Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Delphine Jubillar : Des cris lors de sa disparition ? "C'est faux"

Delphine Jubillar : Des cris lors de sa disparition ? "C'est faux"
Par Camille Dubois Rédactrice
Passionné par le monde du showbiz français, il est un grand fan de Cyril Viguier, Bénabar ou encore de Chevallier et Laspalès. Il met sa passion pour l'actu des stars au service de son poste de rédacteur
18 photos
Dans une interview à "Midi Libre", Me Jean-Baptiste Alary tente de décrédibiliser les éléments du dossier à charge contre son client, Cédric Jubillar, toujours mis en examen pour "homicide par conjoint". Il évoque notamment ces cris de détresse entendus par des voisines du couple la nuit de la disparition de Delphine.

Dans les médias, les trois avocats de Cédric Jubillar continuent de pointer du doigt un dossier "vide". Prévoyant de déposer une énième demande de remise en liberté, la défense du plaquiste tarnais répond à toutes les interviews, tout en évoquant des points précis de l'affaire. Interrogé par Midi Libre dans un entretien paru le 30 août 2021, Me Jean-Baptiste Alary revient sur ces cris de détresse entendus par deux voisines le soir de la disparition de Delphine Jubillar.

Elles disent avoir été sur la terrasse après la diffusion d'un film sur TF1, ce soir là, à 23h07 d'après l'estimation des enquêteurs, qui se sont basés sur la grille des programmes de la chaîne. C'est là qu'elles ont entendu une femme crier et des chiens aboyer.

"On a horodaté ces cris à 23 h 07. Hors c'est faux. Car ces cris sont entendus par une voisine et sa fille qui, cela dit en passant, habite à 150 m à vol d'oiseau des Jubillar, alors que les voisins les plus proches qui habitent à 3 m n'ont rien entendu. Elle dit qu'elle est sortie fumer une cigarette précisément à un moment du film qu'elle regarde. Mais le film s'achève à 23 h 07. Donc fort commodément, ça arrangeait bien de dire que les cris étaient postérieurs au moment où le petit se couche. On a mis artificiellement l'horaire de ce cri à 23 h 07, qui est l'heure à laquelle le film s'est achevé", a développé l'avocat.

Le pénaliste est d'ailleurs toujours aussi véhément au sujet des éléments à charge contre son client. Pour lui, c'est simple, "il n'y en a pas". Les menaces de mort, les témoignages des proches, sa version chancelante, cette machine de couette... tout est explicable ou inventé de toute pièce par l'accusation. "Ils ont des éléments qu'ils essayent d'aligner un peu comme on aligne des planètes, dans un seul sens, celui de la culpabilité de Cédric Jubillar qu'ils ne démontrent d'ailleurs pas. Si on prend les choses une à une, tout ça n'est pas sérieux", martèle-t-il. Cédric Jubillar devrait être présenté à un juge d'instruction en octobre prochain. Il reste emprisonné à la prison de Seysses (Toulouse) à l'isolement dans le cadre de sa mise en examen pour "homicide par conjoint". Il est présumé innocent des faits reprochés jusqu'à la fermeture du dossier.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image