Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Serge Gainsbourg et Jane Birkin "se mettaient sur la gueule" : Charlotte partage de sombres souvenirs

Serge Gainsbourg et Jane Birkin "se mettaient sur la gueule" : Charlotte partage de sombres souvenirs
Par Gonzague Lombard Rédacteur
Passionné de chant, des Douze coups de midi et de la discographie de Jul, il rêve de participer à Fort Boyard malgré sa phobie des serpents et du Père Fouras. Son ambition secrète ? Découvrir ce qui se cache derrière le rideau mystère de Bataille et Fontaine pour y chanter en quartet. La vérité est au bout du couloir…
17 photos
Jane Birkin restera marquée à vie par son histoire d'amour avec Serge Gainsbourg. De 1968 à 1980, elle l'a aimé, détesté, provoqué, parfois subi. Voilà sans doute pourquoi elle a préféré mettre fin à cette romance devenue légendaire... bien malgré eux.

Voilà trente ans, déjà, que Serge Gainsbourg a rejoint le fumeur de havanes. De son passage sur Terre, beaucoup retiennent des chansons, bien sûr, mais aussi un personnage, une histoire, une attitude, un héritage. Sa voix grave avait séduit tout aussi bien les auditeurs que les femmes, qui furent nombreuses à défiler dans sa vie. Bien sûr, les années 1970 ont été marquées par le duo extraordinaire qu'il formait avec Jane Birkin. Binôme passion, amour-haine, des mélodies berçant leurs sentiments, un enfant naissant de leur histoire.

"Nous baignions dans la mélancolie, se souvient leur fille, Charlotte Gainsbourg, dans une longue interview hommage accordée à Télérama. Il y avait un côté sombre dans ce qu'il me transmettait, même si je n'en garde pas un souvenir triste. Il avait le goût du drame. De la passion. Ses relations étaient loin d'être apaisées. Plutôt corsées. Avec ma mère, ils se mettaient pas mal sur la gueule, j'en garde des souvenirs cuisants, et elle n'était pas en reste. Même après leur séparation, quand il venait nous voir chez elle, les assiettes volaient. Ils buvaient beaucoup. L'alcool ne le rendait pas violent, plutôt doux au contraire. Un peu larmoyant."

J'ai écrasé ma cigarette sur lui aussi, allumée

La violence de cette relation n'est pas bien secrète. Dans les différents tomes de son autobiographie, de Munkey Diaries à Post-Scriptum, Jane Birkin évoquait déjà sa romance très tumultueuse avec Serge Gainsbourg. Les coups de sang, les coups de gueule, les coups tout court. "Moi j'ai écrasé ma cigarette sur lui aussi, allumée, donc, j'en ai fait autant", expliquait-elle à Léa Salamé sur France Inter. Mais la foudre frappait sans doute trop fort. En septembre 1980, la chanteuse a préféré s'éloigner de son partenaire, de ce rythme de vie insoutenable qu'ils menaient ensemble, qui la rendait folle, quitte à parfois risquer sa vie.

Quand j'ai acheté la maison après sa mort, je voulais respecter ses volontés

Un lieu reste imprégné des souvenirs de cette idylle. C'est l'appartement du 5 bis rue de Verneuil, dans le 7e arrondissement, dans lequel Serge Gainsbourg a vécu, puis poussé son dernier souffle, le 2 mars 1991. Sa fille, Charlotte, concrétise d'ailleurs un projet gargantuesque : celui de transformer l'habitation en lieu de culte, de recueillement. "Quand j'ai acheté la maison après sa mort, je voulais respecter ses volontés. J'avais lu qu'il avait envie qu'elle devienne un musée, raconte-t-elle à Télérama. Aujourd'hui, le désir se matérialise. Nous avions prévu d'ouvrir la maison pour le trentième anniversaire de sa mort, le Covid nous a fait prendre du retard, mais nous serons prêts avant la fin de l'année. J'ai choisi de ne toucher à rien, avec peu de visiteurs et une annexe pour prendre les billets, afin de ne pas toucher à la façade, couverte de messages et de graffitis depuis toujours. Il y aura des choses à voir et à entendre..."

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image