Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Brandao, le choc : Un mois de prison ferme pour son coup de boule à Thiago Motta

11 photos
Lancer le diaporama
Brandao avait donné un violent coup de tête à Thiago Motta le 16 août 2014 dans les couloirs du Parc des Princes à Paris

Brandao ne s'attendait probablement pas à ça... Le joueur brésilien, qui avait asséné un coup de boule à Thiago Motta lors du match entre le PSG et Bastia au Parc des princes à Paris le 16 août dernier, a été condamné à une peine de prison ferme.

Une surprise, dans le mauvais sens du terme, dans la mesure où le procureur général avait réclamé huit mois de prison avec sursis ce jeudi 27 novembre au matin assortis d'une amende de 15 000 euros. Mais les trois juges de la 30e chambre du tribunal correctionnel de Paris en ont décidé autrement et l'ont condamné à un mois de prison ferme et à 20 000 euros d'amende. Toutefois, Brandao pourrait ne pas aller en prison, le président Yves Madre ayant laissé entendre qu'il pourrait bénéficier d'un aménagement de peine.

Il a également expliqué, agacé, qu'il ne pouvait prononcer de peine alternative comme des travaux d'intérêt général du fait de l'absence de Brandao, opéré ce jeudi de la cuisse droite. La sévérité de la décision s'explique par le fait que le tribunal a retenu la préméditation et a pris "en compte le contexte et notamment les problèmes de violence dans les stades".

"Un peu sonné", l'avocat de Brandao, Me Olivier Martin, a dénoncé une décision "dans la droite ligne de ce qui se passe depuis le début de ce dossier : on est dans la démesure", tout en avançant qu'il ne ferait probablement pas appel de la décision. Lors de l'audience, il avait plaidé un "acte irraisonné" et une "impulsion subite" de son client. Brandao avait présenté ses excuses mais avait nié le caractère prémédité. Il avait expliqué à l'audience par le biais de son avocat que tout le stade chantait "Brandao en prison", en référence à une histoire de viol classée sans suite du temps où il évoluait à l'Olympique de Marseille, et que le joueur parisien en rajoutait. Il l'aurait attendu dans le couloir pour en discuter et aurait cru qu'il allait le frapper, ce qui l'aurait pousser à lui donner ce coup de tête. Du côté de Thiago Motta, on avait expliqué avoir échangé des insultes durant le match, le genre de chose qui se fait habituellement.

"Sur le terrain, lors de notre échange, il m'a bien dit qu'il m'attendrait. J'étais loin d'imaginer qu'il le ferait vraiment", avait déclaré le joueur du PSG lors de son audition par les policiers. La représentante du ministère public avait indiqué être "face à un comportement qui est pensé, qui est calculé, (...) au-delà d'un comportement qui est simplement affligeant". Elle avait également rappelé que la jurisprudence retenait la préméditation, notamment lorsqu'il y avait eu menace "quelque temps avant".

"La réalité, c'est que le coup a été porté parce que Thiago Motta" avait "pris un ascendant psychologique" sur Brandao, a insisté l'avocat de ce dernier, tout en expliquant que les insultes du joueur parisien avaient fait "péter les plombs" à son client, et qu'on ne pouvait donc retenir la préméditation.

Un coup de tête qui coûte aujourd'hui très cher à Brandao âgé de 34 ans, lui qui avait déjà été suspendu six mois de la compétition par la commission de la Ligue de football.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel