Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Mathieu Kassovitz balance encore : Vin Diesel, cinéma français et 11 septembre

5 photos
Lancer le diaporama
Mathieu Kassovitz est toujours un réalisateur-acteur en colère. A l'occasion des Rencontres de Cannes Cinéma, pour défendre son film controversé, L'Ordre et la morale, le 11 décembre, l'artiste a non seulement défendu son film, mais a pris le temps de s'attarder sur d'autres questions : il réfléchit à s'exiler aux Etats-Unis, pense à une projet sur le 11 septembre, clame que le cinéma français ne l'excite pas et en rajoute une couche sur son inimitié avec Vin Diesel, qu'il a dirigé dans Babylon A.D., son cauchemar hollywoodien, comme le relate Nice Matin.

Avoir comme intervenant Mathieu Kassovitz est la promesse d'avoir un débat passionné sur le cinéma et la société. Le cinéaste défend son long métrage L'Ordre et la morale, sur la prise d'otages d'Ouvéa en Nouvelle-Calédonie, qu'il a mis tant d'années à porter, récoltant seulement 150 000 entrées et un désintérêt manifeste de la part du milieu du cinéma. A l'époque des César, il avait ainsi tweeté sans grande délicatesse : "Une seule nomination aux césars. J encule le cinéma français. Allez vous faire baiser avec vos films de merde."

A Cannes, il a alors déclaré : "Je m'en fous de faire de l'argent, mais je veux que mes films soient vus. Ma génération de cinéastes français n'est pas très intéressante, et quand je constate ça après quinze ans de carrière et qu'un film comme ça n'est pas reconnu, alors oui, je dis au cinéma français: allez vous faire enc... [...] Nous ne sommes que quelques-uns en France comme ça. Le reste, ce sont des téléfilms de base, de la merde qui passera sur TF1 dans six mois !" Il soulignera le fait que son film avait souffert du rouleau compresseur d'Intouchables : "On est sorti juste une semaine après. Intouchables avait déjà tout balayé. Je ne vais pas râler contre le public qui n'est pas allé voir mon film, mais j'ai été surpris qu'il n'ait pas été reconnu comme intéressant et digne d'être remarqué par le cinéma en France."

Après avoir fait sensation sur les attentats du 11 septembre 2001, lors de l'émission Ce soir ou jamais en 2009, il réitère son idée de complot : "Ce qu'on nous dit n'est pas vrai. [...] J'aimerais faire un film sur le 11 septembre. Ce serait le résultat de huit ans d'enquête, car ce qu'on nous dit sur le sujet n'est pas vrai", a-t-il déclaré. Pourquoi pas alors s'exiler aux Etats-Unis, là où il a tourné Gothika et Babylon A.D. Il rappellera au passage, en parlant de Vin Diesel : "J'ai choisi de mauvais partenaires au départ, et j'ai mis les pieds où il ne fallait pas." Malgré ses expériences en Amérique, il est prêt à retourner là-bas, une envie de longue date : "Là-bas quand les gens ont le cran d'aller très loin dans un projet, on prend une vraie claque." En attendant, c'est dans un endroit quelque peu improbable qu'on le retrouvera : le remake d'Angélique - marquise des anges, dans la peau de Nicolas Merlot, alias "Calembredaine".
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel