Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Mort de Bernard Tapie : "Il refusait les antidouleurs" et voulait "vivre avec le cancer", révélations

Mort de Bernard Tapie : "Il refusait les antidouleurs" et voulait "vivre avec le cancer", révélations
Par Samya Yakoubaly Rédactrice
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.
12 photos
L'ancien homme politique et d'affaires a succombé au cancer le 3 octobre 2021, une maladie face à laquelle il n'avait pas dit son dernier mot, toujours plus combatif. Son médecin Eric Van Cutsem et son ami Franz-Olivier Giesbert se sont confiés.

Le 3 octobre 2021, Bernard Tapie est mort à l'âge de 78 ans, succombant au cancer qui a rongé sa vie pendant quatre ans. En 2017, l'homme politique et d'affaires annonce publiquement être atteint de ce mal qui touche tant de Français.

"Ça l'aidait à accepter son sort. Il savait bien qu'on ne pouvait pas guérir son cancer. Il le savait bien depuis deux ans (...) mais il ne voulait pas l'entendre, qu'il y avait une fin. (...) Se rendre n'était pas dans son dictionnaire", explique avec pudeur le professeur Eric Van Cutsem, un de ses cancérologues sur RMC ce lundi 4 octobre. Cette figure belge l'avait soigné pour la première fois à Louvain en 2019, orienté par des oncologues parisiens pour qu'il se voie administrer de "nouveaux traitements testés au Japon et en essai clinique aux Etats-Unis, en Espagne et en Belgique," précise Le Parisien dans son édition du jour.

Battant, Bernard Tapie avait beau être aux prises par un cancer qui a d'abord touché son estomac et son oesophage, puis ses cordes vocales, sa peau et ses poumons, "il a voulu lutter et profiter de sa vie et notamment de ses proches. Il n'a jamais été hospitalisé longtemps. Il est toujours resté chez lui, sauf quand il a été opéré. Ses fils, ses filles et Dominique, son épouse étaient très, très proches de lui. C'était sa motivation", lit-on dans Le Parisien.

Sur RTL, ce même médecin confie à quel point Bernard Tapie ne vivait pas sa maladie de façon passive : "Il s'est en effet beaucoup documenté sur la maladie. Ce n'était pas un homme facile. Il pose des questions très pointues. Il remet tout en question, mais c'est constructif. Il veut comprendre. (...) Je l'ai vu encore très récemment, il y a deux semaines, et il y a encore quelques jours. On était très souvent en contact par téléphone. Il ne se rendait pas. Il voulait toujours avoir un dernier petit espoir. Pour voir la lumière au bout du tunnel."

Bernard Tapie savait qu'il ne guérirait pas il y a longtemps, mais son médecin fait part dans Le Parisien de la "stratégie" de survie de son patient : "Son but, c'était de vivre avec son cancer et d'en faire une maladie chronique. Il y a quinze ans, avec ce cancer, la survie aurait été de moins de six mois."

Au mois de juin dernier, son ami Franz-Olivier Giesbert avait publié un livre sur l'ancien président de l'Olympique de Marseille, intitulé Bernard Tapie, Leçons de vie, de mort et d'amour. Il était l'invité ce lundi de la matinale de RMC. Intime de l'homme, il explique à quel point il s'est battu, dès son enfance : "C'est quand même une vie qui commence dans un taudis de 20 mètres carrés au Bourget. Ils y vivaient à 4, avec ses parents et le frère cadet. C'est donc l'ascension sociale absolument fulgurante. Je dirais un gavroche de banlieue. (...) Il y a eu des hauts, des bas. C'est les montagnes russes." Personnalité clivante qui a fait face à la justice, il y a une chose que personne ne peut lui enlever, c'est son esprit combatif. A tel point qu'au plus dur de la maladie, "il refusait les antidouleurs", ajoute l'écrivain et journaliste.

Le livre de Franz-Olivier Giesbert, Barnard Tapie, Leçon de vie, de mort et d'amour (éditions Les Presses de la Cité

La messe pour les obsèques de Bernard Tapie sera célébrée vendredi 8 octobre à 11h à Marseille, à la Major, la cathédrale sainte Marie-Majeure. La cérémonie sera présidée par l'archevêque de Marseille, Mgr Jean-Marc Aveline, a précisé le diocèse à l'AFP.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image