Accueil
People France
People UK
People US
Tous les tags
Livenews
Royauté
Beauté
Mode
Cinéma
Golden Globes
Oscars
Festival de Cannes
TV
The Voice
Top Chef
Secret Story
Koh-Lanta
Masterchef
Pékin Express
Qui veut épouser mon fils ?
L'Amour est dans le pré
Télé Réalité
France Télévision
TF1
M6
Canal+
France 2
Miss France
Musique
MTV Music Awards
NRJ Music Awards
Grammy Awards
Justin Bieber
Lady Gaga
Britney Spears
Danse avec les Stars
Photos
Vidéos
Stars
Mariage
Naissances
Enfants de stars
Justice
Divorce
Interviews

Pascal Obispo : De la mort de son père à Sidaction, un artiste à coeur ouvert

Bernard Montiel recevait Pascal Obispo dans son émission "M comme Montiel" diffusée sur MFM, le 8 mars 2014.
14 photos
Lancer le diaporama
Bernard Montiel recevait Pascal Obispo dans son émission "M comme Montiel" diffusée sur MFM, le 8 mars 2014.

"Je me suis pris un TGV dans la gueule." Ce sont les mots employés par Pascal Obispo pour évoquer la mort de son père, en novembre 2012. Ce sujet, évidemment sensible, le chanteur et compositeur l'a évoqué au cours de la longue interview qu'il a accordée à Bernard Montiel, pour son émission M mon Montiel, samedi 8 mars. Les deux hommes, qui partagent la même passion pour la région du Cap Ferret, ont longuement échangé sur les douleurs de la vie, ses bonheurs et Le Grand Amour, le nouvel album d'Obispo.

Premier extrait du disque, la chanson D'un Avé Maria que Pascal Obispo avait composée il y a dix ans avant de la ressortir des tiroirs. Une chanson intimement liée au décès de son papa : "De manière un peu prémonitoire sans doute, j'ai eu envie de recomposer cette chanson. Là, j'ai eu le sentiment de trouver la bonne mélodie. Prémonitoire parce que quelque temps après, on a passé cette mélodie au piano pour l'enterrement de mon papa. C'est vrai que j'ai eu impression, que la chanson était sortie pour ça." Pour Obispo, la mort d'un parent est un "moment que l'on redoute tous" mais la musique est justement faite pour ça : "Nous faire supporter la vie. C'est bien comme ça que je conçois les choses."

Bernard Montiel fait remarquer à Pascal Obispo la noirceur de certains de ses textes, l'artiste revient alors sur la nécessité de la musique pour traverser l'existence. "On essaye d'avancer comme on peut. Beaucoup de gens avancent même très difficilement. On accompagne. J'ai l'impression que je suis un accompagnateur. Les artistes, on est un peu comme ça, on est là pour accompagner la vie des autres." Et c'est précisément pour cette raison que Pascal Obispo refuse d'apporter son soutien à un homme politique, préférant jouer la carte de la neutralité. "Un artiste qui s'engage, je n'écoute plus ses chansons de la même manière. Pour moi, on doit être vierge de tout ça pour que le public trouve en nous cette échappatoire, complètement pure et nettoyée de tout ce qu'il voit tous les jours dans les journaux, à la télé... Nous les artistes, on est fait pour apporter du rêve. Les concerts, le cinéma, le théâtre, c'est là que les gens rêvent."

Pourtant il s'engage, mais pour les démunis, contre le Sida. Pascal Obispo fait partie des Enfoirés dont le nouveau spectacle sera diffusé le 14 mars sur TF1. Le chanteur accompagne aussi l'association Sidaction depuis de nombreuses années. En janvier, il assistait justement au Dîner de la mode organisé au pavillon d'Armenonville. Obispo est arrivé au bras de la ravissante Julie Hantson (le grand amour qui donne son titre à l'album ?) qui partage sa vie. À la rentrée, pour les 20 ans de Sidaction, Obispo sortira le nouvel album d'Ensemble contre le sida pour lequel il a réuni 112 artistes, dont 70, rien que sur le single Kiss & Love.

Retrouvez l'intégralité de cette interview de Pascal Obispo par Bernard Montiel dans l'émission M comme Montiel, ce 8 mars de 12 heure à 13 heure sur MFM.

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook
×

Téléchargez l'application et recevez les alertes de la rédaction en temps réel