ai honte, non pas de ce que j'ai fait, mais j'aurais honte de ne rien faire."

Se taire, c'est laisser faire

Fier d'être Français, l'homme de 38 ans incite ensuite les musulmans à faire front contre le terrorisme. "Je suis français de confession musulmane et mon indignation est similaire voire plus importante que la vôtre.(...) Je suis français et donc triste ce soir. J'invite les français de confession musulmane à ne pas se justifier mais à protester."

Le conjoint de Laure Dumayet appelle ensuite les français à faire bloc et à ne pas se laisser diviser par ce nouvel acte terroriste immonde. Il écrit : "Les musulmans de ce pays ne doivent pas attendre que des non musulmans agissent à leurs places ou commentent. Le contexte sanitaire ne nous permet pas de manifester notre soutien aux professeurs de ce pays. Mais ce contexte ne m'empêche pas de revendiquer qui je suis. Se taire, c'est laisser faire. Il faut être juste et ferme avec ceux qui veulent séparer les français et il y en a des deux côtés. (...) Réparons donc vite cette relation, c'est une blessure grave mais nous nous relèverons... ensemble évidemment."

Deux parents d'élèves interpellés

Le 17 octobre 2020, cinq nouvelles personnes ont été interpellées selon l'AFP portant à neuf le nombre total de personnes en garde à vue. Parmi les cinq nouvelles personnes, figurent deux parents d'élèves - un homme et son épouse - du collège où travaillait la victime. Trois personnes de l'entourage non familial de l'assaillant ont par ailleurs été interpellées ainsi que quatre autres personnes, dont un mineur, issues de l'entourage familial du suspect, arrêtées à Evreux (Eure).

L'identité de l'assaillant, sur lequel avait été trouvée une pièce d'identité, a par ailleurs été confirmée par les enquêteurs, selon la source judiciaire. Il s'agit d'un jeune Russe tchétchène de 18 ans né à Moscou. Il était connu pour des antécédents de droit commun, mais disposait d'un casier vierge, et n'était pas connu pour sa radicalisation. L'homme a été abattu par les forces de l'ordre dans la commune d'Eragny le 16 octobre 2020.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image