Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
Star Academy
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
Bons plans
NEWSLETTER

Affaire Jacquie et Michel - Viols, esclave sexuelle... Témoignages sordides sur 3 acteurs mis en examen

Affaire Jacquie et Michel - Viols, esclave sexuelle... Témoignages sordides sur 3 acteurs mis en examen
Par Mafalda Betty Rédactrice
Citoyenne du monde qui adore les blind tests des années 90, elle se passionne pour les histoires de cœur avec ou sans happy end des personnalités françaises et internationales.
3 photos
Étendard du porno amateur, la société Jacquie et Michel est face à la justice. Par le biais de son patron mais aussi de trois ex-acteurs ou réalisateurs pornographiques qui ont été mis en examen le 17 juin dans l'enquête sur les dérives lors des tournages pour le site français. Les accusations particulièrement glauques lèvent le voile sur un milieu complexe où la notion de consentement semble accessoire...

Michel Piron, fondateur du célébrissime site français de pornographie amateur Jacquie et Michel, est dans la tourmente depuis les plaintes de sept femmes. Ce sont des actrices de tournages anciennement diffusés sur la plate-forme qui dénoncent des viols et autres pratiques non-consenties et violentes lors de tournage. Si l'avocat du patron français, maître Nicolas Cellupica, s'est insurgé contre une "une opération de fake news et d'intox" et un dossier "quasi-vide" qui fait de la paroles des victimes présumées une "parole d'évangile" instrumentalisée par des associations féministes, il fait face à des témoignages particulièrement choquants.

En effet, Le Parisien s'intéresse aux trois autres hommes concernés par le dossier : un ancien acteur et deux anciens réalisateurs également mis en examen pour viols, complicité de viol, proxénétisme en bande organisée et traite d'être humain en bande organisée. L'un d'eux est aussi poursuivi pour complicité de viol avec acte de torture et de barbarie.

Il y a l'ancien architecte Jacques W. alias Jack Wood, aujourd'hui retraité de 75 ans qui a, à son actif, 40 films tournés. Mis en cause pour des tournages violents avec viols, il dresse un portrait très sombre de Michel Piron et affiche une défense aux accents complotistes: "Je savais bien qu'un jour ça pourrait me tomber bien sur la tête, depuis DSK... Un ami m'avait prévenu." Ce qu'on lui reproche, entre autres ? Avoir séquestré et abusé sexuellement d'une comédienne qui a été ensuite prostituée de force et exploitée sur des tournages violents. Il est aussi accusé de pénétrations anales douloureuses lors d'une scène alors qu'elle avait spécifié dans son contrat y être opposé, en plus d'avoir dû faire une fellation au réalisateur alors qu'aucune caméra ne tournait.

Thomas B., de son nom de scène Antonio, a lui quitté ce milieu depuis des années. Agé 28 ans, il est désormais agent de sécurité. S'il assume son passé dans le porno, il n'en tire aucune fierté d'après son avocat, estimant fait ce qu'on lui avait demandé de faire sous contrat. Il est toutefois impliqué dans les tournage du controversé Dorian, le seul à être en détention provisoire.

Sébastien P. est la véritable identité de Dorian. Touchant le RSA aujourd'hui en plus de shootings photos classiques, cet ex-banquier de 48 ans, libertin assumé, a réalisé une dizaine de films. Les accusatrices le décrivent comme un metteur en scène tyrannique et agressif. Viol glauque, phénomène d'emprise qui conduit à transformer une femme en "esclave sexuelle" pour lui et son entourage en échange de repas gratuits... "Il disait qu'il voulait me sublimer genre Christian Grey dans 50 nuances. C'était comme un gourou", a-t-elle dénoncé dans sa plainte que Le Parisien a pu consulter, relatant une scène privée où elle a été attachée à une potence au domicile du réalisateur pour subir sévices et humiliations.

Une enquête très délicate dans un milieu opaque. L'un des juges d'instruction avait estimé dans une ordonnance qu'il n'était "pas inconcevable qu'il existe des dérives systémiques aboutissant au dépassement de la volonté des femmes", ajoutant toutefois que "les éléments sont insuffisamment caractérisés pour l'instant et nécessitent la poursuite des investigations".

Les accusés restent présumés innocents des faits qui leur sont reprochés jusqu'au jugement définitif de l'affaire.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image