Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Eddy de Pretto cash sur les drogues : "Je connais mes limites"

Eddy de Pretto cash sur les drogues : "Je connais mes limites"
Par Camille Dubois Rédactrice
Passionné par le monde du showbiz français, il est un grand fan de Cyril Viguier, Bénabar ou encore de Chevallier et Laspalès. Il met sa passion pour l'actu des stars au service de son poste de rédacteur
14 photos
À l'occasion de la sortie de son deuxième album, "À tous les bâtards", Eddy de Pretto a donné un long entretien au "Parisien". Le jeudi 25 mars 2021, l'artiste de 27 ans s'est confié sur son rapport "festif" aux drogues dures.

Enfin. Eddy de Pretto est de retour avec un nouvel album, son deuxième, À tous les bâtards. Pour en faire la promotion, l'originaire de Créteil a accordé une longue interview au Parisien, parue dans l'édition du jeudi 25 mars 2021. Il y évoque les grands thèmes de son album, notamment son rapport "festif" aux drogues dures.

Dans Désolé Caroline, Eddy de Pretto parle de sa rupture avec la cocaïne. "Ah bon, je ne sais pas, sourit-il à nos confrères. J'ai un rapport festif aux drogues. Je fais très attention, je connais mes limites. J'ai trop peur de l'addiction et de la mort." Une consommation occasionnelle assumée.

Avec le confinement et la pandémie, Eddy de Pretto n'a pas vraiment eu l'occasion de consommer. Sa dernière soirée remonte au 12 février dernier, aux Victoires de la musique, d'où il était reparti bredouille. "J'étais dégoûté sur le moment parce que j'y croyais un peu avec trois nominations, mais le lendemain ça allait très bien. Si j'en ai un jour, merci beaucoup, mais je ne vis pas pour avoir des Victoires de la musique", confie-t-il.

Sortir ce deuxième opus assez longtemps après le premier était nécessaire. S'il concède être parfois un peu flemmard, Eddy de Pretto est un perfectionniste qui peut passer six mois sur une seule chanson. "Même ma mère me disait : 'on ne t'entend plus à la télé et à la radio, c'est fini ?'", raconte-t-il. Mais c'était le temps d'obtenir un album "précis, juste", sorti de ses tripes. "C'est pour cela que ça me fait peur et que je ne sais pas s'il y aura un troisième album", prévient-il.

Dans tous les cas, Eddy de Pretto est bien différent de celui qui avait "tellement peur", "en pleurs" dans son lit après la sortie de son premier album, le succès Kid. "La ferveur et la scène m'ont aidé à être plus moi, à être plus à l'aise, même socialement, à enlever mes masques sur cet album. Je m'assume plus", explique l'interprète de Fête de trop.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image