Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Carla Bruni : ''Y a quelqu'un qui m'a dit... qu'on nous écoute !''

Exclusif - Carla Bruni en concert au Palais des Festivals à Cannes, le 14 février 2014.
19 photos
Lancer le diaporama
Exclusif - Carla Bruni en concert au Palais des Festivals à Cannes, le 14 février 2014.

Carla Bruni était de passage, mardi 11 mars, sur une prestigieuse scène parisienne. À l'Olympia, l'artiste de 46 ans a remporté un franc succès devant un public compact et conquis. De plus en plus à l'aise sur scène, après quatre mois et demi de concerts à travers toute la France, l'interprète de Mon Raymond, une chanson dédiée à Nicolas Sarkozy, n'hésite plus à papoter avec son public entre deux chansons et même à blaguer. En faisant référence aux écoutes dont a été victime son époux, Carla Bruni a fait huer les "traîtres" par son public.

Après 90 minutes de concert, juste avant son rappel, Carla Bruni s'apprête à chanter son plus grand tube, celui qui l'a fait connaître et donne son titre à son premier album, Quelqu'un m'a dit. Pour annoncer sa chanson, Carla ne manque pas d'humour : "Cela fait deux-trois jours que je n'ose plus chanter... Y a quelqu'un qui m'a dit... Qu'on nous écoute !" Cette petite phrase de l'ex-première dame susurre de sa voix douce, provoque les huées du public acquis à sa cause et à celle de Nicolas Sarkozy, trahi d'abord par son conseiller Patrick Buisson (lequel a enregistré leurs conversations durant le quinquennat) et qui a entre-temps appris qu'il avait été placé sur écoute par les juges du parquet financier depuis... le 3 septembre 2013, soit huit mois. "Mais vous, je vous remercie de m'écouter...", ajoute Carla à son public, sous un tonnerre d'applaudissements.

Au-delà de sa portée politique, cette affaire des écoutes orchestrées par Patrick Buisson porte atteinte à l'intimité même du couple formé par Nicolas Sarkozy et Carla Bruni, dont on a découvert les dialogues dans un extrait dévoilé la semaine passée par nos confrères du site Atlantico.fr. Conjointement, Nicolas Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy ont engagé une procédure d'urgence devant le tribunal de grande instance de Paris contre Patrick Buisson et Atlantico, qui a cependant retiré l'extrait concernant Carla. Selon l'AFP, ils demandent chacun 1 euro de dommages et intérêts au site Atlantico et 30 000 euros à l'ancien conseiller présidentiel. Une belle somme qui serait reversée en intégralité à la fondation de la chanteuse. La justice rendra son verdict vendredi.

Concernant les écoutes judiciaires, décidées sur ordonnance des juges enquêtant sur les accusations de financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, on apprend ce jour, par l'AFP, que deux téléphones utilisés par l'ancien président ont été placés sur écoute les 3 et 19 septembre 2013.

En pleine tourmente, le couple se sert les coudes et s'affiche plus soudé que jamais. Nicolas Sarkozy était aux premières loges hier soir pour le concert de son épouse à l'Olympia. Jeudi 13 mars, ils figureront côte à côte en couverture du magazine Paris Match avec cette accroche : "Nicolas Sarkozy espionné par les juges, trahi par un conseiller. Carla veut se battre pour lui." Pas touche à son Raymond !

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel