Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Angelina Jolie revient sur ses expériences bouleversantes de cinéaste et femme

Dans quelques semaines, le 14 février, Angelina Jolie viendra en Bosnie et en Croatie pour défendre sa première réalisation Au pays du sang et du miel, mélodrame sur fond de guerre en ex-Yougoslavie, tourné dans la langue du pays et sans stars. A ses côtés, se trouvera Brad Pitt, son compagnon et père de ses six enfants, Maddox, Pax, Zahara, Shiloh, Knox et Vivienne. Après Sarajevo, elle se rendra à Zagreb, avec les acteurs principaux, dont Zana Marjanovic et Goran Kostic. Venir sur les lieux mêmes qui ont nourri son oeuvre, une mission qu'elle ne pouvait manquer.

Dans les pages du magazine Première, la star hollywoodienne se penche sur son processus créatif, motivé par ce qu'elle a vu des pays ravagés par la guerre et la détresse. Ambassadrice de bonne volonté des Nations Unies au Haut Commissariat des réfugiés, l'actrice a vu de ses propres yeux des scènes d'une violence traumatisante. En expliquant son travail, elle revient sur ses expériences bouleversantes.

"J'appartiens à la génération qui a été marquée par ce conflit," commence-t-elle par dire pour expliquer ses motivations à aborder le conflit en Bosnie. Elle a ardemment souhaité que les spectateurs puissent voir à quel point ces événements sont récents. Pour mener à bien son projet, elle a pu compter sur le soutien de son bien-aimé. Il apparaît d'ailleurs dans son film, dans un plan furtif... victime des balles d'un sniper, précise le magazine !

Si elle admet ne pas être une cinéphile, elle s'est appuyée sur le travail des réalisateurs qui l'ont dirigée comme Michael Winterbottom avec qui elle a tourné dans Un coeur invaincu, et celui lui a offert le premier rôle magnifique de L'Echange : "Concernant le travail avec l'équipe, c'est Clint Eastwood qui m'a tout appris. [...] Il sait qu'il n'est pas le seul à vouloir retrouver sa famille à une heure décente le soir."

Angelina Jolie revient sur les attaques virulentes qu'elle a subies alors qu'elle tournait le film. Des rumeurs ont circulé sur le propos de son film, présentant une romance entre une Bosniaque musulmane et son bourreau serbe. Angelina Jolie avait dévoilé alors aux autorités une version plus détaillée du script démentant ces plaintes et le film a d'ailleurs été salué récemment par des associations de victimes musulmanes de la guerre intercommunautaire de Bosnie - tout en étant néanmoins dénoncé comme anti-serbe. Jusqu'au bout, elle a gardé son calme, sommant aux opposants d'attendre d'avoir vu son film pour s'insurger. Mais la blessure a été vive : "Sachant ce que ces gens ont enduré, je ne peux que comprendre leur réaction et le fait qu'ils soient sur la défensive. Mais quand vous travaillez jour et nuit pour que personne n'oublie ce qui est arrivé à ce peuple, c'est forcément douloureux de constater que c'est justement lui qui remet en cause vos intentions."

Prête pour une seconde réalisation ? "A moins de retrouver un jour une histoire qui me touche autant que celle-ci, je ne pense pas que j'éprouverai le besoin de recommencer." A savoir : son compagnon Brad Pitt ne va pas prendre la relève, n'étant pas du tout intéressé par le poste de réalisateur.

Reine d'Hollywood, Angelina Jolie assume son statut parfois lourd, qui a lourdement contribué à ce que son film puisse se concrétiser. Elle prend du recul sur l'hystérie people qu'elle peut provoquer, précisant que "étrangement, personne ne m'a photographiée devant cette maison truffée de mines au Cambodge", poursuivant sur le côté positif de sa notoriété exacerbée : "Je n'aurais jamais pu monter Au pays du sang et du miel si je n'avais pas la carrière qu'on connaît. Et puis, ne nous leurrons pas : de nombreux spectateurs entendent parler du film uniquement parce que les médias s'intéressent à moi."

Lucide, Angelina Jolie est une femme forte qui accepte de jouer les divas sur le tapis rouge, tout en conservant son besoin de voir le monde, le vrai, quitte à se retrouver dans des situations extrêmes à l'autre bout du monde. Elle se souvient du Sierra Leone où elle a fait face à un gamin qui tenait un fusil et était probablement drogué, aveuglé par la lampe torche qu'il agitait devant ses yeux. En Afghanistan, elle est descendue de l'avion et un soldat lui annonce qu'elle est parmi les cibles prioritaires : "On a dû donner notre groupe sanguin, enfiler un casque, un gilet pare-balles... J'ai alors écrit un mot à Brad - que je n'ai pas envoyé car je ne voulais pas l'affoler - et je l'ai gardé sur moi pour qu'on le trouve si jamais il m'arrivait quelque chose." L'histoire finit bien puisqu'elle a passé une journée sans danger et même "merveilleuse" avec les habitants. Elle précise tout de même : "J'espère que Brad ne lira jamais cette interview !" Il doit pourtant savoir qu'il vit avec une femme audacieuse qui a toujours vécu dangereusement.

Au pays du sang et du miel, au cinéma le 22 février.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans le magazine Première du mois de février
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image