Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Oscars 2012 : The Tree of Life, The Artist... Quel film sera élu le meilleur ?

9 photos
Lancer le diaporama

Un an après le sacre de l'historique Discours d'un Roi devant le moderne The Social Network, deux hommages au cinéma se placent comme les leaders pour l'Oscar 2012 du meilleur film. D'un côté, le Français The Artist, reconstitutiion muette et musicale du Hollywood doré des années 20 ; de l'autre, l'Americain Hugo Cabret, réinvention colorée et en 3D du Paris de George Méliès.

À quelques semaines de la cérémonie, qui est le mieux placé pour empocher la statuette ?

 

The Tree of Life de Terrence Malick

L'histoire d'un enfant élevé par un père autoritaire, sous les yeux d'une mère meurtrie ; d'un homme perdu à la recherche des clés de son passé ; d'une planète métamorphosée par la vie et l'amour, la mort et la haine.

Ses atouts : Depuis sa Palme d'or, ce film inclassable et "bigger than life" est devenu un des films les plus importants de l'année. Après une carrière unique ponctuée de quatre films et beaucoup de mystères, Terrence Malick pourrait recevoir cet Oscar comme une récompense pour sa vision radicale du cinéma, de plus en plus respectée à Hollywood - il vient de tourner avec Ben Affleck, Cate Blanchett, Rooney Mara, Christian Bale et Ryan Gosling.

Ses faiblesses : Avec ses envolées lyriques et ses voix-off métaphysiques, le réalisateur est loin de trouver sa place au milieu des films oscarisés. La présence de Brad Pitt (également co-producteur) et le respect croissant qu'il impose auprès des stars expliquent sa présence, mais la nomination de The Tree of Life ressemble déjà à une récompense. L'absence du film dans les autres catégories importantes, et notamment comme meilleur réalisateur, confirme qu'il s'agit d'un véritable outsider.

 

The Artist de Michel Hazanavicius

L'histoire : Dans le Hollywood de 1927, alors que le le cinéma parlant passionne le public, un acteur muet disparaît tandis qu'une figurante est propulsée sur le devant de la scène.

Ses atouts : Presque un an après sa présentation au festival de Cannes, The Artist s'est métamorphosé en objet de culte. Véritablement aimé par la presse étrangère, le film a récolté un nombre impressionnant de récompenses au fur et à mesure des cérémonies, prouvant encore une fois que le cinéma français est un des plus appréciés des Américains. En outre, rendre un hommage à l'âge d'or d'Hollywood est une marque de respect que les Oscars devraient apprécier.

Ses faiblesses : À l'heure actuelle, très peu de choses semblent se mettre sur la route de l'Oscar du meilleur film. Le fait que The Artist soit français pourrait éventuellement gêner l'Académie, tout comme certains concurrents très bien reçus ces derniers mois (The Descendants).

 

Hugo Cabret de Martin Scorsese

L'histoire : Dans le Paris des années 30, un orphelin grandit dans les murs d'une gare, occupé à régler les horloges en échappant au gardien. Hanté par la mort de son père, il se lance à la recherche du mystère d'un étrange automate que son père lui a laissé.

Ses atouts : Avec 11 nominations, Hugo Cabret se place comme le favori des l'Académie. Familial, magique et touchant, le film est un spectacle grandiose, capable d'amuser les plus jeunes et d'intéresser les adultes. De la même manière que The Artist rend hommage à l'âge d'or hollywoodien, Hugo Cabret aussi un hommage vibrant au cinéma français de George Méliès. Les deux leaders des nominations partagent ainsi la même cinéphilie.

Ses faiblesses : La surprise de The Artist pourrait jouer contre Martin Scorsese, considéré comme un maître depuis plusieurs décénnies et oscarisé pour Les Infiltrés il y a cinq ans. En outre, le charmant noir et blanc désuet de Michel Hazanavicius pourrait être préféré à l'atmosphère très travaillée et à la 3D de Hugo Cabret.

 

La Couleur des sentiments de Tate Taylor

L'histoire : Dans le Mississipi des années 60, une jeune journaliste écoeurée par la racisme de son pays se lance dans l'écriture d'un livre sur la vie des domestiques noires de sa petite ville. Malgré la peur des représailles, deux femmes acceptent de partager leur quotidien.

Ses atouts : Le succès monumental du film explique la présence du mélodrame aux Oscars, mais la valeur du film va au-delà du box office. Onze ans après la victoire historique de Halle Berry, première actrice noire à avoir remporté l'Oscar de la meilleure actrice, l'Académie enverrait un message fort avec La Couleur des sentiments.

Ses faiblesses : Là encore, autant de nominations pourrait déjà être une victoire pour ce mélodrame. L'absence de Tate Taylor dans la catégorie meilleur réalisateur démontre aussi que le film est plus respecté en tant que symbole qu'objet cinématographique. Viola Davis et Octavia Spencer semblent les plus susceptibles de porter le succès de La Couleur des sentiments aux Oscars.

 

The Descendants d'Alexander Payne

L'histoire : Alors que sa femme est plongée dans un long coma, un père de famille maladroit est confronté à ses deux filles et ses responsabilités de chef de famille.

Ses atouts : La présence de George Clooney, probablement l'un des acteurs les plus apprécies d'Hollywood - un Oscar et déjà six nominations. Récompensé pour le scénario de Sideways il y a sept ans, Alexander Payne a de son côté prouvé qu'il était devenu un des réalisateurs indépendants les plus respectés par l'Académie, qui pourrait apprécier le mélange de comédie et de drame de The Descendants.

Ses faiblesses : The Descendants ne possède l'ampleur et la magie de Hugo Cabret et The Artist, leaders de la cérémonie. Plus humain et touchant, la "dramédie" est également plus ancré dans une réalité banale, entre difficultés familiales et patrimoine financier. L'Oscar du meilleur film préfère s'évader.


Le Stratège de Benneth Miller

L'histoire : Le directeur d'une équipe de baseball décide de secouer le milieu avec l'aide d'un jeune assistant fasciné par une théorie mathématique. Ils rassemblent une dizaine de joueurs esseulés et brisés pour former une nouvelle équipe, persuadés qu'ils parviendront à vaincre leurs adversaires.

Ses atouts : Hollywood raffole des success story, plus encore lorsqu'elle met en scène un homme rejeté par la société et que l'histoire s'inscrit dans la tradition typiquement américaine du sport d'équipe. Écrite par Steven Zaillian (La Liste de Schindler) et Aaron Sorkin (The Social Network), réalisé par Benneth Miller (Capote) et porté par un Brad Pitt en plein rôle de composition, Le Stratège accumule les talents oscarisés et oscarisables.

Ses faiblesses : Jusqu'à maintenant, Le Stratège est reparti bredouille de la majorité des cérémonies importantes, après une pluie de nominations prestigieuses. Malgré la somme de qualités à l'écran, cette histoire poignante mais très classique semble beaucoup moins impressionner que prévu.

 

Cheval de guerre de Steven Spielberg

L'histoire : Situé durant la Première Guerre mondiale, Cheval de guerre raconte l'amitié entre un jeune homme pétri d'humanisme et de courage et un cheval. Alors que la Grande Guerre les sépare, Albert va tout faire pour retrouver son animal hors du commun.

Ses atouts : La mise en scène virtuose de Steven Spielberg éclate à chaque plan de son oeuvre qui permet de retracer la violence et la puissance de la Première Guerre mondiale en un film. Après avoir exploré la Seconde Guerre mondiale dans La Liste de Schindler – Oscar du meilleur film - et Il faut sauver le soldat Ryan, son Cheval de Guerre possède un souffle épique qui a de quoi être couronné de la fameuse statuette.

Ses faiblesses : L'intensité des scènes d'aventure de Cheval de guerre est contrebalancée par de bons sentiments qui ne font pas toujours dans la subtilité. Il manque certainement de la profondeur aux personnages et aux dialogues pour que ce long métrage soit le parfait concurrent pour le trophée suprême.


Minuit à Paris de Woody Allen

L'histoire : Gil et Inez forment un joli couple d'Américains en vacances à Paris. La magie de la capitale ne tarde pas à opérer, tout particulièrement sur le jeune homme amoureux de la Ville-lumière qui aspire à une autre vie que la sienne.

Ses atouts : Dans un Paris enchanteur et enchantée, Woody Allen réussit à ne pas tomber dans le piège de la carte postale avec ce long métrage qui assume avec poésie et humour sa nostalgie. Personnages truculents dans un passé rêvé, il distille habilement ses névroses et questionnement existentiels et légendaires.

Ses faiblesses : Magique, Minuit à Paris a-t-il les épaules face aux puissants The Tree of Life et Hugo Cabret ? Trop léger, il risque de ne pas peser assez lourd... Et dans la longue carrière qu'a construite le cinéaste, on peut s'interroger pourquoi d'autres de ses oeuvres, majeures, n'ont jamais été nommées dans cette prestigieuse catégorie des Oscars.


Extrêmement fort et incroyablement près de Stephen Daldry

L'histoire : Après la mort de son père dans les attentats du 11 septembre, un enfant découvre une mystérieuse clé. Persuadé qu'elle représente le dernier lien avec son père, il part à la recherche d'une serrure dans la ville de New York.

Ses atouts : Sur la papier, Extrêmement fort et incroyablement près est le candidat idéal pour l'Oscar du meilleur film. Profondément ancré dans l'histoire américaine, ce drame est porté par les oscarisés Tom Hanks et Sandra Bullock, et le réalisateur Stephen Daldry, nommé comme meilleur réalisateur pour chacun de ses films (Billy Elliot, The Hours, The Reader).

Ses faiblesses : Plus encore que Le Stratège, Extrêmement fort et incroyablement près est certainement le grand absent de la saison des prix. Complètement absent des Golden Globes, le film semblait voué à ne même pas être nommé aux Oscars, et sa maigre présence dans deux catégories, dont meilleur film, a sonné comme une véritable surprise pour tout le monde. Un mauvais présage pour la statuette, donc.

Hommage audacieux à Hollywood, The Artist rassemble tous les éléments pour obtenir la récompense ultime, après avoir été acclamé dans toutes les cérémonies de remises de prix où il passait. Mais les coups de coeur de la rédac de Purepeople.com se dirigent plus vers Le Stratège et The Descendants, où la finesse de l'écriture et les performances d'acteurs brillent par leur justesse.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
À ne pas rater
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel