Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Sigourney Weaver à 17 ans : ''Pitié Dieu, ne me laisse pas être normale''

Sigourney Weaver à 17 ans : ''Pitié Dieu, ne me laisse pas être normale''

Comme souvent, les fameux yearbooks américains (sorte d'albums de lycée où s'entassent les photos d'anciens élèves) regorgent de petites pépites, photos dossiers, oubliées, ignorées, surprenantes. A l'instar des Angelina Jolie ou Cameron Diaz que nous avons croisées par le passé, voici Sigourney Weaver, la si discrète et prolifique comédienne américaine starisée par la franchise Alien.

La jeune fille a alors 17 ans, si on en croit la photo ressortie par une journaliste française, Valérie Levillain, via son compte Twitter. Elle se trouvait en Senior year – équivalent de notre Terminale – lorsqu'elle a choisi cette photo pour figurer dans le yearbook, accompagnée d'une phrase qui devait illustrer la personnalité de l'étudiant. L'intéressée, brune aux traits fins déjà dotée de son regard si particulier, avait préféré citer la comédie musicale The Fantasticks, célèbre hit à Broadway imaginé et écrit par Tom Jones et Harvey Schmidt. "Pitié, mon Dieu, s'il-te-plaît, ne me laisse pas être normale" ("Please, God, please, don't let me be normal", en version originale). Un credo qui reste plutôt approprié à la philosophie de Sigourney Weaver, actrice éclectique, ambitieuse et détonante.

Née dans le quartier de Manhattan à New York, Sigourney – de sa véritable identité Susan Alexandra Weaver – est issue d'une famille aisée, puisqu'elle est la fille du président de la chaîne NBC, Sylvester Weaver, et de la comédienne anglaise Elizabeth Inglis. Tout naturellement, bien que marginale, la jeune fille va d'abord suivre des cours d'art dramatique, avant de décrocher son diplôme d'anglais à Stanford et de s'inscrire à la Yale School of Drama. C'est en 1963 qu'elle choisit le prénom Sigourney en référence au personnage de Sigourney Howard dans le roman Gatsby le Magnifique de F. Scott Fitzgerald.

Après avoir débuté sa carrière sur les planches et sur le petit écran, elle lance sa carrière au cinéma sous la direction du grand Woody Allen, en héritant d'un petit rôle dans Annie Hall. Deux ans plus tard, son premier véritable rôle de cinéma la propulse sous le feu des projecteurs, avec le désormais culte Alien, le huitième passager, où elle incarne l'un des plus impressionnants personnages féminins de l'histoire du cinéma.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image