Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Procès Oscar Pistorius: Une dispute et des hurlements ''absolument pétrifiants''

Oscar Pistorius lors de son deuxième jour de procès devant la Haute Cour de Pretoria où il doit répondre du meurtre de Reeva Steenkamp, le 4 mars 2014
17 photos
Lancer le diaporama
Oscar Pistorius lors de son deuxième jour de procès devant la Haute Cour de Pretoria où il doit répondre du meurtre de Reeva Steenkamp, le 4 mars 2014

Au deuxième jour de son procès pour le meurtre de sa compagne, Reeva Steenkamp, Oscar Pistorius a vu son avocat s'attaquer aux témoins clés de l'accusation. Des témoins qui n'ont rien vu mais beaucoup entendu durant cette nuit du 14 février.

L'avocat s'excuse

Si Barry Roux, l'avocat de la défense, a tenté à plusieurs reprises de déstabiliser le premier témoin, Michelle Burger, il a échoué à faire vaciller l'universitaire qui s'est cantonnée à ses premières déclarations. Face à elle, l'avocat s'est montré parfois hautain, parfois agressif, parfois sarcastique, au point d'agacer la juge Thokozile Masipa qui l'a contraint à s'excuser.

Le témoignage de Michelle Burger a été remis en cause à plusieurs reprises. Elle a une nouvelle fois expliqué avoir entendu les hurlements d'une femme, "absolument pétrifiants", alors que près de 200 mètres séparent sa maison de celle d'Oscar Pistorius. À cette distance, elle n'aurait pu entendre les cris, a indiqué Barry Roux. D'autant plus que les blessures au cerveau provoquées par les coups de feu n'auraient pas permis à Reeva Steenkamp de crier. Mais en ce 14 février, en plein été austral en Afrique du Sud, Michelle Burger a bien entendu des hurlements : elle avait gardé "les fenêtres ouvertes", il n'y a "aucun bâtiment" entre la maison d'Oscar Pistorius et chez elle et "le quartier est particulièrement calme, voisin d'une réserve naturelle".

Avant de voir Michelle Burger s'effondrer en larmes, disant revivre ces cris sous la douche, l'avocat avait lâché une dernier salve : "Vous avez entendu un homme crier à l'aide. (...) Cela n'a pas de sens qu'un homme sur le point de tuer sa petite amie se mette à crier ainsi."

Cris et coups de feu

Un témoignage identique à celui de son époux, Charl Johnson, qui a indiqué avoir été réveillé par des cris. "J'ai levé ma tête pour être certain de ce que j'entendais. Après avoir sauté du lit, je suis allé sur le balcon", a-t-il expliqué au tribunal, ajoutant qu'il entendait clairement les cris d'une femme en détresse. Puis il a entendu un homme appeler au secours, ce qui l'a poussé à téléphoner aux services de sécurité du domaine pour leur expliquer qu'une famille était attaquée dans le domaine voisin.

Mais le numéro, enregistré dans le téléphone de son épouse, était celui de leur ancien domaine sécurisé. Charl Johnson est retourné sur le balcon, croyant à ce moment qu'il s'agissait d'un cambriolage. Il a alors entendu des coups de feu, et ce n'est que plus tard qu'il a su que quatre coups de feu avaient été tirés, avec un laps de temps important entre la premières et les trois autres détonations successives. Charl Johnson a poursuivi, racontant que sa femme était persuadée que l'homme avait été tué devant sa femme. "Je me souviens que pendant les tirs, j'ai entendu une femme crier, et peu de temps après le dernier tir. Nous avions l'impression que quelqu'un était attaqué dans un complexe ultra-sécurisé", a-t-il confié.

Le lendemain, en apprenant qu'Oscar Pistorius avait abattu sa compagne, le couple a été surpris car sa version ne correspondait pas à ce qu'ils avaient entendu. "Nous avons entendu les voix d'un homme et d'une femme", a-t-il répété. À l'approche de l'audience de remise en liberté sous caution, ils se sont rendu compte qu'ils étaient les témoins les plus proches du meurtre. Et en écoutant l'audience à la radio, il est apparu qu'une seule personne avait crié cette nuit-là, ce qui ne correspondait absolument pas à leur version et les a poussé à contacter un avocat puis à tout raconter à la police.

Une dispute avant le meurtre

Un dernier témoignage qui a mis fin à une deuxième journée de procès, où Barry Roux avait également eu l'occasion d'interroger un autre témoin, Estelle van der Merwe. Celle-ci a affirmé qu'elle avait été réveillée à 1h58 par "des gens qui parlaient fort", mais trop loin pour comprendre ce qu'ils disaient ou en quelle langue ils parlaient. "Ça a duré environ une heure", a-t-elle expliqué, alors qu'elle avait tenté de se mettre un coussin sur les oreilles pour dormir. Ce n'est que plus tard qu'elle a entendu quatre bruits d'explosions, sans pouvoir affirmer s'il s'agissait de coups de feu ou d'autre chose.

Barry Roux a alors attaqué en lui expliquant qu'après avoir réalisé des tests, il était impossible pour Estelle van der Merwe de pouvoir entendre les cris. "Le fait est que vous n'avez jamais entendu personne se disputer. Vous avez entendu une voix de femme. Vous ne pouviez entendre ce qu'ils se disaient ni en quelle langue", a assené l'avocat d'Oscar Pistorius.

La suite fut un long débat sur la ou les voix entendues, si elles étaient celles d'un homme ou d'une femme. Pour Estelle van der Merwe, il ne fait pas de doute : "La voix d'une femme est plus aiguë que celle d'un homme. Une voix d'homme ressemble plus à une basse", a-t-elle répliqué, tout en assurant que les voix étaient celles de personnes "en colère" ou "fâchées".

Difficile de savoir où vont l'accusation et la défense au soir du deuxième jour du procès d'Oscar Pistorius. Lui-même, recroquevillé et en pleurs sur le banc des accusés lorsque son avocat a évoqué les blessures de Reeva Steenkamp, est resté de marbre et silencieux. Le procès, qui devrait voir se succéder plus d'une centaine de témoins, a débuté avec les personnes clés de l'affaire. Sans que cela ne donne d'indices précis sur le déroulé de cette terrible nuit de Saint-Valentin.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos

Helena Noguerra dans l'émission On n'est pas couché sur France 2 le 30 mars 2019
Le mannequin Kinsey Wolanski a interrompu la finale de la Ligue des champions Tottenham-Liverpool au Wanda Metropolitano, à Madrid, le 1er juin 2019.
Un témoigne accable le pilote David Ibbotson pour le crash de l'avion qui transportait Emiliano Sala vers Cardiff le 21 janvier 2019. Documentaire "Emiliano Sala : les secrets d'un destin brisé" diffusé sur la chaîne L'Equipe le 22 mai 2019.
Patrick Juvet parle de chirurgie esthétique et de ses lèvres dans "Les terriens du dimanche", sur C8, le 10 mars 2019.
Céline Dion dans "50 Minutes Inside", diffusée ce samedi 6 juillet 2019 sur TF1.
Chiara Ferragni fête ses 32 ans en famille avec le sac "Peekaboo" de Fendi. Mai 2019.
Jade Foret, dans une story Instagram du 29 juillet 2019, a démenti être célibataire comme elle le prétendait quelques heures plus tôt dans une précédente story, ajoutant une photo de la mention "épouse d'Arnaud Lagardère" dans son passeport.
Pauline Ducruet et Camille Gottlieb dans un salon de tatouages de New York avec leur maman Stéphanie de Monaco le 17 mars 2019.
Lara Fabian dans TPMP, le 14 mars 2019 sur C8
Céline Dion dans 50'inside, le samedi 6 avril 2019
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel