Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
NEWSLETTER

Jean-Luc Hees annonce le départ du "petit tyran", Stéphane Guillon, qui se lâche pour sa dernière chronique !

Jean-Luc Hees annonce le départ du "petit tyran", Stéphane Guillon, qui se lâche pour sa dernière chronique !
4 photos
Lancer le diaporama
Aujourd'hui, à 7h55, Stéphane Guillon donnait sa dernière chronique dans La Matinale, sur France Inter.

Tout comme hier, où il évaluait ses chances de retour à celles des Bleus de se qualifier au deuxième tour du Mondial, il ne sait pas, toujours pas à quoi s'en tenir : "J'essaye de deviner les choses par moi-même. Ici, on apprend son sort en lisant la presse. Télé-Loisirs, en ce qui me concerne." Référence à une petite phrase assassine du patron de l'antenne Philippe Val dans l'hebdo télé.

De Télé-Loisirs au Monde !

Guillon s'attaque à toute la radio et à son récent fonctionnement : "Une radio de gauche qui licencie comme la pire entreprise de droite." En ligne de mire, le président de Radio France, Jean-Luc Hees, et la suppression d'émission phare comme Esprit Critique de Vincent Josse.

À 9h10, LeMonde.fr publiait une interview de Jean-Luc Hees. Ce dernier annonce officiellement sa décision de supprimer la case humour de La Matinale. Exit donc Guillon et Didier Porte. Si ce dernier conserve sa place dans Le Fou du roi avec Stéphane Bern, on ne sait pas ce que va devenir Guillon : "Je considère que cette tranche d'humour est un échec. Elle a montré une grande misère intellectuelle dont je ne m'accommode pas. Il n'y aura pas de changement d'horaire ni de remplaçants. Ce qui ne fait pas rire à 7 h 55 ne me fera pas plus rire à 3 heures du matin. Je sais qu'en prenant cette décision, il y a un risque. Mais j'assume !"

Guillon contre Hees !

Jean-Luc Hees semble en tout cas sensible quant aux attaques répétées dont il a fait l'objet par l'humoriste. Tout a commencé lorsque Hees a présenté ses excuses publiques à Eric Besson, suite à une chronique de l'humoriste.

Depuis, le torchon brûle : "J'ai eu de nombreuses discussions avec Stéphane Guillon à propos de ses chroniques. Si l'humour se résume à l'insulte, je ne peux le tolérer pour les autres mais également pour moi. Quel patron d'une grande entreprise accepterait de se faire insulter par un de ses salariés sans le sanctionner ? J'ai un certain sens de l'honneur et je ne peux accepter que l'on me crache dessus en direct."

On s'y attendait : "L'humour ne doit pas être confisqué par de petits tyrans. Je prends cette décision non pas sur une quelconque pression politique mais en m'appuyant sur des valeurs minimales d'éducation et de service public." Guillon adorerait que ce soit une décision politique... Imaginez : viré sur ordre de Nicolas Sarkozy ! Dans sa chronique, il parle du président comme d'un "actionnaire de France inter." C'est dire s'il pointe du doigt l'indépendance de Hees, par ailleurs nommé par Sarkozy.

Guillon viré, France Inter secoué !

D'après LePoint.fr, Stéphane Guillon ne se verrait proposer aucune autre collaboration sur l'antenne de France Inter.

Quant à Philippe Val, il annoncera la prochaine grille des programmes dans les 48 heures. Une grille attendue avec fébrilité par la rédaction qui a déjà posé une motion contre Val. Le suspense entoure le nom du remplaçant de Nicolas Demorand à la tête de La Matinale, case la plus importante en radio. Le journaliste souhaitant s'investir autrement sur France Inter.

C'est ce capharnaüm, cette inquiétude, cette mauvaise ambiance entre la direction et la rédaction que décrit Guillon dans cette dernière chronique, à laquelle il a donné le titre : France Inter en Burqa !

A.D.
Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image