Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Scandale Noos - Iñaki Urdangarin, amaigri, hué et chahuté devant le tribunal

L'air sombre et amaigri, Iñaki Urdangarin, époux de l'infante Cristina d'Espagne et gendre du roi Juan Carlos Ier, a été accueilli par des huées et des messages virulents lors de sa venue au tribunal de Palma de Majorque pour déposer devant le juge Castro, samedi 25 février 2012. Après avoir été entendu pendant neuf heures, il y revenait le dimanche 26.
22 photos
Lancer le diaporama
L'air sombre et amaigri, Iñaki Urdangarin, époux de l'infante Cristina d'Espagne et gendre du roi Juan Carlos Ier, a été accueilli par des huées et des messages virulents lors de sa venue au tribunal de Palma de Majorque pour déposer devant le juge Castro, samedi 25 février 2012. Après avoir été entendu pendant neuf heures, il y revenait le dimanche 26.

Fini la vie tranquille à Washington, à l'abri du déchaînement médiatique et populaire : à Palma de Majorque, où il est arrivé vendredi soir et s'est installé au palais Marivent avec son épouse l'infante Cristina, Iñaki Urdangarin a eu droit à un comité d'accueil très remonté.

Samedi matin, le gendre du roi Juan Carlos Ier d'Espagne était convoqué au tribunal majorquin pour y déposer devant le juge d'instruction, José Castro, désireux de l'entendre s'expliquer sur les présomptions d'importants détournements de fonds le concernant. Premier membre de la famille royale jamais appelé à déposer devant un juge, son implication dans le scandale de l'Institut Noos (l'affaire dite "Palma Arena") a mis la famille royale d'Espagne, discrète et respectée, dans un embarras inédit, et a attisé la véhémence de miliants antimonarchistes qui n'avaient jamais eu une si belle occasion de se faire entendre, en ces temps de crise.

Ancien international ibérique de handball (champion national et médaillé olympique) reconverti en homme d'affaires, Iñaki Urdangarin est dans l'oeil du cyclone depuis novembre 2011 et la révélation par la presse espagnole de possibles détournements de fonds publics à l'époque (2004-2006) où il était président de l'Institut Noos, une société de mécennat chargée de l'organisation du Congrès international du tourisme des Baléares, un événement mettant le sport au coeur de l'attractivité touristique. Jusqu'à maintenant, on évoquait la somme de 5,8 millions d'euros, mais, à en croire le quotidien El Mundo, ce sont près de 17 millions d'euros payés par l'administration publique et particulièrement les collectivités territoriales qui auraient été détournés par Iñaki et ses associés, au moyen de prestations fictives ou de factures surgonflées. Les événements se sont ensuite rapidement enchaînés : en décembre 2011, le bureau anticorruption espagnol, après avoir perquisitionné les locaux de l'Institut Noos, confirmait que le gendre du roi avait expédié d'importantes sommes d'argent public vers des paradis fiscaux. Juan Carlos Ier, symbole révéré et jamais ébranlé de la démocratie en Espagne, décidait alors d'écarter Iñaki Urdangarin des activités officielles de la famille royale (sa statue de cire au musée de Madrid a subi le même sort !), dénonçant déjà un "comportement pas exemplaire" et prononçant lors de son discours de Noël des mots lourds de sens ("la justice est la même pour tous"), puis publiait les comptes de la Maison royale - une première - en signe de transparence et en réponse au scandale grondant.

Samedi 25 février, à 9h, Iñaki Urdangarin, 44 ans, s'est présenté à pied au tribunal, comme simple justiciable, alors qu'il avait eu la permission exceptionnelle, pour raisons de sécurité, d'approcher jusqu'à la porte en voiture. Les traits tirés, l'air sombre et visiblement amaigri, il s'est exposé aux caméras, aux micros, aux regards inquisiteurs des curieux et à la colère de quelque 200 manifestants, clamant des slogans ou brandissant des pancartes avec des messages tels que "Attention à ton portefeuille, Urdangarin arrive", "Iñaki, tu nous dois de l'argent", ou encore "Monarchie = Corruption". Copieusement hué, il avait déclaré vouloir "démontrer son innocence". Entendu durant neuf heures samedi, le gendre du roi a tenu à écarter du dossier son épouse l'infante Cristina, copropriétaire avec lui de l'une des sociétés citées dans l'affaire. La seconde fille du roi Juan Carlos et de la reine Sofia n'a pas été mise en cause par la justice, mais elle est présente à Majorque pour soutenir son époux, que plus de trois Espagnols sur cinq estiment coupable, d'après un sondage de la chaîne Telecinco selon lequel près de 44% des citoyens pensent que l'affaire Noos met en péril l'avenir de la monarchie. Le fait que le roi ait été au courant, peu ou prou, des faits à l'époque - c'est lui qui avait poussé son gendre à la démission de la présidence de Noos et d'accepter un poste chez Telefonica, qui le muta à Washington en 2009 -, a pu peser dans la balance.

Iñaki Urdangarin, père de quatre enfants avec l'infante Cristina, est revenu au tribunal ce dimanche matin, moins chahuté que la veille, pour la suite de sa déposition. L'instruction pourrait durer plusieurs mois avant l'ouverture éventuelle d'un procès. D'ici là, l'ambiance promet d'être délétère, et le couple royal ainsi que l'héritier Felipe et son épouse Letizia auront bien du mérite à continuer à remplir leurs obligations sans faux pas.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
Mercotte révèle avoir tout un tas d'admirateurs secrets qui lui écrivent dans "Le Meilleur Pâtissier".
Mercotte révèle avoir tout un tas d'admirateurs secrets qui lui écrivent dans "Le Meilleur Pâtissier".
Benjamin Castaldi invité sur Non Stop People évoque sa situation financière compliquée
Benjamin Castaldi invité sur Non Stop People évoque sa situation financière compliquée
Fiona Gélin, invitée dans l'émission L'instant De Luxe, sur Non Stop People.
Fiona Gélin, invitée dans l'émission L'instant De Luxe, sur Non Stop People.
Fabienne Carat évoque ses au revoir chaleureux dans "Plus belle la vie", le 25 novembre 2020
Fabienne Carat évoque ses au revoir chaleureux dans "Plus belle la vie", le 25 novembre 2020
Fabenne Carat émue au côté de Stéphane Hénon
Fabenne Carat émue au côté de Stéphane Hénon
Hommage à Diego Maradona, emporté à 60 ans par une crise cardiaque. Dans "Quotidien", le journaliste de "So Foot" Joachim Barbier se souvient de quel homme était ce génie du football. Il a eu la chance de le rencontrer en Argentine il y a deux ans.
Hommage à Diego Maradona, emporté à 60 ans par une crise cardiaque. Dans "Quotidien", le journaliste de "So Foot" Joachim Barbier se souvient de quel homme était ce génie du football. Il a eu la chance de le rencontrer en Argentine il y a deux ans.
Geneviève de Fontenay évoque le centenaire de Miss France et Sylvie Tellier sur BFMTV
Geneviève de Fontenay évoque le centenaire de Miss France et Sylvie Tellier sur BFMTV
Jean-Luc Reichmann au téléphone avec Karine Ferri dans "Les 12 coups de midi" - TF1
Jean-Luc Reichmann au téléphone avec Karine Ferri dans "Les 12 coups de midi" - TF1
Amel Bent a filmé sa fille Sofia (4 ans) en train de danser. Le 24 novembre 2020.
Amel Bent a filmé sa fille Sofia (4 ans) en train de danser. Le 24 novembre 2020.
Amel Bent a filmé sa fille Sofia (4 ans) en train de danser. Le 24 novembre 2020.
Amel Bent a filmé sa fille Sofia (4 ans) en train de danser. Le 24 novembre 2020.
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image