Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Oscar Pistorius, le procès : Son ex le charge, la défense embarrassée

Au cinquième jour de son procès, Oscar Pistorius a enfin vu l'un des témoins abonder dans son sens. Celui selon lequel il aurait pris Reeva Steenkamp pour un cambrioleur. Mais deux autres personnes ont, par leur déclaration, jeté un sacré froid dans la salle.

La défense dans les cordes

Depuis le début de son procès, dans lequel Oscar Pistorius est accusé d'avoir assassiné sa compagne Reeva Steenkamp, l'avocat de la défense Barry Roux s'évertue à détruire les dépositions des témoins à charge. Ces derniers, des voisins de l'accusé et de la victime, déclarent avoir entendu des cris avant, pendant et après plusieurs coups de feu.

Barry Roux tentent de démontrer qu'ils n'ont pu entendre les cris de Reeva Steenkamp, pour plusieurs raisons. Elle était enfermée dans les toilettes de la salle de bain, fenêtre fermée. Les dommages au cerveau provoqués par ses blessures n'auraient pas pu lui permettre de crier. C'est ainsi qu'il a continué à s'en prendre à Charl Johnson, l'époux du premier témoin, Michelle Burger, que l'on avait laissée en larmes à la barre.

"Vous avez reconstruit l'histoire pour charger l'accusé", lui a lancé Barry Roux après deux heures de questions stériles, le témoin restant sur ses positions, sûr de lui. À la question de savoir si la voix entendue pouvait être celle d'Oscar Pistorius, Charl Johnson a répondu : "Le contraste entre la peur et l'intensité dans la voix féminine et la monotonie de la voix masculine m'a frappé. (...) Il avait presque l'air embarrassé d'appeler à l'aide." Une version qui serait, selon Barry Roux, inventée pour charger Oscar Pistorius. "Je n'ai aucune raison de reconstruire l'histoire et d'incriminer qui que ce soit", a sèchement répondu le témoin, à la barre depuis mercredi.

Et alors que Barry Roux revenait à la charge sur la voix d'Oscar Pistorius, capable de monter dans les aiguës sous le coup de l'émotion, Charl Johnson a souligné qu'il avait des "sens bien aiguisés" lui permettant de distinguer la voix d'un homme de celle d'une femme. L'avocat en a profité pour essayer, une fois de plus, de le décrédibiliser, lui faisant remarquer que ses sens ne lui avaient pas permis de compter précisément les coups de feu le soir du meurtre. "Est-ce là une démonstration de vos sens aiguisés ?", a demandé l'avocat, ironique. Une dernière réplique à laquelle Charl Johnson a répondu, mettant fin à un interminable round : "Puis-je rappeler à Me Roux que les sens sont la vue, l'odorat, le toucher, le goût et l'audition, et que je ne les utilise pas pour compter..."

Une voix pour soutenir Oscar Pistorius

Si la défense avait eu bien du mal à trouver de quoi conforter la thèse de l'accident, Oscar Pistorius a trouvé en son voisin Johann Stipp, médecin de son état, un allié de circonstance ce vendredi 7 mars. Voisin proche de l'athlète handicapé, il a été un des premiers à se rendre chez lui après les coups de feu. "La première chose qu'Oscar a dite c'est 'J'ai tiré sur elle. J'ai cru qu'elle était un cambrioleur, j'ai tiré sur elle'", a confié ce radiologue. Et de poursuivre : "Il pleurait, il priait, il parlait à Dieu, faisait des promesses et demandait à Dieu 's'il te plait, laisse-la vivre, ne la laisse pas mourir'. Il m'avait l'air sincère, il pleurait, son visage était couvert de larmes, il essayait de l'aider."

"Tout va bien"

Mais le témoignage d'un garde de sécurité du complexe sécurisé où il vivait vient chambouler la défense et soulève plusieurs questions. Pieter Baba a indiqué qu'Oscar Pistorius lui avait assuré que tout allait bien. Alerté par les voisins, inquiets des détonations entendues, il avait appelé l'athlète. "J'ai parlé [au téléphone] avec M. Pistorius, et il m'a dit 'Sécurité, tout va bien'. C'est alors que j'ai réalisé que M. Pistorius pleurait", a-t-il raconté au tribunal de Pretoria. Puis, Oscar Pistorius l'a rappelé : "Il a juste commencé à pleurer au téléphone. Peut-être qu'il ne réalisait pas qu'il m'appelait."

Il s'est alors rendu au domicile de la star, en compagnie du responsable de la résidence, où ils ont vu Oscar Pistorius portant le corps sans vie de Reeva Steenkamp : "Je l'ai regardé, choqué qu'il m'ait dit que tout allait bien, alors que je le voyais porter Reeva."

Son ex le charge

Le témoignage suivant a été rendu par l'ex-petite amie d'Oscar Pistorius, qui a dépeint l'athlète comme un homme colérique, prompt à s'énerver et amateur d'armes à feu. Samantha Taylor, qui a vécu deux séparation avec la star et qui assure que leur relation n'était pas terminée lorsque l'athlète a commencé à sortir avec Reeva, a notamment relaté un épisode qui en dit plus long sur le caractère d'Oscar Pistorius.

Oscar Pistorius, son ami Darren et Samantha Taylor étaient en voiture lorsqu'un policier les a arrêtés pour excès de vitesse. "Les policiers ont fait sortir Oscar et Darren de la voiture. Oscar a laissé son pistolet sur le siège passager", a-t-elle raconté, avant d'expliquer que le policier s'était saisi de l'arme. "Oscar était très en colère, a-t-elle poursuivi. Il a dit au policier qu'il n'avait pas le droit de toucher l'arme." Une fois le contrôle terminé, Oscar et son ami ont souhaité se défouler en tirant sur un feu de circulation : "Oscar a tiré par le toit ouvrant de la voiture. Darren et Oscar riaient."

Devant Barry Roux obsédé par l'idée de savoir si Oscar Pistorius pouvait monté dans les aiguës lorsqu'il s'énervait, Samantha Taylor a été très claire : "J'ai vu Oscar très anxieux. (...) Je l'ai entendu crier plusieurs fois contre moi, c'était le son d'une voix d'homme."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos

Images de l'enterrement de vie de garçon de Louis Ducruet au Japon en avril 2019. Instagram.
Helena Noguerra dans l'émission On n'est pas couché sur France 2 le 30 mars 2019
Un témoigne accable le pilote David Ibbotson pour le crash de l'avion qui transportait Emiliano Sala vers Cardiff le 21 janvier 2019. Documentaire "Emiliano Sala : les secrets d'un destin brisé" diffusé sur la chaîne L'Equipe le 22 mai 2019.
Karen Khachanov après sa huitième de finale contre Juan Martin Del Potro à Roland-Garros le 3 juin 2019. Sa femme Veronika Shkliaeva est enceinte de leur premier enfant
Lara Fabian dans TPMP, le 14 mars 2019 sur C8
Lara Fabian raconte son premier baiser avec son mari Gabriel Di Giorgio dans "Salut les terriens" rediffusé le 20 avril 2019.
Images de l'enterrement de vie de garçon de Louis Ducruet au Japon en avril 2019. Instagram.
Céline Dion dans 50'inside, le samedi 6 avril 2019
Chiara Ferragni fête ses 32 ans en famille avec le sac "Peekaboo" de Fendi. Mai 2019.
Pauline Ducruet chez son père Daniel Ducruet au Cap d'Ail (Alpes Maritimes) avec sa demi-soeur Linoué dans le cadre d'un portrait en toute intimité proposé par le magazine Story : des vies hors normes sur M6 le 21 juillet 2019.
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel