Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Roland-Garros
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Royauté

Penelope Fillon : "Je me suis sentie ridiculisée, même parfois humiliée..."

Penelope Fillon : "Je me suis sentie ridiculisée, même parfois humiliée..."
Par Samya Yakoubaly Rédactrice
Cinéphile, elle adore regarder des bande-annonces et des moments historiques à la télévision. Le prochain James Bond ou le discours d’investiture de Barack Obama lui donnent les mêmes frissons.
12 photos
L'épouse de l'ancien Premier ministre François Fillon est impliquée avec son mari dans une affaire d'emplois fictifs pour laquelle elle a été condamnée en juin 2020. Le couple a décidé de faire appel de cette décision devant la justice. Le premier jour de ce nouveau procès a eu lieu ce 15 novembre 2021.

Empêtrés dans un scandale depuis qu'ils ont été soupçonnée d'emplois fictifs, Penelope et François Fillon ont dû faire face à leur condamnation en juin 2020 à cinq ans d'emprisonnement dont deux ferme, 375 000 euros d'amende et dix ans d'inéligibilité pour lui, et trois ans d'emprisonnement avec sursis et 375 000 euros d'amende pour elle. Ils ont décidé de contester cette décision de justice et ce 15 novembre 2021, au premier jour du procès en appel. Une journée intense pour l'épouse de l'ancien Premier ministre (2007-2012) sous Nicolas Sarkozy, qui souhaite faire changer son image auprès de l'audience.

"Je me suis sentie ridiculisée, même parfois humiliée, j'étais tétanisée au point de ne pas pouvoir m'exprimer comme je l'aurais voulu", a déclaré Penelope Fillon, 66 ans, se plaignant d'un "préjugé" à son encontre lors du premier jour du procès. "Cette fois-ci, j'aimerais vous convaincre" a ajouté cette mère de cinq enfants. La première journée d'audience a été consacrée à des questions de procédure. "François Fillon n'a pas reçu le même traitement judiciaire que tout autre justiciable", a tonné son avocat Antonin Lévy rapporte l'AFP, demandant pour la première fois l'annulation de l'essentiel du dossier où il y avait selon lui "quelque chose de pourri".

Celui qui a aussi été député de la Sarthe doit à nouveau s'expliquer sur l'emploi de son épouse comme assistante parlementaire entre 1998 et 2013, par lui et par son suppléant Marc Joulaud. Des prestations rémunérées 613 000 euros nets (plus d'un million d'euros bruts) "fictives ou surévaluées" selon l'accusation. Le travail de Penelope Fillon était certes "discret" mais "essentiel", a toujours clamé son mari.

Ces accusations ont surgi alors que François Fillon se préparait à la course présidentielle en 2017, il a dû alors se retirer de la course et observer la victoire d'Emmanuel Macron au poste de chef de l'Etat. L'avocat de l'homme politique de 67 ans réclame désormais l'annulation d'une procédure à ses yeux "biaisée". En effet, il a invoqué les déclarations, en juin 2020, de l'ex-cheffe du Parquet national financier (PNF) qui s'était émue en commission parlementaire de "pressions" de sa hiérarchie dans cette affaire, quelques jours avant le jugement du premier procès. Le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), saisi par Emmanuel Macron, avait lui conclu fin 2020 que la justice avait agi "de façon indépendante".

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image