Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Jeffrey Epstein : Son acolyte Ghislaine Maxwell jouerait-elle à cache-cache ?

Jeffrey Epstein : Son acolyte Ghislaine Maxwell jouerait-elle à cache-cache ?
Par Rachel Henry Rédactrice
Née à Londres, non loin de Kensington, elle démêle le vrai du faux sur la famille royale britannique, mais pas seulement. La reine Maxima des Pays-Bas, la reine Letizia d'Espagne et la princesse Victoria de Suède sont aussi ses copines. Quand les têtes couronnées ne sont pas de sortie, Rachel patiente en décryptant volontiers les tapis rouges, les premiers rangs des défilés.
Ghislaine Maxwell et Jeffrey Epstein au défilé Valentino à Paris en 1992.
15 photos
Lancer le diaporama
Ghislaine Maxwell et Jeffrey Epstein au défilé Valentino à Paris en 1992.
Elle est celle qui aurait alimenté le réseau d'esclaves sexuelles de Jeffrey Epstein durant des années. Mais depuis l'arrestation et le suicide de ce dernier en prison, le 10 août 2019 à Manhattan, Ghislaine Maxwell se fait (plus ou moins) discrète.

L'affaire Jeffrey Epstein continue de passionner les foules outre-Atlantique. Alors que le suicide du millionnaire américain vient d'être confirmé, son acolyte Ghislaine Maxwell est au coeur de toutes les interrogations. Selon les informations du New York Post publiées le 16 août 2019, la Britannique de 57 ans a été aperçue à Los Angeles pour la première fois depuis la mort de l'homme d'affaires. Elle aurait été le bras droit du financier accusé d'avoir organisé un vaste réseau d'exploitation sexuelle de jeunes filles.

"Eh bien, je suppose que c'est la dernière fois que je mange ici !", aurait-elle rétorqué après avoir été reconnue par un passant alors qu'elle était installée en terrasse d'une chaîne de hamburgers. Les photos prises lors de cette rencontre impromptue, publiées par le New York Post, marquent la première apparition publique de Ghislaine Maxwell depuis 2016. Depuis le suicide de Jeffrey Epstein en prison, le 10 août dernier, elle se trouve en tête de la liste des suspects : elle est soupçonnée de lui avoir trouvé des jeunes filles pour alimenter leur réseau d'esclaves sexuelles.

Selon Virginia Giuffre, l'une des plaignantes de cette affaire qui affirme avoir été abusée par le duo infernal au début des années 2000, non seulement Ghislaine recrutait, mais elle initiait et abusait elle-même des jeunes filles. Un rôle qu'elle a toujours nié, d'abord lors des premières plaintes en 2008, puis lors d'une autre procédure judiciaire en 2016.

L'enquête se poursuit

La fille du magnat britannique des médias Robert Maxwell a rencontré l'Américain Jeffrey Epstein au début des années 1990 à New York. À la suite du décès prématuré de son père endetté, dans des circonstances floues, c'est seule, son nom sali et son compte en banque bien moins fourni, qu'elle a refait sa vie au sein de la jet-set de Manhattan. Après un court flirt, le duo Maxwell-Epstein est resté proche grâce à un deal efficace : Jeffrey Epstein apportait l'argent, tandis que Ghislaine Maxwell prêtait son carnet d'adresses bien rempli. C'est ainsi qu'elle l'aurait mis en contact avec diverses personnalités telles que le prince Andrew et Sarah Ferguson, Donald Trump, Woody Allen ou encore Bill Clinton.

Maintenant que Jeffrey Epstein est mort, les victimes qui demandent justice se tournent vers Ghislaine Maxwell. Comme l'a rapporté le New York Post le 21 août, le procureur fédéral de Manhattan a assuré le maintien de l'enquête en affirmant être "déterminé à faire tout son possible pour défendre les victimes qui se sont manifestées, aussi bien que celles qui doivent encore le faire ".

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image