Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Jacques Rançon : Le tueur en série "s'est acharné sur le corps de" Marie-Hélène, sordides révélations

Jacques Rançon : Le tueur en série "s'est acharné sur le corps de" Marie-Hélène, sordides révélations
Par Samya Yakoubaly Rédactrice
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.
5 photos
Jacques Rançon est jugé en appel pour le meurtre d'Ibsalle Mesnage. C'est loin d'être le seul crime qu'on lui a reproché. En 2018, il a été condamné pour le meurtre de deux jeunes femmes qu'il a rencontrées dans le quartier de la gare de Perpignan. Ses victimes ont été retrouvées dans des états effroyables, "Faites entrer l'accusé" est notamment revenu sur la découverte du corps de Marie-Hélène, un cauchemar...

Jugé en appel pour le meurtre d'Isabelle Mesnage en ce mois de juin 2022, une jeune femme de 20 ans retrouvée morte en 1986, Jacques Rançon avait déjà à son compte de terribles méfaits. En 2018, il a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, avec 22 ans de sûreté, pour le meurtre et le viol de deux autres jeunes femmes, qu'il ne conteste pas. Il s'agit de deux jeunes femmes, encore une fois, Moktaria et Marie-Hélène. Dans l'épisode de Faites entrer l'accusé consacré à ce terrible personnage sur France 2, le détail de l'agression de l'une d'elles donne froid dans le dos.

Près d'une autoroute, dans une décharge sauvage, un chifonnier a découvert le 26 juin 1998 un corps en position foetale dissimulé sous un tapis et des cartons : c'est celui d'une femme, qui est en décomposition. "Il manque la tête, les poignets, elle a été éviscéré. Les parties génitales et anales ont été enlevées. Mais dans ce cas-là les découpes sont différentes de celles de Moktaria, c'est grossier. On dirait que le meurtrier s'est acharné sur le corps", explique le policier Guy Armand.

Son corps est dans un terrible état, à cause de la putréfaction puisqu'il se trouve là depuis une semaine mais pas seulement. "Des incisions sur le thorax, la hanche, la cuisse. A deux mètres du corps, dans un carton, un tas de chair en décomposition, sans doute les viscères de la victime. Mais la tête et les mains sont introuvables", entend-on dans le documentaire. De quoi rendre très difficile d'identifier la victime, mais la police fait rapidement le rapprochement avec la disparition, dix jours plus tôt, d'une jeune femme : Marie-Hélène Gonzalez. Au grand dam de ses parents, les analyses génétiques sont claires, c'est bien d'elle qu'il s'agit.

Marie-Hélène Gonzalez s'était évanouie dans le quartier de la gare de Perpignan, environ six mois après la disparition de Moktaria. Cette découverte macabre se produit aussi trois mois après l'agression sauvage de Sabrina, miraculeuse rescapée grâce à l'intervention d'une habitante. C'est son mode opératoire ignoble qui permettra, entre autres, de faire le lien avec l'assassinat d'Isabelle Mesnage qui s'est produit douze ans plus tôt et qui, à l'époque, était resté irrésolu.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image