Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Oscars 2012 : Jean Dujardin débarque à Los Angeles et reçoit un nouveau trophée

Jean Dujardin lors de son arrivée à Los Angeles le 25 février 2012 avec l'équipe de The Artist la veille de la cérémonie des Oscars
11 photos
Lancer le diaporama

Séance de rattrapage pour Jean Dujardin...

Après avoir laissé filer le trophée du meilleur acteur à Omar Sy lors de la cérémonie des César, le comédien qui rafle tous les prix à travers le monde pour son rôle inoubliable dans The Artist s'est envolé avec toute l'équipe du film pour Los Angeles et les Oscars.

La nuit a beau avoir été courte, entre le dîner au Fouquet's et la soirée à l'Arc, l'équipe affichait un large sourire à l'idée d'aller défier la crème du cinéma mondial sur ses terres. Et dire que The Artist a la faveur des médias spécialisés et de la presse en général outre-Atlantique serait un euphémisme. Depuis le début de la période des récompenses, le film a récolté plus de 50 récompenses à travers le monde !

Alors oui, il y avait foule, ce samedi 25 février à l'aéroport de Los Angeles. Photographes, reporters et fans ont réservé un accueil plus que triomphant à Jean Dujardin accompagné de son acolyte Gilles Lellouche avec qui il a signé Infidèles, arrivés quelques heures après Michel Hazanavicius et Thomas Langmann. Bien évidemment, la belle Bérénice Béjo, César de la meilleure actrice et Alexandra Lamy, qui suit son homme dans tous ses déplacements de par le monde étaient également présentes à l'aéroport. Et même s'ils avaient les traits tirés, que le stress à l'idée d'aller chercher une statuette devant le tout-Hollywood était palpable, tous étaient visiblement ravis d'être là.

Après avoir fendu la foule avec difficultés et avoir lâché quelques mots au moment de s'engouffrer dans une voiture, Michel Hazanavicius et Thomas Langmann se sont rendus sur la plage de Santa Monica où un immense chapiteau avait été dressé à l'occasion des Film Independent Spirits Awards. Une fois de plus, The Artist a raflé la mise, obtenant les prix du meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur et meilleure photographie. Michel Hazanavicius, une fois de plus très ému, est allé chercher son prix sur scène. Jean Dujardin, en revanche, toujours dans l'avion, n'a pu venir récupérer le sien. C'est l'actrice Penelope Ann Miller qui a reçu le trophée en son nom, saluant "non seulement un incroyable acteur mais aussi un incroyable être humain".

Michel Hazanavicius était aux anges. Cette récompense, en effet, lui tenait particulièrement à coeur car, comme il l'a déclaré à l'AFP après la cérémonie, "c'est un prix qui est remis par des gens dont la spécificité est de prendre des risques, de faire des films qui ne sont pas formatés". Un prix qui lui permet de redescendre un peu sur terre, après plusieurs mois de folie et de cérémonies où The Artist a triomphé. "Moi-même parfois, je ne reconnais plus le film et j'ai un peu l'impression que c'est presque devenu une bête de foire, a-t-il ajouté. Donc ce prix me ramène à quelque chose d'essentiel, qui est extrêmement important. (...) Recevoir un prix de ces gens-là, ça veut dire que l'âme du film ne s'est pas complètement perdue dans la perception qu'en ont certaines personnes, avec la course aux Oscars, etc."

Car ce soir, The Artist pourrait bien devenir le premier film non anglo-saxon à rafler la statuette du meilleur film, et Jean Dujardin, le premier français à triompher dans la catégorie du meilleur acteur, face à des monstres comme George Clooney et Brad Pitt. Une certaine pression règne donc du côté de la troupe du film muet... "J'ai un peu le trac, je me rends compte que je suis un peu tendu parce qu'il y a une pression extérieure qui monte énormément, confiait à l'AFP le réalisateur Michel Hazanavicius. Des fois, en voulant se protéger, on se protège un peu trop et on finit par se barricader. En règle générale, je suis plutôt décontracté, très tranquille et là, je sens de la nervosité. Je pense que j'ai le trac, en fait !"

C'est donc ce soir, du côté du Kodak Theatre de Los Angeles, qui est en train de se parer de ses plus beaux atours - pardon, si le nom reste encore au fronton, il a été supprimé en raison du dépôt de bilan de la mythique société Kodak et s'appelle maintenant Hollywood and Highland Center - que The Artist terminera sa longue moisson de trophées. Espérons qu'il aura récolté quelques statuettes supplémentaires...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel