Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
Star Academy
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
Bons plans
NEWSLETTER

Guillaume Canet : "Je me suis parfois laissé submerger par ma propre violence"

Guillaume Canet : "Je me suis parfois laissé submerger par ma propre violence"
Par Christopher R.
13 photos
Lancer le diaporama
Bande-annonce de Mon garçon (en salles le 20 septembre 2017)
L'acteur français incarne un père prêt à tout dans le thriller "'Mon Garçon".

Le 20 septembre sortira en salles le film Mon garçon, ou la quête d'un père pour retrouver son fils porté disparu. Un thriller implacable et surtout audacieux d'un point de vue narratif. En effet, au moment du tournage, Guillaume Canet ne savait presque rien du scénario et devait se laisser happer par le personnage, telle une improvisation. Une performance hors normes et forcément risquée, dont l'acteur n'est pas ressorti indemne.

"J'ai été obligé de tout puiser en moi petit à petit, confie-t-il à Télé 7 Jours. Et de rajouter : "Lors de certaines scènes, je me suis totalement laissé submerger par l'émotion et, parfois aussi, par ma propre violence." Fier de ce film, le chéri de Marion Cotillard dit avoir "vécu une expérience rare" et être "rentré lessivé" après moins d'une semaine de tournage. "Il n'y a rien de plus chiant qu'un tournage qui dure des semaines et des semaines, où ça va à deux à l'heure, où le metteur en scène se regarde le nombril ou met huit heures à chercher ce qu'il veut faire. Je préfère bosser comme un dingue jour et nuit et y aller à fond", n'a-t-il pas hésité à dire.

Forcément, cette expérience et ce rôle de papa prêt à tout pour rechercher son fils a fait écho à son propre rôle de père, et notamment sur sa présence. "Je n'ai pas ce problème [de père absent, NDLR]. Je suis très proche de mon fils et de ma fille [Marcel, 6 ans, et Louise, née en mars dernier]. Marion et moi, nous organisons notre vie en fonction de celles de nos enfants. Nous ne nous éloignons jamais", a-t-il simplement déclaré.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image