Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Doc Gyneco, sur Europe 1 : Émouvant, il évoque son ''coma'' face à Nikos Aliagas

7 photos
Lancer le diaporama

Après plusieurs années de silence, Doc Gyneco poursuit sa tournée des médias pour raconter sa traversée du désert. Cette fois, c'est au micro de Nikos Aliagas que la rappeur s'est confié samedi 26 janvier durant les Incontournables d'Europe 1. S'il avait récemment assuré se sentir mieux, Doc Gyneco est toujours extrêmement marqué par cette période noire durant laquelle son public et les médias lui ont tourné le dos, l'obligeant à s'inscrire à Pôle Emploi. "On s'en sort pas... Déjà, il faut redescendre tout en bas. J'ai touché le fond. Si tu en réchappes, c'est comme un coma, c'est ou tu te réveilles ou tu te réveilles pas, j'essaye de m'en sortir en essayant d'oublier mais ça revient", explique l'ex de Christine Angot, un brin fataliste.

Malgré cette longue descente aux enfers, Doc Gyneco n'en veut à personne. "Jamais. Il ne faut pas, j'ai aucune rancune. Celui qui ne m'a pas prêté quelque chose alors que j'étais dans le besoin et qu'il l'avait, il peut me demander à son tour, moi je lui donnerai sans problème", assure-t-il, toujours généreux. C'est sûrement pour cette raison que le rappeur se refuse toujours à égratigner Nicolas Sarkozy, qui ne s'est "jamais manifesté en tant qu'homme" pour l'aider, malgré son soutien pour la présidentielle de 2007 et un livre qui lui était consacré.

Au-delà des difficultés financières, Doc Gyneco est marqué par le traitement qu'il a subi à l'époque, que ce soit par ses fans ou dans les médias. "Un mauvais regard ça le tue, l'artiste. Il va être ce regard, ce qu'on dit de lui, comme on le voit", assure le rappeur, qui semble touché moralement et fatigué. Il en profite au passage pour défendre Gérard Depardieu, personnage controversé comme lui et nouveau citoyen russe. "Il devrait pas faire attention à ce qu'on dit de lui. (...) Vous savez d'où il vient, ce mec-là ? Il a perdu un enfant, il a eu des pontages. Moi c'est ça que je vois", justifie le rappeur, toujours prêt à défendre les grandes causes.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image