Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Tristane Banon : ''Il y a d'autres femmes" victimes de Dominique Strauss-Kahn

6 photos
Lancer le diaporama

Tristane Banon poursuit son offensive médiatique contre Dominique Strauss-Kahn qu'elle accuse de tentative de viol sur sa personne en février 2003. Après une interview convaincante au Grand journal lundi 19 septembre, où celle que certains présentait comme fragile est apparue étonnement combative, Banon était l'invitée d'Yves Calvi sur RTL, ce jeudi matin.

Pour la jeune écrivaine, c'est DSK avec ses vingt minutes d'interview parfaitement chorégraphiées sur TF1 qui a déplacé le débat dans la sphère médiatique. Intervenir sur Canal+, dans la presse et ce matin sur RTL, n'est que "répondre avec les mêmes armes" selon la jeune femme de 32 ans.

De cet entretien, nous retiendrons surtout que Tristane Banon affirme avoir reçu des témoignages de femmes qui, elles aussi, auraient été victimes de l'ancien directeur général du FMI : "Elle me disent qu'elles ont eu des violences de la part de Dominique Strauss-Kahn, donc qu'elles savent que je dis la vérité, en tout cas qu'elles le pensent", a dit Tristane Banon, qui s'est dit consciente qu'il pouvait apparaître "un peu facile de dire juste qu'il y a des femmes" victimes, sans plus de détail. "Je pense que si l'affaire va devant un juge d'instruction puis devant une cour, les plaignantes vont avoir le courage" de porter plainte. "Tant qu'elles ne voient qu'une sorte de guerre médiatique dont la plaignante est quand même bien écorchée dans la presse, je comprends qu'elles n'aient pas envie."

La brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) enquête depuis plusieurs mois sur les faits dénoncés par Tristane Banon. De nombreux témoignages, une vingtaine, ont été recueillis par les policiers ainsi que celui de DSK dès son retour en France et à sa demande. La brigade doit prochainement remettre son rapport au procureur qui prendra alors sa décision. Mais la brigade pourrait avant confronter l'accusé à son accusatrice. Sur RTL, toujours aussi déterminée, Banon se tient prête : "La brigade m'a demandé si j'acceptais la confrontation, j'ai dit évidemment oui. Je voudrais qu'il soit en face de moi et qu'il me dise droit dans les yeux que ce sont des faits imaginaires."

Si Tristane Banon trouve "dégradant" de devoir raconter ce qu'elle dénonce sur la place publique, elle se dit "soulagée" depuis son dépôt de plainte, son unique motivation étant de "faire reconnaître son statut de victime". Samedi, elle appelle à manifester devant le palais de justice pour que la parole des femmes victimes de violences sexuelles soit mieux respectée par la machine judiciaire.

Comment le grand public perçoit les interventions de Tristane Banon ? Celle de Dominique Strauss-Kahn sur TF1 continue d'être analysée et commentée. Si les recettes publicitaires de TF1 ont explosé (plus de 49% selon les chiffres communiqués par Yacast) qu'en est-il de la cote de popularité de DSK ? Selon un sondage TNS Sofres pour Canal+ aujourd'hui, seuls 4% des Français considèrent que l'image de DSK s'est améliorée depuis... euh, pour l'opération "réhabilitation", c'est raté !

D'ici quelque temps, l'affaire DSK-Banon va connaître sa première décision judiciaire. En effet, d'après l'Express.fr, les enquêteurs viennent de renvoyer le résultat de leurs auditions au parquet de Paris. Si le dossier est classé (ce sera le cas si les faits sont considérés comme une agression sexuelle "seulement" !), Tristane Banon a annoncé qu'elle déposerait une plainte avec constitution de partie civile. Dans ce cas un juge d'instruction sera nommé...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel