Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Britney Spears sous tutelle : son père sort les griffes et accuse la co-tutrice de sa fille

Par Soraya Idbouja Rédactrice
Sériephile depuis la Trilogie du Samedi, Soraya se passionne pour l’actu des stars, toutes les stars. Fan des Inconnus et nostalgique des années 2000, elle n’hésitera pas à vous fredonner un petit air de ses groupes préférés -aujourd’hui oubliés- comme le S Club 7 ou les Linkup ou à vous concocter une playlist funky à souhait !
11 photos
Le père de Britney Spears, Jamie Spears, a des comptes à régler ! Accusé d'avoir infligé un véritable calvaire à sa fille depuis 13 ans, l'homme remet la faute sur... La co-tutrice de sa fille, Jodi Montgomery ! Cette dernière, très remontée, a donné sa version des faits par l'intermédiaire de son avocat.

Voilà déjà une semaine que la vérité à propos du calvaire de Britney Spears a éclaté. Mercredi 23 juin, la chanteuse pop de 39 ans déclarait devant le juge qu'elle était sous la tutelle de son père, Jamie, depuis 13 ans et qu'il ne lui laissait aucune liberté. Un témoignage déchirant qui a ensuite été relayé par les médias et les amis de la star, qui ont manifesté leur soutien.
Depuis, le père de la chanteuse, âgé de 68 ans, s'est confondu en excuses à travers un communiqué, expliquant qu'il vivait désormais loin de sa fille. Pourtant l'affaire ne s'arrête pas là puisque l'homme clame son innocence haut et fort et pointe du doigt la responsabilité de Jodi Montgomery, la tutrice professionnelle de sa fille aînée ! La femme s'est défendue et a déclaré que son but premier, depuis qu'elle s'occupe de Britney Spears, en septembre 2019, est de faire en sorte qu'elle n'ait plus besoin d'être sous tutelle.

Selon les informations de TMZ, l'avocat de la curatrice a affirmé que sa cliente ne fait que servir les intérêts de la chanteuse, ne pense qu'à son bien-être et que jamais elle ne s'était prononcée contre l'envie de se marier ou de fonder une famille de la chanteuse.

Concernant les comptes de Britney Spears, dont la fortune est estimée à 60 millions de dollars, Jodi Montgomery assure que c'est bien Jamie Spears qui en a le contrôle exclusif. L'interprète de Toxic doit passer par sa co-tutrice pour demander de l'argent à son père, qui assure la trésorerie. La décision finale incombe donc à Jamie Spears : c'est lui qui décide d'accorder ou non une somme d'argent à sa fille, d'après les dires de Mme Montgomery.

Britney Spears sous tutelle : le rôle joué par son avocat

Jamie Spears réfute totalement les accusations de sa fille à son encontre : il dit qu'il n'a pas pris de décisions à la place de sa fille depuis 2 ans et qu'il ne lui parle plus depuis longtemps.
Selon lui, sa fille était mentalement instable lorsqu'il s'agissait de prendre des décisions concernant sa santé, c'est pourquoi son avocat, Sam Ingham, l'a mis entre les mains d'une tutrice : Jodi Montgomery.

De plus, le père de l'artiste a avoué qu'il n'a jamais empêché sa fille de se marier. Il a rappelé qu'il était d'accord lorsqu'elle souhaitait épouser Jason Trawick en 2011, mais l'union n'a jamais eu lieu car ils ont mis fin à leur relation en 2013.

Les avocats de Jamie Spears ont demandé, au nom de leur client, que la lumière soit faite autour de la déposition de la chanteuse datant du 23 juin dernier.
"M. Spears estime qu'il est important pour l'intégrité de la procédure de tutelle et dans le meilleur intérêt de Mlle Spears que la Cour ordonne une enquête sur les questions et les réclamations soulevées par Britney Spears. Soit les allégations se révéleront vraies, auquel cas des mesures correctives devront être prises, soit elles se révéleront fausses, auquel cas la tutelle pourra continuer son cours", peut-on lire.

Cette histoire est loin d'être terminée.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image