Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Enora Malagré longtemps dépendante à l'alcool et aux médicaments : "Les démons sont à ma porte"

13 photos
Voir 13 photos
Enora Malagré longtemps dépendante à l'alcool et aux médicaments : "Les démons sont à ma porte"
Énora Malagré s'est livrée comme jamais dans son livre "Un cri du ventre", paru en 2019. L'ex-chroniqueuse y évoque un sujet délicat : son endométriose. Christophe Hondelatte s'est emparé de son histoire dans "Hondelatte raconte" sur Europe 1, relatant sa lente descente aux enfers.

Enora Malagré a révélé il y a déjà quelques années être atteinte de l'endométriose, cette maladie gynécologique qui a de lourdes conséquences sur la fertilité. L'endométriose, Énora Malagré ne la connaissait malheureusement que trop bien avant d'en être touchée. Sa grand-mère et sa mère ont elles aussi été frappées par ce mal. La journaliste est confrontée, chaque mois, à des douleurs insupportables mais ce n'est qu'à l'âge de 30 ans qu'on la lui a diagnostiquée. Cela a ainsi brisé son rêve d'avoir un enfant. Enora Malagré ne perd toutefois pas espoir et tombe enceinte à plusieurs reprises, mais le résultat est toujours le même : elle fait des fausses couches.

Christophe Hondelatte a décidé de raconter l'histoire de l'ex-chroniqueuse de Touche pas à mon poste, livrée dans son livre Un cri du ventre et paru en 2019, dans Hondelatte raconte sur Europe 1. En reprenant les mots d'Enora Malagré, Christophe Hondelatte a partagé sa lente descente aux enfers où pendant longtemps, elle a trouvé refuge dans l'alcool et les médicaments. "Des shots de Rhum", "des joints"... Enora Malagré a envie "de boire" et d'anesthésier en quelque sorte sa souffrance. "Les démons sont à ma porte, je recommence à sombrer", écrit-elle dans son livre. Heureusement, la jolie blonde de 40 ans a réussi à se prendre en main. "Augmenter la fréquence de mes séances chez le psy, faire plus d'exercices de respiration, pour mieux contrôler mes hormones capricieuses. Il faut que j'arrive à faire la part des choses entre mon endométriose et mes pulsions d'autodestruction. Qui était là le premier ? Qui est responsable de l'autre ? Je mélange mes souffrances. Mais elles sont toutes à moi", récite Christophe Hondelatte.

Des efforts qui ont payé puisque Enora Malagré va aujourd'hui beaucoup mieux. "La boisson est désormais bannie de mon appartement et de mes soirées (...). J'ai décidé de ne plus faillir, je ne peux plus. Cette fuite large n'est pas celle d'une femme libre. Je pense à ma mère qui, malgré ses années sanglantes, n'a pas sombré dans la dépendance pour autant". Avec son compagnon, Enora Malagré espère toujours fonder une famille et songe à l'adoption. "Mon enfant sera mon roi, ma reine. Je ne l'aurai peut-être pas porté, mais je vais l'élever, le chérir, l'armer pour qu'il sache se défendre", avait-elle confié à Public en 2019.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image