Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Fanny Ardant : ''On ne franchit pas les étapes de la vie sans souffrir''

Fanny Ardant : ''On ne franchit pas les étapes de la vie sans souffrir''
6 photos
Lancer le diaporama

A 64 ans et une carrière riche, Fanny Ardant s'apprête à faire un retour remarqué sur les écrans français, elle qui s'y fait si rare. Le hasard du scénario faisant bien les choses, c'est en retraitée que nous retrouvons Fanny Ardant. Dans Les Beaux Jours, au côté de Patrick Chesnais et Laurent Lafitte, Fanny Ardant affronte la vieillesse et le temps qui passe en se questionnant autour de son quotidien : doit-elle transgresser les règles, provoquer de nouvelles rencontres, ou bien simplement remplir son agenda ?

Pour l'actrice, interrogée par Femme Majuscule, qui a fait de l'âge son credo, "il faut être lucide, on ne franchit pas les étapes de la vie sans souffrir". Et la retraite est de ces étapes par lesquelles l'Homme, en l'occurrence ici la femme, doit passer. Mais au-delà de l'âge, Fanny Ardant croit savoir que "tout ce qui est imposé est par nature une souffrance". Alors autant préférer un maximum de libertés, y compris dans cet âge si particulier. Ainsi, selon l'actrice au César de la meilleure actrice pour Pédale Douce (1997), l'exemple d'enfermer "les gens dans des maisons de retraite, c'est comme les mettre en prison" en est l'illustration.

La liberté, Fanny Ardant l'a toujours eue. La première, c'est de choisir proprement ses projets, ce qui explique aussi la rareté de l'actrice sur les écrans. "J'ai toujours agi par goût", nous dit-elle, avant de surenchérir : "Le luxe n'est pas le fait d'avoir de l'argent, mais d'avoir la liberté." D'ailleurs, elle ne s'en cache pas : "J'ai connu les périodes de vaches maigres comme vaches grasses." Mais dans l'âge comme dans la carrière, "il ne faut pas avoir peur d'être jugé", assure-t-elle. Pour Les Beaux Jours, Fanny Ardant exorcise ses craintes et transmet de nombreuses ondes positives, en plus d'y opérer un changement physique : "Devenir blonde a pris un temps incroyable [...] Quant aux jeans, c'est la première fois que j'en portais." Il y a un début à tout.

"Les Beaux Jours" sortira en salles le 19 juin.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image