Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Victoires de la Musique : L'indé Vincent Frèrebeau président urgentiste

Victoires de la Musique : L'indé Vincent Frèrebeau président urgentiste
Vincent Frèrebeau (photo) a été élu vendredi 17 juin à la tête des Victoires de la Musique, suite à la démission de Thierry Chassagne.
2 photos
Lancer le diaporama

Un an tout juste après une révolution qui devait mettre le rendez-vous sur une orbite proche de celle des Grammy Awards et a en fait accouché d'une toute petite souris, les Victoires de la Musique ont encore vécu un naufrage ces dernières heures, avec la démission de Thierry Chassagne, PDG de Warner Music France, arrivé aux manettes en 2010. Vendredi, son successeur a été nommé : Vincent Frèrebeau, figure phare de la création indépendante et président-fondateur du label Tôt ou Tard.

Jeudi, on apprenait la démission de Thierry Chassagne, un an seulement après sa prise de fonctions, et une seule tentative à son actif. Selon l'AFP, il s'agit d'une décision de raison : "il ne pouvait plus dégager suffisamment de temps" pour les Victoires suite au rachat de Warner Music Group par Access Industries, holding du magnat Len Blavatnik. Elu pour un mandat de deux ans à compter de l'édition 2010 de la cérémonie de remise des récompenses musicales françaises, le patron de Warner avait déchanté, enregistrant une audience et un feedback assez désastreux : malgré de pieuses intentions de spectacle, quelques innovations et une nouvelle équipe de production qui n'a pas démérité (DMLSTV, société d'Anne Marcassus), la 26e édition des Victoires, exceptionnellement en deux parties, s'est soldée par une défaite. Et, après avoir fait souffler le vent de la révolution, Chassagne baissait donc pavillon sans dire un mot...

Les organisateurs des Victoires avaient annoncé qu'ils désigneraient un nouveau capitaine ce vendredi, et c'est chose faite : Vincent Frèrebeau, connu comme le président-fondateur de l'excellent label indépendant Tôt ou Tard (Thomas Fersen, Yaël Naim, JP Nataf, Dick Annegarn, Bumcello, Agnès Jaoui, Mathieu Boogaerts, Peter van Poehl...) et reconnu comme un acteur inlassable de la création indé et partisan de la première heure d'Hadopi, arrive pour la mission de secours. La barre à babord toute : après un boss de major, le chef de file de la filière indé. Fait amusant : avant de monter son label, dans le début de années 1990 (rallié par Thomas Fersen), Vincent Frèrebeau fut directeur artistique chez... Warner.

Celui que Nicolas Sarkozy avait fait nommer en 2009 au Conseil de la création artistique connaît déjà la maison des Victoires également, puisqu'il avait été président de l'association des Victoires en 2005-2006.

Engagé à son tour pour un mandat de deux ans, Vincent Frèrebeau partagera-t-il la vision de son éphémère prédécesseur ? On l'imagine plutôt s'orienter dans une tout autre direction...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image