Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

José Garcia au Grand Journal : Retrouvailles déjantées avec Antoine de Caunes

24 photos
Lancer le diaporama
Les retrouvailles de José Garcia, déguisé en Liz Taylor, et Antoine de Caunes dans "Le Grand Journal" sur Canal+ le 28 octobre 2013.

Ils se sont enfin retrouvés ! 20 ans après avoir fait se tordre de rire les téléspectateurs de Nulle Part Ailleurs sur Canal+, le duo formé par Antoine de Caunes et José Garcia s'est reformé le temps d'une soirée ce lundi 28 octobre.

Venu présenter son nouveau film Fonzy, le comédien a profité de sa venue au Grand Journal pour refaire quelques facéties avec son ancien acolyte qui pilote désormais le talk-show de la chaîne cryptée. Un beau cadeau fait aux nostalgiques du fameux "esprit Canal", qui ont pu voir que la complicité entre les deux est toujours aussi forte...

Déjà auteur d'une "prise d'otage" de l'antenne au tout début de l'émission, durant laquelle il a soi-disant enfermé Antoine de Caunes dans sa loge et pris sa place à la table des invités, José Garcia n'a pas manqué ses retrouvailles avec son ancien acolyte. Vers 19h44, au moment du retour plateau après une page de publicité, il a fait son arrivée tant attendue sur le plateau, évidemment déguisé. En quoi ? En Liz Taylor ! Du moins, dans une version titubante et très alcoolisée de la défunte comédienne, Elyse Tailleur, avec un seau à champagne et une bouteille sous le bras. Travesti comme aux grandes heures de Nulle Part Ailleurs, perruque sur la tête et robe très courte, José Garcia a évidemment été taquiner Antoine de Caunes et l'a même fait boire dans une flasque sortie de son porte-jarretelles. "J'ai pas le droit de boire d'alcool", lance l'animateur, cette fois victime et non complice des facéties du comédien qui lui a visiblement vraiment fait boire de l'alcool, comme sur leur fameux sketch des moines dans Nulle Part Ailleurs qui a fait le tour des bêtisiers. Mais c'était loin d'être la seule surprise du soir...

"Je vais repeindre le studio !" José Garcia l'avait annoncé dans Metro, il allait probablement saccager le plateau. Et il a tenu promesse dans la suite du Grand Journal, où il est venu parler de Fonzy sérieusement mais il a surtout balancé de la peinture sur Antoine de Caunes et le public, protégé pour l'occasion, entre deux questions. Le début du grand n'importe quoi puisque l'animateur a ensuite invité Django Edwards, leur partenaire préféré pour tout saccager dans Nulle Part Ailleurs. Ce qu'ils ont refait vingt ans plus tard, le clown américain finissant en caleçon, entre extincteurs vidés, pots de peintures éclatés et batailles de serpentin, le tout devant un public hilare. En grand gamin, Antoine de Caunes a une nouvelle fois joué à son jeu préféré, à savoir balancer le numéro de téléphone de José Garcia, dans un bandeau affiché sur l'écran, alors que ce dernier a la tête recouverte de peinture. Pour joindre José, veuillez composer le 06.10.45.56.05.

José Garcia l'avait annoncé ce week-end, le duo nous réservait une belle surprise pour ces retrouvailles. "Je pense qu'Antoine étant très facétieux, il va avoir envie de me surprendre", avait-il confié au Journal du dimanche. "J'espère qu'on ne se surprendra pas en même temps sinon ça va être un gros foutoir", avait-il ajouté. Le comédien n'avait d'ailleurs pas caché son excitation mais aussi son anxiété à l'idée de reformer l'un des duos les plus mythiques de la télé des années 90. "Je suis comme sur un quai de gare, comme si j'allais retrouver une femme avec qui j'avais vécu pendant 20 ans [...] J'ai la même émotion, la même tendresse, la même inquiétude parce que je veux pas louper le rendez-vous", avait ajouté celui qui ne voulait surtout pas "déplaire aux gens". Qu'il se rassure, ces retrouvailles étaient plus que réussies !

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image