Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Koh-Lanta
Pékin Express
Mariés au premier regard
Télé Réalité
Danse avec les Stars
L'Amour est dans le pré
Les Anges
Demain nous appartient
Plus Belle la Vie
Les Marseillais
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Pascal Obispo : Des Victoires aux Enfoirés, confidences sans langue de bois

64 photos
Lancer le diaporama
Pascal Obispo défend les Enfoirés dans cet extrait de l'interview qu'il a accordée à Nikos Aliagas pour l'émission "Sortez du Cadre" qui sera diffusée de 11h à 12h30 samedi 6 février 2016.
Alors que sort son nouvel album, Pascal Obispo évoque la mort de son père, son rapport aux Victoires de la musique et ses très chers Enfoirés.

Pascal Obispo est de retour ce 5 février avec Billet de femme, un dixième album studio porté par le single Le Secret perdu. C'est un disque particulier pour l'artiste, tant dans son origine que son enregistrement, un disque marqué par la mort de son père en 2012 et le passage de la cinquantaine. Avant son départ en tournée, le jeune marié - il a épousé la ravissante Julie Hantson au Cap-Ferret, il y a cinq mois - s'est confié à Gala ainsi que sur les ondes de MFM et Europe 1.

Avant, je croyais que j'avais le temps, maintenant je sais que je n'en ai plus tant que ça

À 51 ans, Pascal Obispo estime traverser une période de mutation, autant artistique que personnelle. "Me retrouver sans père, passer le cap de mes 50 ans... Tous les artistes ne demandent qu'une seule chose, qu'on les aime, reconnaît-il dans Gala... On a perdu beaucoup trop de copains ces derniers temps, des gens qu'on connaissait, d'autres pas. Ça donne envie de vivre, en tout cas de ne jamais rien remettre à demain. Avant, je croyais que j'avais le temps, maintenant je sais que je n'en ai plus tant que ça."

Ce dont Pascal Obispo n'a plus besoin, c'est de la reconnaissance des Victoires de la musique. Dans un extrait de son interview accordée à Thierry Beccaro que MFM diffusera samedi, il n'est pas tendre avec l'institution qui remettra ses prix le 13 février : "Les Victoires de la Musique, c'est bien pour les juniors, mais moi quand j'étais junior on ne me l'a pas donnée. J'ai été nommé 24 fois, je n'ai jamais rien eu. J'ai eu une fois un prix de consolation, parce qu'ils voulaient que je vienne dans l'émission [Victoire du spectacle musical de l'année pour Fanlive en 2004, NDLR]. C'était la moindre des choses, je pense. Au bout de 24, ils ont voulu me consoler, mais ça ne m'a pas consolé du tout. C'est bien pour les débutants, ça aide à lancer les carrières, mais faut surtout pas me donner quelque chose maintenant. C'est terminé. Je n'irai pas ! Quand je serai vieux et malade, en fin de vie, la Victoire d'honneur ? Waouh, super !" En 2014, Pascal Obispo recevait tout de même le prestigieux Grand Prix de la chanson française, décerné par la Sacem.

Pas touche aux Restos

Samedi 6 février, il sera également de 11h à 12h30 dans l'émission Sortez du Cadre - que présente Nikos Aliagas sur Europe 1. Pascal Obispo y évoquera de nombreux thèmes dont celui des Restos du coeur auprès desquels il est engagé depuis de longues années. L'interprète de Lucie digère mal les critiques reçues par les Enfoirés : "Je suis toujours gêné quand des gens critiquent les Restos du coeur, donc j'attends d'abord d'avoir leurs solutions. C'est important de savoir ce qu'ils proposent, eux. Je conçois tout a fait qu'on puisse critiquer la forme, mais autant ne pas parler parce que ça met mal à l'aise les gens qui n'ont pas à bouffer et ceux qui participent, qui achètent le DVD. Je préfère que les gens qui n'aiment pas se taisent. Ils ont leur avis, très bien. Mais franchement, on sait pourquoi c'est fait : moi, je me déguise en Dark Vador, une fois j'étais en Marie-Antoinette, bon, c'est pas mon quotidien. Mais c'est le concept de l'émission, ça amuse les gens, ça fait de l'audience... C'est rigolo de faire ça et puis ça fait bouffer des gens."

Je préfère que les gens qui n'aiment pas se taisent

Pour Billet de femme et pour la première fois, Pascal Obispo n'a pas fait appel à l'un de ses paroliers, comme le fidèle Lionel Florence. Les textes de Billet de femme sont des poèmes de Marceline Desbordes-Valmore, surnommée "Notre-Dames-des-Pleurs" et décédée en 1859. Le chanteur a retrouvé l'un de ses recueils dans un carton contenant les affaires de son père : "Tout semblait me diriger vers cette auteure. À la première lecture d'un de ses poèmes intitulé Qu'en avez-vous fait, je me suis tout de suite dit 'Ça, c'est une chanson', raconte Pascal Obispo dans Gala. Je me suis mis au piano et la mélodie est venue, comme une fulgurance. Je me suis procuré ses oeuvres complètes et, en un seul week-end, j'ai composé l'album. Peut-être parce que dans la tristesse et la souffrance de cette femme, j'ai trouvé une correspondance profonde avec la période que je vivais après la mort de mon père, celui-là même qui m'avait dirigé vers elle." Pascal Obispo a ensuite fait appel à Jean-Claude Petit pour l'orchestration des chansons. Billet de femme était né.

Gala, en kiosques le 3 février.
Sortez du cadre avec Nikos Aliagas, sur Europe 1, samedi 6 février de 11h à 12h30.
En mode Beccaro avec Thierry Beccaro, sur MFM, samedi 6 février de 12 à 13h.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel

Store Image