Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Jamie Foxx à coeur ouvert : Abandonné par ses parents à 7 mois...

Toujours aussi fringant, Jamie Foxx joue les bons samaritains avec beaucoup de style dans la comédie musicale Annie, avec l'adorable Quvenzhané Wallis et la délirante Cameron Diaz. En interview pour Le Matin, la star américaine de 47 ans met de côté son allure de dandy cool pour parler avec sérieux et émotion de son enfance...

Père de deux filles, Corinne (20 ans) et Annalise (5 ans), Jamie Foxx est un papa serein. Mais son enfance à lui n'a pas été simple : "J'avais 7 mois lorsque mes parents m'ont laissé dans les bras de ma grand-mère maternelle, Estelle. Il m'a fallu des années pour admettre la vérité : mes vrais parents ne voulaient pas me voir. Je n'ai pas souffert de cette situation dans l'enfance, mais en entrant dans la quarantaine, j'ai fait une analyse. J'étais papa et j'ai éprouvé le besoin de trouver la réponse à certaines questions."

Comment faire face ? Ressentant davantage d'incompréhension que de haine, Jamie Foxx précise qu'il a reçu de ses grands-parents tout l'amour dont un enfant a besoin. Puis est venu le jour où il a décidé d'affronter la situation, lorsqu'il est devenu lui-même papa : "Après la mort de ma grand-mère, j'ai commencé à discuter avec ma mère, Louise, plus régulièrement. Je lui ai proposé de venir s'installer chez moi, ce qu'elle a accepté. L'avoir à mes côtés chez moi nous a permis d'apprendre à nous connaître. Nous avons des attitudes, des mimiques similaires, même si je n'ai pas grandi avec elle." Mais avec son père biologique, les choses ont été plus compliquées : "Je n'ai pas fermé la porte, mais les premières tentatives n'ont pas été fructueuses. C'est encore difficile à exprimer pour moi."

Avec ses enfants, il est heureux : "Je me suis dit qu'il était temps de faire la paix avec les démons de ma jeunesse. Corinne, ma fille, y est pour beaucoup. J'espère être un bon père. Mais elle m'a aussi beaucoup apporté en réconfort intérieur. (...) Elle m'a appris que sa génération n'avait plus peur des différences. Blanc, Noir, Jaune, hétéro, gay, bisexuel... les jeunes ne cherchent plus à coller une étiquette sur le dos de chacun. Corinne a des copains de toutes origines sociales, raciales et ils se moquent de savoir quelles sont leurs préférences sexuelles. Je n'avais jamais connu ça à mon époque. Dans ma jeunesse, au Texas, la ségrégation était partout. Adolescent, lorsque je travaillais comme DJ pour gagner un peu de sous, j'étais souvent le seul Noir au milieu de Blancs. C'est en arrivant en Californie que j'ai vu pour la première fois des gens de couleur vivre sans se soucier des autres."

À coeur ouvert, il explique pourquoi il est venu avec sa fille Annalise sur la scène des American Music Awards. Il s'agissait d'une envie de la petite elle-même et le fait qu'il ait accepté qu'elle soit brièvement sous les projecteurs ne l'empêche pas de se montrer très protecteur au quotidien. Ainsi, refuse-t-il de parler de la mère de ses enfants : "Mon objectif était de trouver une femme qui ne recherche pas la célébrité." Une façon de préserver la vie stable de sa famille après quelques bêtises dans sa jeunesse, mais il ne s'attardera pas sur ce sujet. Toutefois, en revenant sur les tensions raciales aux États-Unis, il se souvient de ses propres expériences face à la police : "Je me suis fait arrêter à Los Angeles dans ma Rolls-Royce décapotable par un flic, simplement parce que ma musique était trop forte. Si j'avais mal répondu au policier ou si je m'étais offusqué de son attitude, il m'aurait certainement envoyé au poste. J'ai connu la prison plus jeune et j'ai appris que cela ne sert à rien de répondre à un agent. Mais a-t-il pour autant le droit de traiter un individu de la sorte ?"

Annie, en salles depuis le 25 février

Bande-annonce du film Annie
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel