Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Angelina Jolie tacle (enfin) Donald Trump : "Nous jouons avec le feu"

Angelina Jolie s'en prend à Donald Trump dans une tribune publiée sur le New York Times.
14 photos
Lancer le diaporama
Angelina Jolie s'en prend à Donald Trump dans une tribune publiée sur le New York Times.
L'actrice américaine en pris position contre le président américain, en évoquant notamment ses enfants.

Silencieuse depuis l'élection de Donald Trump (et même pendant la campagne), Angelina Jolie a fini par mêler sa voix à celles des stars hollywoodiennes qui ont pris position contre le nouveau locataire de la Maison Blanche.

Dans une tribune publiée par le New York Times, l'actrice et réalisatrice évoque le Muslim Ban (ce fameux décret anti-immigration qui interdit aux ressortissants de sept pays arabes d'entrer sur le sol américain) et évoque à nouveau la crise des réfugiés. "Les réfugiés sont des hommes, des femmes, des enfants pris dans la folie guerrière, persécutés. Loin d'être des terroristes, ils sont souvent victimes du terrorisme eux-mêmes", commence l'ambassadrice de l'ONU, qui affirme que "la crise globale des réfugiés et la menace du terrorisme rendent tout à fait justifiable" une réflexion politique sur la question. "Mais notre réponse doit être mesurée et doit être fondée sur des faits, pas sur la crainte", ajoute-t-elle.

Très vite, elle critique ouvertement le décret de Trump, se disant d'abord "fière" d'un "pays qui a donné refuge aux personnes les plus vulnérables". "Les Américains ont fait couler du sang afin de défendre l'idée que les droits de l'homme transcendaient la culture, la géographie, l'origine ethnique et la religion. La décision de refuser aux réfugiés le droit d'accès aux États-Unis et de refuser d'accorder la citoyenneté aux personnes venant de ces sept pays majoritairement musulmans a choqué nos amis à travers le monde, assure-t-elle. Si nous envoyons un message qui affirme qu'il est acceptable de fermer les portes aux réfugiés ou de les discriminer sur base de leur religion, nous jouons avec le feu."

Agir par la peur n'est pas la solution

Une prise de position qui ne fera assurément pas plaisir à Jon Voight, son père et l'un des rares soutiens de Donald Trump à Hollywood – et qui avait assisté à la cérémonie d'investiture. "Si nous divisons les gens à l'extérieur de nos frontières, nous nous divisons nous-mêmes", a clamé la star de 41 ans pour qui "agir par la peur n'est pas la solution".

La future ex-femme de Brad Pitt a également évoqué sa famille, elle qui a adopté trois enfants (Maddox, Pax et Zahara). "En tant que mère de six enfants, qui sont tous nés dans des pays étrangers et fiers d'être des citoyens américains, je souhaite vraiment que notre pays soit un lieu sûr pour eux et pour tous nos enfants, a déclaré Angelina Jolie. Mais je veux aussi être sûre que les enfants réfugiés qui demandent l'asile auront toujours une chance de plaider leur cause auprès d'une Amérique compatissante. J'espère aussi que nous pourrons gérer notre sécurité sans bannir des citoyens de pays entiers, même des bébés, jugés dangereux pour notre pays, pour des raisons géographiques ou religieuses." Et d'interpeller directement Donald Trump au moment de conclure : "Nous devons rallier notre cause à celle des populations de toutes les croyances qui se battent contre la même menace et recherchent la même sécurité. C'est là que j'aimerais que tout président de notre grande nation nous guide au nom de tous les Américains."

Il est peut-être temps d'accepter Trump

De son côté, Matthew McConaughey a montré un discours quelque peu différent. Plutôt que d'aller au clash et au constat de dépit, l'acteur texan a une autre idée sur la question. "Il est notre président. Et si dynamiques et clivants furent les jours qui ont précédé et succédé son investiture, au regard de ses déclarations et de ses premiers décrets, il est peut-être temps de l'accepter et de se montrer constructif", a déclaré le comédien à l'affiche de Gold lors d'une interview à la BBC. Selon lui, "peu importe les raisons de nos désaccords, il va falloir réfléchir à la manière dont on va pouvoir travailler avec lui au cours des quatre prochaines années, au moins".

Bien que Matthew McConaughey n'ait jamais exprimé une attache au parti républicain (largement plébiscité dans son Etat, le Texas), ses propos ont suscité un étonnement et de vives réactions sur la Toile.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos

Kim Kardashian dévoile l'aire de jeux de ses enfants dans de rares images de sa maison, le 12 février 2020 sur Instagram.
Joshua Jackson et Jodie Turner-Smith sur Instagram. Le 25 février 2020.
Kim Kardashian et Kanye West au KFC de Strasbourg Saint-Denis, le 19 février 2020 à Paris.
Kim Kardashian et Kanye West au KFC de Strasbourg Saint-Denis, le 19 février 2020 à Paris.
Heidi Klum explique avoir les mêmes symptômes que ceux causés par le Covid-19, le 13 mars 2020.
Chez les stars, plusieurs se ressemblent et c'est assez bluffant !
M. Pokora en confinement avec Christina Milian le 21 mars 2020.
M Pokora avec son fils Isaiah le 9 juin 2020.
Christina Milian en lingerie bleue le 1er avril 2020, pour annoncer qu'elle est la nouvelle ambassadrice de la marque Savage X Fenty de Rihanna.
James Van Der Beek explique la série "Dawson" à sa fille Olivia. Instagram. Le 26 février 2020.
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel