Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Robinson Stévenin : "Deux ans et demi sans que je décroche un rôle"

Le comédien fait part des difficultés auxquelles il a fait face dans sa carrière, malgré son César du meilleur espoir.

Robinson Stévenin s'est glissé dans la peau d'un personnage abimé : Aurélien, un écrivain qui remet sa vie en question après la mort de ses parents ; lesquels avaient été, par le passé, blessés par ses trois romans. Il s'agit du téléfilm Neuf jours en hiver, qui sera diffusé sur Arte le 11 décembre. À cette occasion, le fils de Jean-François Stévenin est revenu pour Télé 7 Jours sur son rôle, mais également sur une carrière pas toujours simple à gérer, malgré un César en 2002.

Il y a treize ans en effet, Robinson Stévenin recevait le César du meilleur espoir grâce à sa prestation dans Mauvais genres. Un bonheur sur le coup, mais pas forcément un tremplin : "C'était génial d'avoir cette reconnaissance. Pourtant, après mon César, je n'ai pas travaillé pendant un an et demi ! Certains ont réussi à transformer l'essai et à décrocher des rôles... Moi, on a pensé que j'allais coûter des milliards et on m'a mis dans la case du comédien de films d'auteur torturé, alors que j'adorerais incarner différents personnages... même Batman ! Récemment, deux ans et demi se sont écoulés sans que je décroche un rôle. C'est long ! Tout ça pour dire que, pour moi, la plus belle des distinctions n'est pas forcément un prix, mais d'être choisi par un réalisateur."

Bande-annonce du film Mauvais genres (2002)

Alors, face aux moments trop calmes qu'il a connus professionnellement, que les Américains aient pu le surnommer le "French Marlon Brando" après son César ne l'impressionne pas plus que ça : "C'est super mais, eux non plus, ils ne m'ont jamais appelé pour bosser ! J'ai tout de même failli travailler en anglais et incarner le comte Odo [Eudes en version française] dans la série Vikings. Après les essais, j'étais finaliste." Un rôle tenu finalement par Owen Roe.

Pour les coups durs, Robinson peut en tout cas compter sur sa famille - il a deux frères, Salomé et Pierre, ainsi qu'une soeur,Sagamore -, qui s'y connaît dans le milieu : "Même si on fait tous le même métier, il y a parfois des tensions, des moments où on a envie de se parler et d'autres pas du tout. Néanmoins, le fait que notre père Jean-François ait consacré sa vie au cinéma fait que l'on partage une sensibilité d'écoute essentielle."

Neuf jours en hiver, vendredi 11 décembre sur Arte à 20h55
Retrouvez l'intégralité de l'interview dans Télé 7 jours du 5 décembre

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image