Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Christian Quesada : Recherches Google sordides, chantage... Nouvelles révélations glaçantes

10 photos
Voir 10 photos
Le 29 mars, Cyril Hanouna et son équipe sont revenus sur l'affaire Christian Quesada. L'occasion de découvrir de nouvelles révélations grâce à l'enquête de Guillaume Genton pour son documentaire sur l'ex-candidat des "12 Coups de midi".

L'information est tombée le 25 mars 2021. Nos confrères du Progrès ont révélé que Christian Quesada était sorti de prison deux semaines auparavant. En avril 2020, l'ancien champion des 12 Coups de midi (TF1) avait été condamné à trois ans de prison ferme pour corruption de mineures, détention et diffusion d'images pédopornographiques en avril 2020. Des détails sur ses actes avaient été dévoilés dans la presse. Mais en réalité, ils seraient bien plus sordides que ça, comme les téléspectateurs de C8 ont pu le découvrir dans Touche pas à mon poste, le 29 mars 2021.

Le 26 mars, Guillaume Genton a assuré qu'il avait eu accès au dossier judiciaire de Christian Quesada dans le cadre d'un documentaire diffusé demain sur RMC Story. "Ce qu'a fait Christian Quesada c'est infâme et abject. On pensait qu'il détenait, je le dis entre guillemets, même si c'est déjà horrible, juste des images de mineurs, mais ça va beaucoup plus loin. Il y a de la manipulation, de fausses identités. Il prenait des photos de mineurs à leur insu dans la rue afin de se masturber après. Il échangeait les images avec d'autres gens, il les regardait avec des personnes", avait notamment expliqué le chroniqueur, en promettant d'en dire plus ce lundi 29 mars. C'est désormais chose faite.

Des images exclusives ont été dévoilées. L'occasion de découvrir des extraits de la plainte de Clarisse, une jeune femme autiste, avec qui l'affaire a commencé. Christian Quesada se serait fait passer pour une certaine Justine Ferrand et lui aurait demandé des photos de son sexe et de sa poitrine, tous les jours. Afin d'être crédible, il lui aurait envoyé des photos de nu. "Je lui ai envoyé plusieurs photos de mon sexe et de ma poitrine. Je me sentais obligée de lui envoyer ces photos", aurait-elle confié à la police. Il n'en serait pas resté là. Il lui aurait ensuite fait une proposition malsaine : des rendez-vous tarifés. "C'est 100 pour mater, 150 pour rouler des pelles et 200 s'il met la langue dans la c****", aurait-il écrit. Un procédé qu'il aurait utilisé avec d'autres mineures.

"Il visait des filles faibles psychologiquement et qui étaient en admiration devant les personnes qui passaient à la télévision. Il leur promettait, toujours caché sous le pseudo de Justine, une rencontre avec une personnalité de la télévision : Christian Quesada. Il est allé jusqu'à fixer une grille de tarifs. (...) Il a voulu passer à l'acte puisqu'il a attendu Clarisse dans un hôtel deux matins de suite. Il l'a même disputée après parce qu'elle n'est pas venue. C'est suite à ça que la jeune femme a porté plainte", a ensuite précisé Guillaume Genton. Loreen, une ex-amie du candidat, a confirmé ces propos et ajouté que Christian Quesada aurait fait du chantage à une certaine Mélissa : "La jeune fille de 17 ans est venue, ils ont dormi ensemble à l'hôtel. Elle a eu très peur et a appelé sa mère. La maman a dit : 'Ecoute Christian, j'espère que tu prends soin de ma fille sinon, ça va mal se passer.' Finalement, Mélissa a pu venir sur votre plateau pour témoigner."

Des recherches Google glaçantes

1077 vidéos pédopornographiques et 30 000 photos de la même teneur, mettant en scène des viols de mineurs, dont des enfants de 5 ans, ont été découvertes dans son ordinateur. Toujours selon les informations de Guillaume Genton, il arrivait à Christian Quesada de prendre des photos de très jeunes femmes à leur insu. Des clichés réalisés de façon "rapides et imprécises". Ensuite, il aurait pris de l'assurance et aurait fini par parler à certaines et par prendre des photos plus intimes.

Un jeune homme prénommé Antoine a tenu à témoigner de façon anonyme, dans le documentaire de Guillaume Genton : "En sortant de la gare, on voit un homme à côté d'un arbre en train de faire pipi. Quand il s'est retourné, on a vu qu'il jouait avec son zizi. Et il a commencé à nous courser. Je rentre chez moi, on est en plein repas de famille. Mes parents me demandent comment s'est passé mon week-end. Je leur raconte et je leur dis ce qu'il s'est passé. En très peu de temps, je me suis retrouvé au commissariat", a-t-il déclaré. Très vite, le rapprochement a été fait avec Christian Quesada. Des faits qui datent de vingt ans, quand il a été condamné pour exhibition sur la voie publique. A l'époque, il était éducateur et se masturbait devant un lycée.

Enfin, on a pu découvrir que le père de famille (il a deux garçons) avait pour habitude d'utiliser Google afin de faire des recherches plus que sordides. "Garçon de 11 ans complètement nu", "soeur caresse son frère", "jeune fait l'amour avec son grand-père", "jeune forcé par son gynéco" aurait-il notamment tapé, en plus de tenter de trouver des images de personnalités nues, parmi lesquelles Jenifer ou Douchka.

Rappel des faits

C'est en 2019 que Christian Quesada a été arrêté à son domicile, puis placé en détention provisoire et mis en examen. A l'époque, le public a appris que des images pédopornographiques avaient été découvertes chez lui. Plusieurs jeunes femmes ont assuré qu'il avait tenté d'obtenir des photos d'elles, puis envoyé des photos de son anatomie sans leur autorisation en prétextant "s'être tordu le sexe".

Outre sa peine de prison, Christian Quesada a été contraint à cinq ans de suivi socio-judiciaire. En cas de non-respect du suivi, il devra effectuer trois années de prison supplémentaires. Il est également inscrit au fichier des auteurs d'infractions sexuelles (FIJAIS).

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image