Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cannes 2022
Roland-Garros
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Star Academy
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Royauté

Meghan Markle : Donald Trump la flingue en off... mais évite de jubiler par peur de finir comme Piers Morgan

Meghan Markle : Donald Trump la flingue en off... mais évite de jubiler par peur de finir comme Piers Morgan
Par Tom Spencer Rédacteur
Fan des corgis, des iconiques Spice Girls, de la princesse Diana et adepte de tea time, Tom Spencer aime notamment relater la vie des membres de la couronne britannique mais n’est jamais contre un petit détour outre-Atlantique.
12 photos
Sans surprise, l'interview accordée par la duchesse de Sussex, Meghan Markle, à la présentatrice Oprah Winfrey pour CBS, ne lui a pas fait que des amis. L'ex-président Donald Trump estime que sa première impression que la jolie brune était la bonne. Mais il garde le silence, pour ne pas agraver son cas personnel...

De Twitter à Youtube, qui l'ont sanctionné, Donald Trump a appris durement que l'on ne peut pas tout dire. L'ex-décrié président américain aurait-il décidé de maîtriser (enfin) sa parole ? Selon un de ses conseillers, il a toujours des avis bien tranchés mais il ferait attention à ne plus les crier sur tous les toits. Dans son viseur, en off, il aurait l'ancienne actrice Meghan Markle.

L'interview du prince Harry et de sa femme Meghan a été un véritable carton d'audience aux quatre coins du monde et ce grâce à des révélations chocs allant du racisme supposé de certains membres de la famille royale aux pensées suicidaires de la duchesse de Sussex... Et ces déclarations n'ont évidemment pas été du goût de tout le monde même bien au-delà de la couronne britannique. Des téléspectateurs ont clairement fait savoir qu'ils considéraient cette interview du couple comme indécente, n'ayant pas de pitié particulière pour des gens millionnaires vivant dans le confort et la sécurité sous le soleil de la Californie. Les attaques contre la famille royale, qui semblaient toutefois ne pas concerner la reine Elizabeth II, ont aussi été mal perçues. Y compris par Donald Trump !

L'ancien président, qui fait profil bas depuis qu'il a quitté la Maison Blanche pour céder à contrecoeur sa place à Joe Biden, est pourtant réputé pour aimer le franc-parler. Et, s'il semblait ne pas avoir de limites, il serait visiblement lui aussi du côté de ceux qui disent que Meghan Markle... en fait trop. "Elle n'est pas quelqu'un de bien. Je l'ai dit et maintenant tout le monde le voit. Mais tu réalises que si tu dis quelque chose de négatif sur Meghan Markle, tu seras critiqué ['canceled', dit-il dans sa version originale, en référence à la cancel culture, ceux qui sont jetés en pâture et forcés à disparaitre, NDLR] regarde Piers", aurait-il confié à Jason Miller, qui a relaté ces propos dans le podcast du très problématique Steve Bannon.

Une référence au clivant animateur anglais Piers Morgan, qui s'est retiré de ses fonctions dans Good Morning Britain, après de nouvelles virulentes critiques contre Meghan Markle. Plus de 40 000 plaintes, y compris une de la duchesse, avaient été notifiées à la chaine pour se plaindre du traitement perpétuellement négatif qu'il réservait à Meghan. Mais une pétition pour le réintégrer a aussi eu du succès sans que cela ne change quelque chose...

Donald Trump garde donc pour lui ce qu'il pense de l'ex-star de la série Suits alors qu'il n'a pourtant pas hésité dans le passer à la critiquer publiquement. En 2019, il l'avait ainsi décrite comme "méchante". Quant à cette dernière, actuellement enceinte de son deuxième enfant, sans directement appeler à voter contre lui à la dernière élection présidentielle, elle avait évoqué un vote important pour la démocratie critiquant sans le citer Donald Trump. Une prise de position qui ne se fait pas quand on est membre de la famille royale, la neutralité politique étant de rigueur. Mais Meghan Markle avait notamment décidé d'abandonner ses fonctions royales pour retrouver aussi sa liberté de parole...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image