Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Crash de Dropped : la société de production condamnée en appel pour "faute inexcusable"

Crash de Dropped : la société de production condamnée en appel pour "faute inexcusable"
Par Lise Normandie Rédactrice
Depuis sa Normandie natale, elle aspirait à une vie bien plus palpitante. Lassée du beurre, du cidre et des vaches, s'installer à Paris a changé sa vie... Se sentir plus proche et connectée de toutes ses stars préférées que presque personne, dans sa Normandie, ne connaît… À part Amandine Petit bien sûr, Miss Normandie et Miss France !
10 photos
La société de production ALP a été condamnée en appel "pour faute inexcusable" à indemniser la famille d'un caméraman victime de l'accident d'hélicoptères survenu sur le tournage de "Dropped" (TF1), en mars 2015 en Argentine, selon un arrêt jeudi de la cour d'appel de Versailles.

Plus de six ans après le drame...

Jeudi 27 mai 2021, la société de production ALP a été condamnée en appel "pour faute inexcusable" à indemniser la famille d'un caméraman victime de l'accident d'hélicoptères survenu sur le tournage de Dropped (TF1), en mars 2015 en Argentine, selon un arrêt jeudi de la cour d'appel de Versailles.

Cette décision confirme le jugement du tribunal des affaires de sécurité sociale (TASS) des Hauts-de-Seine du 20 avril 2018, qui avait condamné la société SAS Adventure Line Productions (ALP) à verser à la veuve, à la mère et aux deux jeunes enfants du caméraman Laurent Sbasnik un total de 120 000 euros de dommages et intérêts. ALP doit également rembourser à la Caisse primaire d'assurance maladie des Hauts-de-Seine près de 400 000 euros de majorations de rente.

Le 9 mars 2015, le tournage de ce jeu d'aventures avait tourné au drame : deux hélicoptères étaient entrés en collision en plein vol, causant la mort de dix personnes dont trois sportifs français de haut niveau, la navigatrice Florence Arthaud, le boxeur Alexis Vastine et la nageuse Camille Muffat, ainsi que plusieurs personnes employées par la société de production ALP. L'émission devait être diffusée durant l'été 2015 sur TF1. Les sportifs français devaient être largués dans des zones isolées et mis au défi de retrouver la "civilisation" en moins de 72 heures.

Laurent Sbasnik, mort à l'âge de 40 ans, était chargé de filmer "portes ouvertes, harnaché et dans une configuration de vol dangereuse" ces deux hélicoptères évoluant "en formation rapprochée", soulignait le TASS en 2018. Cela comportait donc "des risques particuliers pour sa santé et sa sécurité" sans qu'il ait "obtenu l'information et/ou la formation appropriée", précisait cette décision.

"Le fait de scénariser une manoeuvre aérienne totalement hasardeuse avec 8 passagers à bord de deux hélicoptères volant en formation a été reconnu comme une faute inexcusable de la part d'ALP, employeur des techniciens. Cette manoeuvre était absolument inutile et dangereuse et la cour l'a acté judiciairement", s'est félicitée Me Solenn Le Tutour, avocate de la famille Sbasnik. "C'est une victoire pour mes clients et pour les victimes de ce dramatique accident", a-t-elle ajouté.

Le 17 février dernier, la société ALP, poids lourds des jeux télévisés d'aventure tels que Koh-Lanta ou Fort Boyard, a été mise en examen pour "homicides involontaires".

Cette nouvelle étape, prélude à la décision sur un éventuel procès, était attendue après de précédentes mises en examen: celle en février 2019 du Suédois Peter Högberg, "chargé de sécurité lors du tournage", puis en octobre 2020 de Nicolas Roussel, directeur de production de l'émission.

Les juges français soupçonnent désormais une "faute caractérisée" des mis en examen: avoir sous-évalué le budget affecté aux moyens aériens et privilégié les critères financiers dans le choix des pilotes et des hélicoptères, "au détriment de la sécurité des personnes".

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image