Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Valérie Trierweiler : Impliquée auprès des enfants réfugiés au Liban

Valérie Trierweiler visite un camp de réfugiés syriens à Dalhamye au Liban le 5 novembre 2013.
40 photos
Lancer le diaporama
Valérie Trierweiler visite un camp de réfugiés syriens à Dalhamye au Liban le 5 novembre 2013.

Pendant que François Hollande a toutes les peines du monde pour faire remonter sa cote de popularité, Valérie Trierweiler peaufine son image de première dame au grand coeur. Presque un mois après sa visite à de jeunes orphelins sud-africains, c'est cette fois pour le Liban que la compagne du président s'est envolée lundi 4 novembre. Si elle a rencontré son homologue libanaise et s'est rendue au Salon du livre francophone à Beyrouth, le temps fort aura été sa visite d'un camp de réfugiés syriens, dont la majorité sont des enfants.

"Moi, à chaque fois, je m'échappe, je veux être au plus près de la population." Comme elle l'avait dit sur BFM TV en octobre, lors de son voyage en Afrique du Sud, Valérie Trierweiler a encore montré son goût pour cette proximité avec les populations locales au Liban. Soucieuse de mettre en lumière les conséquences terribles du conflit en Syrie sur ce pays frontalier, qui a accueilli plus d'un million d'habitants de la nation présidée par Bachar el-Assad, la première dame s'est donc rendue dans un camp de réfugiés de Dalhamiyé, dans la plaine libanaise de la Békaa, mardi 5 novembre. Cette fois, pas de pas de danse comme à Soweto, l'ambiance ne s'y prêtant pas vraiment, mais la compagne de François Hollande s'est montrée une nouvelle fois proche de ces jeunes réfugiés, dont la majorité ne sont pas scolarisés, en prenant quelques-uns des enfants dans ses bras.

"Ce sera une génération sacrifiée si on n'agit pas maintenant, et il est temps d'agir", a déclaré Valérie Trierweiler, afin de mettre en lumière ce problème peu médiatisé, aux côtés du ministre libanais des Affaires sociales Waël Abou Faour, du directeur adjoint du HCR pour les réfugiés, Jean-Paul Cavalieri, et de l'ambassadeur de France au Liban, Patrice Paoli. "Nous sommes à l'approche des tempêtes et de la pluie, et nous avons besoin de transporter ces gens de ces camps sauvages à de meilleurs logements", a aussi ajouté celle que l'on sait très préoccupée par la protection des enfants - elle a aussi visité une école publique -, une thématique qui lui est chère avec celle du droit des femmes.

Un problème que Valérie Trierweiler, sobre et élégante dans une robe noire comme elle les affectionne, a aussi pu évoquer avec Wafaa Suleiman, l'épouse du président libanais Michel Suleiman, lors d'une rencontre qui a eu lieu le même jour dans le centre de santé pour femmes Yaduna, à Baabda. En passionnée de littérature, elle s'est aussi rendue au 20e Salon du livre francophone à Beyrouth, troisième salon littéraire francophone au monde après ceux de Paris et de Montréal, avant de rencontrer des ONG françaises et libanaises. De quoi peut-être lui inspirer une prochaine chronique littéraire dans Paris Match...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel