Actualité
Exclus
People France
Politique
Interviews
People UK
People US
Tous les thèmes
Cinéma
Johnny Depp
Blake Lively
Tom Cruise
Leïla Bekhti
Carole Bouquet
Gérard Depardieu
Sophie Marceau
Pierre Niney
Juliette Binoche
Emmanuelle Béart
Séries
Demain nous appartient
Ici tout commence
Plus Belle la Vie
Un si grand soleil
TV
Télé Réalité
Familles nombreuses
Koh-Lanta
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Mariés au premier regard
Pékin Express
Top Chef
Les Anges
Les Marseillais
Miss France
TPMP
Musique
Star Academy
The Voice
Eurovision
Céline Dion
Amel Bent
Louane Emera
Vitaa
Slimane
Jenifer
Britney Spears
Lady Gaga
Florent Pagny
Mode
Fashion Week
Défilés
Mannequins
Looks
Beauté des stars
Silhouettes de stars
Royauté
Faits divers
Justice
Police
Insolite
Bons plans
NEWSLETTER

Meghan Markle jugée "folle et hystérique" : la duchesse de Sussex met les choses au clair !

Meghan Markle jugée "folle et hystérique" : la duchesse de Sussex met les choses au clair !
Par Charlotte Pletcher Journaliste
Fan de séries en tous genres, elle aime suivre le quotidien de ses acteurs préférés. Elle est également fan de la reine Elizabeth II, de Kate Middleton et ne comprend toujours pas ce que le prince Harry fait avec Meghan Markle.
18 photos
Meghan Markle a dévoilé un nouveau numéro de son podcast "Archetypes" diffusé sur Spotify ce mardi 11 octobre. L'occasion parfaite de revenir sur son propre parcours et de mettre à mal les nombreuses rumeurs à son sujet depuis l'officialisation de sa relation avec le prince Harry.

Meghan Markle n'a jamais caché sa position de féministe et sa détermination à défendre la cause des femmes. C'est exactement ce qu'elle a fait dans le dernier numéro d'Archetypes, son podcast diffusé sur la plateforme Spotify. Pour ce nouvel inédit, la duchesse de Sussex traite d'un sujet bien particulier : celui de la place de la femme dans les séries et du nombre incalculable de fois où les femmes sont dépeintes comme folles. Ce traitement via la fiction a malheureusement eu des conséquences sur la réalité. Ce que déplore Meghan Markle.

La maman d'Archie et Lilibet, 3 ans et 1 an, regrette que les termes de "folle" et "hystérique" soient employés à tout-va pour décrire les femmes au quotidien. Tout le monde a droit de traverser des périodes compliquées sans être automatiquement considéré comme "dérangé." Du moins les hommes puisque n'importe quelle femme un peu fragile sera directement qualifiée ainsi selon elle. Meghan Markle le sait bien puisqu'elle l'a elle-même vécue.

Face aux nombreuses attaques à son sujet lues dans la presse, conséquence de raccourcis et de mauvaises interprétations, Meghan Markle, juste incomprise et pas vraiment à sa place, a fini par sombrer. Lâchée par la famille royale britannique, à qui elle avait pourtant demandé de l'aide, la duchesse de Sussex, sur laquelle le monde s'acharnait, a été gagnée par des idées noires. C'est là que le prince Harry est intervenu pour sauver son épouse en lui trouvant un thérapeute pour lui venir en aide. Une rencontre salvatrice que toutes n'ont pas pu avoir.

Devenir la cible de violentes critiques sans répit conduisent certaines femmes à commettre le pire. Si Meghan Markle a heureusement échappé à un tel acte, l'actrice Constance Wu est passée par là. Pour des propos mal accueillis sur la Toile, la star de Crazy Rich Asians a fait l'objet d'une campagne massive de dénigrement et de violences qui a fini par lui faire broyer du noir : "J'ai commencé à avoir l'impression que je ne méritais même plus de vivre. Que j'étais une honte pour les AsianAmericans, et qu'ils se porteraient mieux sans moi. Heureusement, un ami m'a trouvée et m'a emmenée immédiatement aux urgences."

Loin de vouloir culpabiliser les femmes, Meghan Markle a fait passer un message primordial : le moindre mal-être doit être partagé, qu'importe ce que les gens diront de vous. L'enfouir est tout sauf une solution et risque d'aggraver la situation : "Cela prend beaucoup de temps de voir les choses plus clairement. [...] La chose la plus folle du monde serait de conserver tout cela à l'intérieur" a-t-elle indiqué, évoquant également que pleurer n'était pas "une honte." Des paroles qui en sauveront sans doute plus d'une !

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image