Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Rachida Dati et le harcèlement sexuel : Elle dénonce le silence autour de DSK

11 photos
Lancer le diaporama
Rachida Dati invitée de Ruth Elkrief sur BFMTV le 18 octobre 2017.
L'ancienne garde des Sceaux a haussé le ton avec la pugnacité qu'on lui connaît.

Ruth Elkrief devait s'attendre à se faire bousculer en recevant Rachida Dati dans l'émission qu'elle anime tous les soirs de la semaine de 19 à 20h sur BFMTV. Et la journaliste a effectivement été secouée par l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy.

En plein scandale Harvey Weinstein, alors que les langues se délient aux États-Unis et en France, Rachida Dati s'est exprimée sur le thème du harcèlement sexuel. La maire du 7e arrondissement de Paris est revenue sur le cas Dominique Strauss-Kahn et sur le silence qui entourait l'ancien directeur du FMI et ex-mari d'Anne Sinclair jusqu'à l'éclatement du scandale du Sofitel (en mai 2011) et de l'affaire du Carlton de Lille.

Dénonçant le "harcèlement d'hommes de pouvoir", Rachida Dati a directement interpellé son interlocutrice en direct. "Madame Ruth Elkrief, l'affaire Strauss-Kahn, vous n'étiez pas au courant de son comportement ? Les journalistes n'étaient pas au courant de son comportement ?", lance-t-elle, obtenant en retour le regard embarrassé de l'animatrice de BFMTV. "Soyons honnêtes, les gens, tout le monde en parlaient. Et ça a été révélé autour d'un drame", dénonce Rachida Dati.

Connue pour son franc-parler, la maman de Zohra regrette que les sanctions à l'encontre des harceleurs, protégés par leur statut d'élite, ne soient pas assez lourdes : "Aujourd'hui, il faut arrêter de protéger ces élites, les dénoncer. Mais il faut que les sanctions soient fortement dissuasives. Aujourd'hui, les sanctions ne sont vraiment pas à la hauteur", déplore l'ancien ministre. Une intervention musclée qui risque de trouver de nombreux soutiens.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel