Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Christophe Dechavanne accuse M6 de plagiat : 10 millions d'euros en jeu !

Christophe Dechavanne accuse M6 de plagiat : 10 millions d'euros en jeu !
Par Hiba Semali Rédactrice
Rattachée à la rubrique télé, Hiba Semali se consacre au petit écran. The Voice, Koh-Lanta, Top Chef, Secret Story, Star Academy ou encore Les Marseillais n'ont aucun secret pour elle.
10 photos
D'après les informations de nos confrères du "Parisien", Christophe Dechavanne et sa boîte de productions Coyote Conseil attaquent M6 en justice. L'animateur accuse la chaîne d'avoir plagié son projet d'émission, "Incroyables transformations".

Entre Christophe Dechavanne et M6, la guerre est déclarée. Et c'est au tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine) que revient le dernier mot. En effet, comme le révèlent nos confrères du Parisien, le célèbre animateur, également patron de la boîte de productions Coyote Conseil, attaque la chaîne pour "parasitisme", "préjudice moral" et réclame près de 10 millions d'euros. En cause, l'émission Incroyables transformations, diffusée sur la Six, qui serait copiée sur un projet de programme de Coyote Conseil.

Tout a commencé en avril 2016, lorsque Coyote Conseil achète pour 12 000 euros les droits d'adaptation de Body fixers, émission diffusée en Angleterre et qui met en scène plusieurs experts venant en aide à des anonymes complexés par leur physique. Neuf mois plus tard, Coyote Conseil propose une version française à M6 qui a "immédiatement manifesté son intérêt", comme indiqué dans l'assignation à laquelle Le Parisien a eu accès. La machine est lancé, le casting aussi et plusieurs réunions sont organisées, dont une avec Stephen Lambert, propriétaire de la marque Body fixers. En juin 2017, premier tarif évoqué : 125 000 euros l'émission, en version hebdomadaire.

Mais le mois suivant, "M6 a fait savoir de manière abrupte et soudaine qu'elle ne comptait pas finalement commander le format" pour "des raisons budgétaires", indique Coyote Conseil. Finalement, les discussions reprennent autour d'une quotidienne... sans jamais aboutir. En mars 2018, Christophe Dechavanne et ses équipes découvrent que Studio 89, filiale de M6 qui produit aujourd'hui Incroyables transformations, lance un casting. Coyote Conseil adresse une mise en garde à la chaîne dans l'espoir d'éviter tout plagiat.

M6 accusée de plagiat, 10 millions d'euros en jeu

Des doutes avérés puisqu'un an plus tard, le 1er avril 2019, M6 lance Incroyable transformations. L'animateur dénonce "une reprise sauvage du format élaboré par son équipe" et, avec le créateur de Body fixers, demande des comptes à la chaîne. La Six se défend et assure qu'"à bien des égards, tant dans son style narratif, sa mécanique que dans sa réalisation". Coyote Conseil dénonce "une usurpation", "un pillage", "une copie parasite" ainsi qu'un comportement "déloyal" et "une mauvaise foi déconcertante" de la part de M6.

Lors d'une première audience qui s'est tenue jeudi 20 mai 2021, Christophe Dechavanne réclame l'arrêt du programme, "copie parfaite" de son projet sur lequel ses équipes ont cumulé 558 heures de travail. Le manque à gagner s'élève à 5 millions d'euros auxquels s'ajoutent 4,4 millions pour l'estimation de la perte de valeur de l'entreprise et 500 000 euros pour préjudice moral et frais divers. Au total, ce sont près de 10 millions d'euros qui sont demandés. Alors qu'aucune des deux parties n'a souhaité publiquement s'exprimer, le tribunal devrait trancher prochainement...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image