Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Zabou Breitman raconte sa jeunesse difficile : "Il faisait 6 degrés l'hiver"

Zabou Breitman raconte sa jeunesse difficile : "Il faisait 6 degrés l'hiver"
Par Gonzague Lombard Rédacteur
Passionné de chant, des Douze coups de midi et de la discographie de Jul, il rêve de participer à Fort Boyard malgré sa phobie des serpents et du Père Fouras. Son ambition secrète ? Découvrir ce qui se cache derrière le rideau mystère de Bataille et Fontaine pour y chanter en quartet. La vérité est au bout du couloir…
Zabou Breitman au photocall du film "Les hirondelles de Kaboul" lors du 72e Festival International du film de Cannes. Le 16 mai 2019 © Jacovides-Moreau / Bestimage
16 photos
Lancer le diaporama
Zabou Breitman au photocall du film "Les hirondelles de Kaboul" lors du 72e Festival International du film de Cannes. Le 16 mai 2019 © Jacovides-Moreau / Bestimage
Elle apparaît rarement sans un sourire resplendissant. Et pourtant, Zabou Breitman n'a pas eu une adolescence de tout repos. Retour sur un parcours compliqué qui a abouti sur des merveilles...

Avec six nominations à Cannes et deux récompenses en poche, Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec se sont attirés les faveurs de la critique française. Leurs Hirondelles de Kaboul - en salles depuis le 4 septembre - ont conquis le Festival du Film d'Animation d'Annecy 2018 tout autant, qu'au mois d'août dernier, le 12e Festival d'Angoulême. Et pourtant, rien ne préméditait un tel succès pour la réalisatrice de 59 ans qui débutait sa carrière au cinéma en 1981 dans un "nanar loufoque" intitulé Elle voit des nains partout - elle incarnait alors Blanche-Neige.

Dans les colonnes du magazine Télérama, Zabou Breitman décrit une jeunesse "très heureuse" dans laquelle elle puise encore sa force à l'âge adulte. "J'étais un peu un enfant roi, je me sentais protégée, raconte-t-elle. J'avais de l'esprit, et comme mon père aimait en jouer, on riait beaucoup. Très tôt, il m'a initiée au surréalisme. Ma mère, elle, était en retrait par son éducation, mais c'était une rebelle, une féministe." A l'adolescence, pourtant, tout a basculé pour la famille.

Si elle s'est mise à lire en abondance, à dessiner, à créer, c'est qu'elle n'avait pas vraiment le choix. "J'ai traîné le chagrin de mes parents comme un boulet, poursuit-elle. Finir dans la misère était ce qui pouvait arriver de pire à ma mère : elle était née dans une famille très populaire, nombreuse, catholique, s'était mariée avec un homme issu d'une famille bourgeoise, juive mais athée, et elle a fini pauvre [...] On a quitté Paris pour la province. Je me suis retrouvée dans un prieuré du XIIIe siècle, dans le Loir-et-Cher. Je dormais dans la tour, où il faisait 6 degrés l'hiver. J'étais enfant unique, je m'ennuyais beaucoup." Comme quoi, Se souvenir des belles choses, comme des moins joyeuses, l'auront aidée à construire la Zabou que l'on adore aujourd'hui.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
En vidéos
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image