Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Clippers de Los Angeles: Scandale raciste en NBA, Obama et l'Amérique choqués

12 photos
Lancer le diaporama

Le petit monde policé de la NBA, la prestigieuse ligue américaine de basket, est secoué par l'un des plus gros scandales de son histoire. Le propriétaire de la franchise des Clippers a tenu des propos franchement racistes et nauséabonds envers les Afro-américains. De quoi provoquer une tempête médiatique, poussant Barack Obama à s'exprimer sur le sujet.

Propos racistes et joueurs noirs

Alors que se disputent actuellement les playoffs et que les Clippers de Los Angeles font partie des outsiders sérieux au titre, leur propriétaire Donald Sterling se retrouve au coeur d'un scandale aux relents de racisme. Une conversation enregistrée par une jeune femme, V.Stefiano, avec qui il entretiendrait une relation, a été diffusée par le site TMZ.

Et le boss des Clips n'y va pas par quatre chemins en parlant des Afro-américains, lui qui reproche à la jeune femme d'avoir publié une photo d'elle avec Magic Johnson, légende des rivaux des Lakers, sur son compte Instagram (photo depuis supprimée). "Ça m'ennuie beaucoup que tu veuilles afficher que tu fréquentes des Noirs", lui balance-t-il ainsi, alors qu'elle-même est métissée mexicaine et afro-américaine, avant de poursuivre, énervé : "Tu peux coucher avec des Noirs. Tu peux les ramener à la maison, tu peux faire ce que tu veux. La seule chose que je te demande, c'est de ne pas en faire la promotion... et de ne pas les ramener à mes matchs. Je suis juste en train de dire que dans ton putain d'Instagram minable, tu n'as pas besoin de te montrer en train de fréquenter des Noirs. Ne mets pas Magic sur Instagram pour que tout le monde le voit et se sente obligé de m'appeler. Et n'amène pas Magic Johnson à mes matchs."

Une sortie qui plonge la NBA dans un scandale tel qu'elle n'en avait plus connu depuis de très longues années. Si Donald Sterling ne semble pas apprécier "les Noirs", il semble oublier que 12 de ses joueurs sur 14 sont afro-américains ou métissés, dont ses trois superstars, Chris Paul, Blake Griffin et DeAndre Jordan... Dans une ligue où la grosse majorité des joueurs sont afro-américains, la sortie du président des Clippers, même privée, choque.

Les stars de la NBA indignées

Les stars de la ligue n'ont pas tardé à réagir, à l'image de Kobe Bryant, qui a simplement lâché sur son compte Twitter : "Je ne pourrais pas jouer pour lui." LeBron James, quatre fois MVP de la saison, double champion en titre et successeur désigné de Michael Jordan, s'est lui montré plus offensif : "Si ce qui a été rapporté est vrai, c'est inacceptable. Ça n'a pas sa place au sein de notre ligue. Ça n'a aucune importance que nous soyons blancs, noirs ou hispaniques, ça dépasse les races et la couleur de peau. Notre commissionnaire doit prendre position et se montrer très agressif sur le sujet. On ne peut pas voir ça au sein de notre ligue. C'est très irrespectueux et c'est épouvantable. (...) Les playoffs sont incroyables et le basket continue de grandir, mais il n'y aucune place pour Donald Sterling en NBA. Aucune."

Et alors que les joueurs des Clippers se demandaient s'ils n'allaient pas boycotter leur prochain match de playoffs, avant finalement de se raviser, les réactions continuaient de tomber. Shaquille O'Neal, pivot légendaire des Lakers aujourd'hui à la retraite et consultant télé a qualifié ces propos de "répugnants" et que s'il pouvait, il virerait Donald Sterling de la NBA. Interrogé par TMZ, Magic Johnson a invité les Afro-américains à ne plus se rendre aux matches des Clippers tant que Donald Sterling serait toujours en place. "C'est une honte qu'il pense cela des Afro-américains, a ajouté Magic. Il a une équipe pleine d'incroyables joueurs afro-américains qui travaillent ensemble pour rapporter un titre aux fans des Clippers." "La NBA est une ligue noire, il ne peut pas y avoir un propriétaire qui tient de tels propos, il doit être suspendu", a estimé pour sa part Charles Barkley, sacré MVP en 1993 et grande gueule des médias.

Du côté des Clippers, difficile de faire profil bas. D'autant plus que sa star Chris Paul est le boss du syndicat des joueurs. DeAndre Jordan, le pivot titulaire des Clippers a peut-être eu la réponse la plus symbolique, puisqu'il a posté sur son compte Instagram un simple carré noir, sans légende... L'entraîneur Doc Rivers, l'un des meilleurs entraîneurs de ces dernières années, a déclaré que la meilleure réponse se donnerait sur le terrain.

Barack Obama outré

Mais ce scandale n'est pas resté au sein des frontières américaines, puisque Barack Obama, premier président des Etats-Unis afro-américain, en voyage officiel en Malaisie, a réagi après une question posée par un journaliste. "Je ne pense pas que je doive interpréter ces déclarations devant vous. Elles parlent d'elles-mêmes, a déclaré Barack Obama. Lorsque des personnes ignorantes se vantent de leur ignorance, il n'y a pas grand chose à faire sinon de les laisser parler", évoquant encore des propos "incroyablement offensants" et "racistes".

De son côté, la NBA et son patron Adam Silver n'envisagent pas de sanctions immédiates, attendant les conclusions d'une enquête visant à montrer qu'il s'agit bien de David Sterling dans l'extrait audio publié par TMZ. Devant la sourde colère des joueurs, anciens joueurs, dirigeants et analystes, la NBA a promis une enquête rapide.

Vaudeville aux relents racistes

Quant à David Sterling, il a assuré via un communiqué ne pas être raciste, tout en pointant du doigt la jeune femme auteure de l'enregistrement, qui serait en procès avec la famille Sterling, et notamment l'épouse du milliardaire. "Cette personne est accusé d'avoir détourné plus de 1,8 million de dollars (1,3 million d'euros) et a dit à M. Sterling qu'elle se vengerait", insiste dans un communiqué Andy Roeser, le président de la franchise californienne, ajoutant : "M. Sterling insiste sur le fait que ce qui transparait dans cette conversation ne reflète pas ses sentiments, croyances et vues, c'est même l'antithèse de ce qu'il est."

Difficile de le croire, lorsque l'on sait que David Sterling n'est pas novice en la matière comme le rappelle le site Basket Session. En 2009, sa compagnie immobilière avait été condamnée à verser 2,7 millions de dollars de dédommagement à des familles aux origines afro-américaines et hispaniques après avoir été accusée de discrimination raciale. "Deux ans plus tard, Elgin Baylor, ancien joueur NBA et ancien dirigeant des Clippers, dénonçait des propos racistes de Donald Sterling", poursuit le site.

L'impact de ces déclarations sont énormes sur les joueurs des Clippers et sur l'image de la franchise en général, voire de la NBA...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image